mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran-USA: Le Département d’État préconise un ralentissement des activités commerciales avec l’Iran

Iran-USA: Le Département d’État préconise un ralentissement des activités commerciales avec l’Iran

ImageCNRI, 30 novembre – Mercredi, un haut responsable du Département d’État américain a suggéré que l’Europe et les autres nations mettent un frein à leurs activités commerciales et d’investissement avec l’Iran dans le cas où la nouvelle série de négociations ne parvenait pas à arrêter l’Iran dans son programme d’armes nucléaires, selon un reportage d’Associated Press.

« Chacun d’entre nous dans le monde entier doit réfléchir sur la manière d’influencer ce gouvernement », a déclaré le vice-secrétaire d’État, Nicholas Burns. « Et il s’agit incontestablement d’un geste qu’un grand nombre de pays dans le monde peut faire ».
Si la diplomatie échoue, a dit Burns, un nombre croissant de pays se serviront probablement de l’arme économique pour ralentir leur commerce et investissements.
« Une coalition diplomatique est en train de se former autour de cette idée de restrictions, d’autres pays ont des armes commerciales ou autres », a affirmé Burns, mettant en opposition leurs activités commerciales actuelles avec l’Iran et le quasi-gel des États-Unis.
Burns a cité l’exemple de l’Inde qui n’a aucun projet d’accord d’énergie avec l’Iran afin de démontrer le mécontentement général grandissant à l’égard de l’Iran.
« Il y avait un temps où les États-Unis et une poignée d’autres pays étaient les seuls à s’élever contre l’Iran », a rappelé Burns. « Ce n’est plus du tout le cas ».
Burns a insisté sur le fait que l’Iran était déterminé à fabriquer des armes nucléaires, soutenait le plus activement possible les groupes terroristes du monde entier et ne respectait en rien les droits humains, pour être engagé dans des actes de torture et des exécutions sommaires.

« Les régimes oppressifs ne survivent pas longtemps », a déclaré Burns à la presse.
Lorsqu’on lui a demandé si les États-Unis poursuivraient une politique de « changement de régime » en Iran comme ils l’ont fait en destituant le président Saddam Hussein dans l’Irak voisin, il a répondu : « Il s’agit catégoriquement de la mission du peuple iranien ».
La politique actuelle d’apaisement menée par l’UE s’est révélée être un échec au vu de l’élection d’Ahmadinejad comme nouveau président des mollahs. En même temps, l’intervention étrangère pour amener un changement en Iran a été rejetée par les Iraniens.
En décembre 2004, Mme Maryam Radjavi, présidente de la République élue du CNRI a déclaré lors d’un meeting des députés européens à Strasbourg que la solution au problème de l’Iran se situait dans un changement démocratique par l’intermédiaire du peuple iranien et de sa résistance. A cette fin, elle a demandé aux gouvernements occidentaux de stopper leur politique d’apaisement vis-à-vis des mollahs et de retirer l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), le groupe principal de l’opposition iranienne, de la liste des organisations terroristes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe