mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’IAEA conclut que l’Iran avait un programme actif d’armement nucléaire jusqu’en 2003

L’IAEA conclut que l’Iran avait un programme actif d’armement nucléaire jusqu’en 2003

L’IAEA conclut que l’Iran avait un programme actif d’armement nucléaire jusqu’en 2003

Washington Post – L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique a confirmé mercredi que l’Iran avait possédé un programme actif pour développer une arme nucléaire jusqu’à la fin de l’année 2003, et elle a affirmé que certaines activités non coordonnées s’étaient sont poursuivies jusqu’en 2009.

« L’Agence n’a pas relevé de signes crédibles d’activités en Iran relevant du développement d’un appareil nucléaire explosif après 2009 », a affirmé l’AIEA dans un rapport.

Le rapport sera présenté au Conseil de l’AIEA le 15 décembre pour déterminer s’il traite suffisamment toutes les questions en suspens sur le programme passé. L’achèvement de ce rapport est une exigence de l’accord nucléaire conclu avec l’Iran plus tôt cette année, bien que l’accord n’exige de cette enquête aucun résultat particulier – mis à part l’évaluation des « ambiguités » sur les travaux nucléaires passés.

[The path to a final Iran nuclear deal: Long day and short tempers]
Le Département d’État a transmis le rapport au Congrès, a affirmé le porte-parole Mark Toner. Il a constaté que l’évaluation était “cohérente” vis-à-vis d’un “National Intelligence Estimate” de 2007 selon lequel l’Iran avait arrêté son programme nucléaire en 2003.

Le rapport, qui n’a pas été officiellement publié, fournit des arguments aux deux parties dans le débat sur le nucléaire iranien.
Le Ministre adjoint des affaires étrangères Abbas Araghchi a affirmé que cela tournait la page de la question des “possibles dimensions militaires” des activités nucléaires passées de l’Iran.

“Par conséquent, toutes les mesures sur les questions passées ont été terminées et la question des PDM a été abandonnée”, a affirmé Araghchi, selon l’Agence de presse de la République islamique, qui a publié le texte du rapport sur son site internet.

Le Conseil National de la Résistance Iranienne aux États-Unis, qui a dévoilé certaines informations initiales sur le programme nucléaire iranien il y a plus de dix ans, a déclaré que le rapport affirmait “clairement que toute les informations recherchées [par l’AIEA] n’ont pas été délivrées par Téhéran.”

D’après le conseil, puisque l’Iran a affirmé n’avoir jamais cherché à obtenir d’armes nucléaires, le rapport montre que “manifestement le régime iranien n’a aucune intention de reconnaître la nature de son programme, ce qui prouve ainsi que l’intention de Téhéran est de poursuivre sa quête d’armes nucléaires.”

La mise en oeuvre de l’accord nucléaire, dont la levée des sanctions internationales en échange de la forte réduction par l’Iran de ce qu’il affirme être un enrichissement nucléaire à seule visée énergétique, et d’autres mesures, ne commencera pas avant que l’AIEA certifie que l’Iran s’est conformé aux exigences préliminaires.

Le rapport, qui liste les questions en suspens et se demande dans quelles mesures des réponses y ont été apportées durant les mois passés d’échanges avec l’Iran, a conclut dans de nombreux cas qu’aucun signe d’activité nucléaire clandestine n’avait été découvert.

Bien qu’il n’ait trouvé aucune preuve d’activités en cours, il affirme qu’il ne peut pas s’exprimer de manière décisive sur ce qui concerne le passé.

Sur le site militaire de Parchin, où les iraniens aménageaient une soit-disant “chambre de chauffe pour explosifs” en 2000, l’AIEA a affirmé qu’une visite dans cette infrastructure avait confirmé que la chambre n’existait plus.

Mais elle a affirmé également que des « activités nombreuses » entreprises par l’Iran sur ce site ces dernières années, dont la destruction de bâtiments et d’aménagements paysagers, avait « sérieusement diminué » la capacité de l’agence à déterminer ce qui avait existé là auparavant.

Le rapport a affirmé en outre que l’Iran avait « géré la modélisation informatique d’un explosif nucléaire avant 2004 et avant 2009 », ajoutant néanmoins que les calculs étaient « incomplets et fragmentés. »

 

Lire aussi: 

Le rapport de l’AIEA indique un manque de coopération de la part du régime iranien et de violations flagrantes de l’accord

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe