mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLa Grande-Bretagne annule l'interdiction d'un groupe d'opposition iranien

La Grande-Bretagne annule l’interdiction d’un groupe d’opposition iranien

Agence France Presse, Londres, 30 novembre – La justice britannique a statué vendredi que l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI), qui se présente comme la principale organisation d’opposition au régime de Téhéran, devait être rayée de la liste gouvernementale des organisations terroristes.

Agence France Presse, Londres, 30 novembre – La justice britannique a statué vendredi que l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI), qui se présente comme la principale organisation d’opposition au régime de Téhéran, devait être rayée de la liste gouvernementale des organisations terroristes.

La Commission d’appel pour les organisations interdites (POAC), un tribunal chargé de se prononcer en cas de contestation concernant la présence de groupes sur cette liste, a jugé "déraisonnable" de maintenir l’OMPI dans le "Terrorist Act", la loi qui répertorie les mouvements terroristes. L’organisation iranienne y figurait depuis 2000.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé qu’il ferait appel du jugement.
Le POAC avait été saisi par 35 parlementaires britanniques de différentes formations politiques, dont un ancien ministre de l’Intérieur et un ex-procureur général.

Hossein Abedini, membre du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), vitrine politique des Moudjahidine du peuple, a déclaré à l’AFP que la décision de justice allait avoir de "très importantes répercussions en Iran". "Il s’agit d’un triomphe pour les valeurs humaines et la résistance", a-t-il dit.

Fondés en 1965 avec pour objectif de renverser le régime du chah, puis le régime islamiste, les Moudjahidine du peuple, interdits en Iran, sont considérés comme un groupe terroriste par l’Union européenne et par les Etats-Unis.

"Je suis déçu du jugement. Nous ne l’acceptons pas et nous avons l’intention de faire appel", a, quant à lui, déclaré le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Tony McNulty.