mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe Congrès américain préoccupé par le parrainage de terrorisme du régime d’Iran

Le Congrès américain préoccupé par le parrainage de terrorisme du régime d’Iran

Le Congrès américain préoccupé par le parrainage de terrorisme du régime d’Iran

CNRI – Le membre du Congrès Ed Royce (R-CA), président de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis a affirmé jeudi, lors d’une audience intitulée « Terrorisme, Missiles et Corruption : les risques d’un engagement économique avec l’Iran », que le régime d’Iran demeure le « premier des Etats du monde soutenant le terrorisme et devrait être traité comme une menace mondiale ».

Soulignant les conséquences négatives de l’accord nucléaire de l’administration Obama, le représentant Royce a dit : « Lorsque l’administration Obama faisait pression sur les sénateurs démocrates afin de sauver son accord d’Iran, de nombreuses promesses ont été faites. L’affirmation du Président selon laquelle les sanctions à l’encontre de l’Iran pour terrorisme, violation des droits de l’homme et usage de missiles balistiques « continueront à être pleinement appliquées », a joué un rôle essentiel dans l’histoire de la Maison-Blanche.

« Mais malheureusement, les paroles de l’administration n’ont pas été mises en applications. L’administration a docilement répondu aux provocations de l’Iran – notamment à cause des termes timides du Conseil de Sécurité des Nations Unies qu’elle a acceptés en ce qui concerne les missiles balistiques. Et seulement un iranien a été sanctionné pour des violations de droits de l’homme depuis que les négociations ont commencé. Un seul. »

« Les pressions du congrès pourraient avoir donné un coup aux plans de l’administration – pour l’instant – afin de permettre à l’Iran un accès au dollar américain, la principale monnaie du monde. Mais, l’administration refuse d’exclure une prochaine manœuvre. Et en attendant, elle travaille activement d’autres angles d’attaque afin de stimuler de nouveaux investissements dans l’économie iranienne. »

« Le secrétaire d’Etat américain, Kerry, est en Europe cette semaine en prenant la décision étrange de rassurer les entreprises étrangères sur le fait que l’Iran est « prêt à faire des affaires ». D’autres représentants de l’administration en arrivent même à dire que le développement économique de l’Iran est dans l’intérêt de notre sécurité nationale. C’est un argument difficile à avancer si l’on considère que le pasdaran a été nommé « l’acteur économique de poids » de l’Iran par le trésor fédéral américain. Le pasdaran qui représente la cellule terroriste des Gardiens de la Révolution (CGRI).

« La réalité est un peu différente puisque les discours encourageants de l’administration aux entreprises étrangères pour stimuler l’investissement à Téhéran ne seront nullement considérés, car l’investissement est comme une corde. Elle ne peut être poussée dans un pays qui est corrompu, qui retient les hommes d’affaires étrangers en otage et lance des missiles estampillés « Israël doit être anéanti. ». Elle est plutôt tirée dans les pays qui sont transparents, qui respectent les accords et ne menacent pas leurs voisins. Les banques ont besoin d’une garantie maximale. Elle ne se retrouvera pas non plus dans un pays qui se classe 130e sur 168 sur l’indice de perception de Transparency International.

« N’importe quelle transaction financière avec l’Iran risque d’être un soutien aux activités illégales perpétuelles du régime, » telles que ses programmes de missiles balistiques, » a affirmé le représentant Royce.

«Plusieurs des interdictions sur l’Iran ont pour objectif de protéger nos marchés financiers d’une telle violation. L’organisation internationale en charge de lutter contre le blanchiment d’argent à travers le monde entier a déclaré cette année qu’elle est « spécialement inquiète de l’échec de l’Iran à remédier au risque de financement du terrorisme et de la menace sérieuse que cela constitue pour l’intégrité du système financier mondial. »

« C’est pourquoi mon projet d’empêcher l’administration de permettre au dollar américain d’être utilisé pour faciliter les transactions commerciales avec l’Iran et qui défend la dénomination de l’Iran en tant qu’une ‘source d’inquiétude de premier ordre pour le blanchiment d’argent’ est si essentiel. »

« L’Iran est toujours le premier des Etats du monde soutenant le terrorisme. Jusqu’à ce qu’il cesse de financer la terreur, et des programmes d’armes illicites, il devrait être traité comme une menace mondiale », a-t-il ajouté.

Elizabeth Rosenberg, chercheuse principale et directrice du programme d’énergie, de l’économie et de la sécurité au Center for a New American Security, qui comparait devant le Comité des affaires étrangères, a affirmé : « Les décideurs devraient continuer à mettre plus pleinement en œuvre les sanctions sur l’Iran pour empêcher son rôle de déstabilisateur régional et de soutien au terrorisme. »

Juan C. Zárate, Président et cofondateur du réseau d’intégrité financière et ancien sous-directeur du Président et conseiller adjoint à la sécurité nationale pour la lutte contre le terrorisme, a dit à l’audience : « L’Iran demeure le premier des Etats du monde soutenant le terrorisme et a continué son soutien direct aux alliés terroristes à travers la région, afin d’inclure les activités du Hezbollah au Liban et en Syrie, ainsi qu’aux milices chiites irakiennes qui ont été responsables des morts de centaines d’américains et qui sont maintenant déployées en Syrie afin de combattre pour le régime d’Assad.

Ceci incluait le soutien visant à déstabiliser les gouvernements alliés aux Etats-Unis avec les Etats du Golfe qui examinaient et interceptaient les cargaisons d’armes pour de pareilles utilisations dans ces pays. Durant ces derniers mois, les forces internationales navales ont intercepté des cargaisons iraniennes d’armes qui semblaient se diriger vers les rebelles Houthi au Yémen. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe