jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieL'ancien ministre du Pétrole : la situation économique en Iran est désastreuse

L’ancien ministre du Pétrole : la situation économique en Iran est désastreuse

L'ancien ministre du Pétrole : la situation économique en Iran est désastreuse

CNRI – La situation économique actuelle en Iran est absolument catastrophique, selon Rostam Qasemi, ministre du régime iranien du pétrole dans le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad et un ancien commandant de la base Khatam-al Anbiya  du corps des gardiens de la révolution islamique (Pasdaran).

L’hebdomadaire d’État Qasemi Ramz-e Obour, a déclaré : « La situation économique du pays est cataclysmique. Après chaque problème, ils annoncent une crise à venir, et après chaque crise une catastrophe majeure éclate. À mon avis, aujourd’hui la situation économique dans le pays est si catastrophique que peut-être tous ceux qui ont accès aux vrais chiffres ne peuvent pas être en désaccord sur cette question.»

Qasemi a émis un avertissement clair au sujet de la fermeture des usines en Iran en raison de la récession.

« Si le gouvernement ne prend pas des mesures efficaces rapidement, alors cette année sera appelée l’année des fermetures. Ces dernières années, les industriels étaient pleins d’espoir et ils ont cru que l’économie allait bien se porter. Cependant, si le gouvernement ne met pas en œuvre les mesures nécessaires, de nombreuses usines seront fermées cette année. »

Qasemi a critiqué le gouvernement d’Hassan Rohani pour avoir signé récemment les contrats pétroliers iraniens (IPC), soulignant qu’ils pillent les recettes des ventes de pétrole.

« J’ai aussi rapporté à certains de ses collègues du ministère du pétrole qu’étant donné la situation actuelle, ce contrat ne sont pas en faveur de notre industrie pétrolière… nous n’avons jamais signé de tels contrats avant, pas même à l’époque de [Mohammad] Mossadegh ou après lui. Ce qui est publié aujourd’hui montre que ces contrats présentent des inconvénients graves ».

Qasemi a également admis que Téhéran cherche à dominer les marchés en Syrie et en Irak.

Il a ajouté : « Quand le mandat du 10e gouvernement (Ahmadinejad) s’est terminé, quelques amis ont suggéré que j’accepte la responsabilité de l’organisation qui soutient l’économie et le peuple syrien et irakien. L’Irak et la Syrie sont les deux marchés les plus avantageux pour nous dans le domaine économique. La population en Irak et en Syrie dépasse respectivement 30 et 25 millions de personnes. Compte tenu de notre relation avec eux, ces deux pays ont de grandes potentialités économiques. Bien sûr, en raison de l’état actuel en Syrie et en Irak, le rapport de notre exportation/importation se situe à 95 pour cent d’exportation vers ces deux pays et peut-être seulement moins de 5 pour cent d’importations de leur part. Ainsi, le marché est très florissant. Notre taux d’exportation vers l’Irak au cours des dernières années a totalisé un taux annuel de 12 à 13 milliards de dollars. Ce chiffre montre une quantité considérable d’exportation, ce qui signifie qu’un grand travail a été fait. Je crois maintenant que
c’est une bonne occasion pour les Iraniens de prendre part et de faire des affaires sur les marchés irakiens et syrien. Bien sûr nous sommes les soldats de notre pays qui essaient constamment de maintenir et de développer ce marché. Que nous soyons dans le gouvernement ou non, nous sommes toujours les soldats de ce régime, et nous devons mettre tous nos efforts pour faire progresser le travail de ce gouvernement. »

 

Lire aussi: 

IRAN : Douze banques ont récemment fait faillite

7000 unités industrielles ont été fermées en Iran

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe