mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« Nous craignons de nouvelles attaques possibles contre Achraf » - Me...

« Nous craignons de nouvelles attaques possibles contre Achraf » – Me François Serres

NRI – « Cette intervention a été mise en oeuvre par les autorités irakiennes avec l’appui de milices iraniennes, notamment la force Qods présente sur le sol irakien. Des risques extrêmement graves pèsent sur la vie des résidents d’Achraf, compte tenu des menaces précises proférées par M. Maliki suite à ses visites répétées en Iran et à sa désignation comme premier ministre », a déclare Me François Serres, avocat et directeur exécutif du Comité international des juristes en défense d’Achraf.

Il s’exprimait à Paris le 19 avril, dans une conférence de presse sur l’attaque des forces irakiennes contre le camp d’Achraf. Il était entouré de Mehdi Abrichamtchi, président de la commission de la Paix du CNRI, Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH et de Jacques Attali, ancien conseiller du président Mitterrand et actuel président du comité pour la relance économique de la France.

Voici l’intervention de Me François Serres :

L’occasion de cette rencontre est de rappeler qu’une intervention des forces irakiennes s’est produite au camp d’Achraf le 8 avril dernier avec l’intervention de 50 blindés mis en place pour pénétrer dans le camp. Je rappelle que les personnes qui résident dans ce camp sont sans défense.

Cette intervention a laissé 34 personnes tuées par balles ou écrasées par les blindés, dont huit femmes. Et 344 blessés dont 180 par balles. Cette intervention qui était largement prévisible a été condamnée par l’ensemble de la communauté internationale, les Nations unies, les Etats-Unis, l’Angleterre, le Parlement européen et de nombreuses organisations internationales.

Je voudrais insister sur le fait que cette intervention fait suite à une première attaque du camp qui est intervenue en juillet 2009 au cours de laquelle 11 personnes avait déjà été tuées et de nombreuses personnes blessées et d’autres ont été prises en otage et libérées seulement quelques mois plus tard après beaucoup de tortures.

Je voudrais également insister sur le fait que cette intervention a été mise en oeuvre par les autorités irakiennes avec l’appui de milices iraniennes, notamment la force Qods présente sur le sol irakien. En dépit de nombreuses lettres avertissant la communauté internationale, notamment le président américain et la secrétaire d’Etat Clinton des risques extrêmement graves pesant sur la vie des résidents d’Achraf, compte tenu des menaces précises proférées par M. Maliki suite à ses visites répétées en Iran et à sa désignation comme premier ministre, tout le monde était averti!

Ce qui me paraît encore plus grave, et je voudrais vraiment insister là-dessus, c’est que quelques heures avant l’attaque du camp, les Nations unies, l’UNAMI ainsi que les Etats-Unis ont été informés. Robert Gates,  ministre de la Défense américain était présent sur le sol irakien dans le cadre de pourparlers qu’ils avaient avec le gouvernement irakien ! C’est vraiment donc une insulte à la présence américaine et à l’ensemble des morts qu’ils ont laissés sur ce terrain là – qui ont prétendument assuré le développement de la démocratie au Moyen-Orient – que d’avoir laissé prospérer cette attaque.

Ce qui est encore plus préoccupant c’est que les forces américaines averties ont quitté le terrain. A la différence de 2009 ils n’ont même pas été les témoins – je dirais presque complices – de cette activité. Ils l’ont fait délibérément et intentionnellement, alors que M. Gates était présent. Cela nous a été confirmé par l’un de mes confrères espagnols qui a eu des conversations avec les représentants des Nations unies la veille de l’attaque. Les Américains ont donc quitté le terrain.

Aujourd’hui on est dans une situation sur le plan humanitaire qui est extrêmement grave et nous craignons de nouvelles attaques possibles contre le camp. Ce qui me paraît important de souligner c’est d’abord la situation des blessés. J’ai parlé de 340 blessés. Certains qui avaient pu à la suite de tractations, être installés dans l’hôpital de Baquba ont été expulsés de cet hôpital et renvoyés sur le camp d’Achraf. Nous avons un hôpital qui est dirigé depuis longtemps par les forces irakiennes et qui est en fait un véritable centre de torture.

Je voudrais également insister sur la situation des personnes décédées qui à ce jour n’ont toujours pas été enterrées. Ça me paraît d’autant plus préoccupant compte tenu de la religion de ces personnes, compte tenu du fait qu’elles doivent être enterrées au cimetière d’Achraf, qui est aujourd’hui un lieu qui est occupé par les forces irakiennes qui ne laissent pas procéder aux cérémonies funéraires nécessaires.

Ce que nous demandons aujourd’hui c’est d’une part une commission d’enquête internationale indépendante sur le camp d’Achraf. Nous insistons également pour une présence permanente des Nations unies. Jusqu’à ce jour il y a quelques observateurs qui viennent de temps en temps de l’UNAMI mais ça ne me paraît pas suffisant. La grande difficulté dans cette affaire c’est que les Américains quittant le camp au mois de juin prochain et les forces des Nations unies ne pourront venir qu’avec l’appui des forces américaines. Nous ne savons pas ce qui va se passer à partir du mois de juin. Il est donc nécessaire qu’une force internationale, dont on sait qu’elle peut rapidement être mise en place quand c’est nécessaire afin d’éviter d’autres massacres programmés dans le futur.

Aujourd’hui il y a une véritable responsabilité internationale de chacun d’entre nous, des organisations internationales, des Etats, en application des principes généraux du droit humanitaire. Je voudrais également insister sur le fait que nous avons enfin obtenu des juridictions espagnoles. Deux décisions fondamentales qui ont retenues leur compétence pour crime internationaux, résultant de la violation des conventions de Genève. Et un certain nombre de responsables irakiens, très proches du comité mis en place par Maliki pour supprimer le camp d’Achraf, sont aujourd’hui appelées à être présent devant les juridictions espagnoles. (…)

On est en présence d’une question de pur droit humanitaire. Il y a des gens qui sont tués par balles, qui sont sans défense, par des blindés, il y a des gens qui sont blessés qui ne sont pas soignés, il y a des gens qui sont affamés, les denrées alimentaires n’arrivent plus au camp d’Achraf depuis des années, il y a des gens qui font l’objet de pressions et de torture morale avec je ne sais combien de haut-parleurs qui nuit et jour insultent ces personnes et leur promettent le pire des sorts. Ces gens sont privés d’avocats.

Moi j’ai pu aller à Achraf, j’ai été à Achraf jusqu’à la fin 2004. Depuis lors, aucun avocat européen, américain ou canadien n’a pu se rendre, en dépit des demandes que nous avons faite. Nous n’avons quasiment aucun soutien en dépit de visites auprès de M. Zimerey, ambassadeur français des droits de l’homme. Ce dernier que j’ai vu d’ailleurs récemment s’est interrogé sur le silence de l’ambassade de France à Bagdad qui a contrario des autres ambassades européennes, ne s’est jamais rendue sur le terrain à Achraf, situé à quelque 100 km pour constater les choses.

Donc effectivement je suis parfaitement scandalisé par l’attitude honteuse du gouvernement français dans cette affaire qui continue d’avoir une analyse absolument ridicule, sanctionnée aujourd’hui par l’ensemble de la jurisprudence européenne, anglaise et américaine. Et qui devrait se préoccuper, si l’on en croit ses affirmations, compte tenues de ce qui se passe en Tunisie, en Libye, en Egypte, du sort des résidents d’Achraf qui me paraît fondamental, parce qu’il touche à la fin de la comète du printemps arabe, qui est le printemps iranien. Ce  qui me paraît être un élément-clé indispensable de la victoire des mouvements qui sont en train de se jouer dans cette partie du monde.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe