mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran Protestations« L’Iran n’éclatera que de l’intérieur » François Colcombet

« L’Iran n’éclatera que de l’intérieur » François Colcombet

François Colcombet : PERSAN. « On n’est pas dans un monde de logique morale, mais de logique de fric. Alors oui, je crois que le système ne pourra éclater que de l’intérieur. Les Iraniens, depuis l’élection bidon d‘Ahmadinejad, n’ont plus peur ». PHOTO PHILIPPE BIGARDInterview par Eric Moine

La Montagne, 23 septembre – Pour François Colcombet*, fin connaisseur de l’Iran, il n’y a rien à attendre du président Ahmadinejad à l’ONU. Car, comme ses prédécesseurs, il joue sur la provocation pour tenir aux yeux de l’extérieur. Mais à l’intérieur, la situation explosive rappelle la révolution.

Le président iranien Ahmadinejad doit intervenir cette semaine à l’ONU. Les trois fois précédentes, il avait fait scandale en vilipendant les États-Unis, puis Israël et les homosexuels. Pensez-vous qu’avec la pression internationale et celle de la rue, il modère son discours ?
Je crains plutôt qu’il continue les provocations comme l’Iran le fait depuis trente ans. Autrefois, c’était la guerre de Khomeiny contre l’Irak, aujourd’hui c’est le discours anti-israëlien, le nucléaire, etc. La provocation est un moyen pour le pouvoir de fédérer la population et le monde arabe derrière lui, même si l’Iran est persan. Ça justifie ainsi de tenir le pays d’une main de fer.

Le « guide suprême », Khamenei, a semblé prendre ses distances avec ce président au moment de sa réélection contestée, le 12 juin. Et l’ancien président Khatami (1997-2005) est toujours là ?
Khatami, prétendu réformateur qui a tenu des discours presque laïcs…Non, décidément, l’Iran est gouverné de façon extravagante depuis la révolution de 1979. L’Organisation des Moudjahiddines du peuple iranien (OMPI), dirigée par Radjavi, s’est vite brouillée avec l’ayatollah Khomeini. Radjavi a trouvé refuge en France en 1981, puis en Irak. Depuis, les religieux ont gardé le pouvoir en Iran avec ses ayatollahs. Ces guides religieux sont comme chez nous les cardinaux, sauf qu’ils se reproduisent entre eux et font des affaires. Rien ne se fait ou décide sans eux. Ils tiennent tout, à commencer par les milices, « gardiens de la révolution » et «pasdarans ».

■ Jusqu’à quel point ?
Jusqu’à justifier des horreurs. L’Iran est le pays où, proportionnellement, on applique le plus la peine de mort. Et pas n’importe comment. Ils lapident les femmes, coupent les mains, pendent avec des grues qui hissent les corps sous les yeux de la foule, des enfants des écoles, etc. La charia sert même d’excuse aux viols des enfants avant de les exécuter, car le Coran dit qu’on ne doit pas tuer les jeunes vierges…

■ L’Iran est le deuxième producteur de l’OPEP (le pétrole assure 80 % de ses devises étrangères). Comme toute grande puissance, l’Iran n’est-il pas légitime à vouloir exploiter l’énergie atomique ?
Vu justement qu’ils débordent de pétrole, les Iraniens n’ont pas besoin d’énergie atomique, sauf pour faire une bombe. Cette idée de bombe, l’Iran la revendiquait déjà au temps du chah et aucun de ses dirigeants depuis ne l’a abandonnée.

■ Mais la population n’est-elle pas elle-même une bombe à retardement pour cette dictature religieuse ?
Une sanction de l’ONU supplémentaire toucherait d’abord le peuple et risquerait d’avoir l’effet inverse de celui recherché. Les États n’auront jamais le courage de retirer leurs capitaux d’Iran et de bloquer ses avoirs à l’étranger. Les OMPI avaient d’ailleurs, jusqu’à très récemment, été inscrits sur les listes d’organisations terroristes. On n’est pas dans un monde de logique morale, mais de logique de fric. Alors oui, je crois que le système ne pourra éclater que de l’intérieur. Les Iraniens, depuis l’élection bidon d’Ahmadinejad en juin, n’ont plus peur. ■

(*) Cofondateur, en 2004, du Comité français pour une Iran démocratique, soutien du Conseil national de la résistance iranien (maryamrajavi.com), François Colcombet, né à Dompierre-sur-Besbre (Allier) en 1937, est ancien haut magistrat (conseiller à la cour de cassation). Il a été maire et conseiller général PS de Dompierre jusqu’en 2003, et député de la circonscription de Moulins (1988-1993 ; 1997-2002).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe