vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : Une crise qui inéluctablement compromet la paix mondiale (Dr Saleh...

Iran : Une crise qui inéluctablement compromet la paix mondiale (Dr Saleh Radjavi)

CNRI – « La paix avec le fascisme religieux et belliciste qui sévit en Iran, reviendrait à accepter la culture liberticide de ce régime, l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme, et l’acquisition de l’arme nucléaire, ce qui conduirait inéluctablement à la guerre. Donc, c’est une paix qui n’a aucune valeur, par contre, il y a une paix pour laquelle nous nous battons, c’est la paix avec le peuple et la résistance iranienne. Une paix qui permettrait un changement démocratique en Iran, et qui serait le garant de la stabilité dans la région », a déclaré le Dr Radjavi lors d’un colloque à l’Assemblée nationale.

CNRI – « la paix, avec le fascisme religieux et belliciste qui sévit en Iran, reviendrait à accepter la culture liberticide de ce régime, l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme, et l’acquisition de l’arme nucléaire, ce qui conduirait inéluctablement à la guerre. Donc, c’est une paix qui n’a aucune valeur, par contre, il y a une paix pour laquelle nous nous battons, c’est la paix avec le peuple et la résistance iranienne. Une paix qui permettrait un changement démocratique en Iran, et qui serait le garant de la stabilité dans la région », a déclaré le Dr Radjavi lors d’un colloque à l’Assemblée nationale.

Organisée par le Comité français pour un Iran démocratique, la réunion s’est déroulée le 28 novembre en présence de nombreuses personnalités du monde associatif, notamment de la Fondation Danielle Mitterrand ou de la ligue Africaine des droits de l’homme et des peuples, du barreau de Paris avec Me Bourdon et Me Stasi, et du monde politique avec des parlementaires et des personnalités de tout bord, comme François Colcombet ancien magistrat et président de la convention pour la 6e république, le maire d’Auvers-sur-Oise Jean-Pierre Béquet, le député Michel Charasse, le sénateur Jean-Pierre Michel et bien d’autres qui sont venus tour à tour prendre la parole tout au long des trois heures qu’a duré cette réunion.

Voici le texte de l’intervention du Dr Saleh Radjavi, représentant en France du Conseil national de la Résistance iranienne et président de la Commission de la Santé au sein de ce conseil :

Je voudrais tout d’abord, madame la présidente, monsieur le sénateur, mesdames et messieurs les députés, vous remercier d’avoir exposé avec autant de clarté et autant d’objectivité la situation iranienne et démontrer la crise engendrée par le gouvernement des mollahs.

Une crise qui inéluctablement compromet la paix mondiale. Oui, vous vous avez tout à fait raison, l’illusion qu’une démocratie puisse s’installer dans l’Iran des mollahs, l’espoir qu’une métamorphose interne puisse avoir lieu au sein de ce régime par la résurgence d’éléments véritablement modérés et réformateurs, ont été des mirages dans lesquels l’occident a perdu le sens des réalités et du danger. Il a perdu également la notion et la vision de l’avenir. Et surtout et en particulier le respect des principes démocratiques, humains et juridiques essentiels. Ces illusions nourries par le conformisme, pour ne pas dire par les pétrodollars, ont conduit l’occident à commettre l’incroyable.

C’est-à-dire, la répression injustifié, cruel, vraiment criminelle, de l’opposition légitime et de l’alternative populaire et démocratique aux mollahs.

Mais rassurez-vous tout de suite, cette résistance, malgré tout les coups mortels qu’elle a reçus, sans arrêt, de par le soutien de son peuple, et votre soutien, votre compréhension, a pu garder toute sa vivacité et toute son efficacité, pour dénoncer avec précision les actions du régime des mollahs dans tous les domaines, et même parvenir dans cet enfer, dans ce pays martyr qu’est l’Irak, à créer une sorte de consensus de toutes les forces, démocratiques contre l’ingérence de régime des mollahs et l’intégrisme islamique.

Le communiqué récent de 300.000 chi’ites du sud de l’Irak, ceux-là même qui vivent dans une région où le régime de mollahs règne en maître absolu confirme cette réalité.

Mais dans cette situation, le régime des mollahs aussi a pu continuer tranquillement toutes ses activités nucléaires, terroristes, subversives, d’essayer d’annexer avec un certain succès l’Irak, d’étendre ses tentacules  jusqu’à la Corne de l’Afrique, de mettre au point une certaine alliance même en Amérique de sud, et cela ne fait que commencer. Fort heureusement, il y a une sorte de réveil de l’occident. Pourvu que ce réveil brutal ne s’accompagne pas de discisions hâtives et destructrices.

Car en réalité nous sommes tous, au Conseil National de la Résistance iranienne, et tous nos amis qui sont ici, nous sommes tous des partisans acharnés de la paix, de véritables pacifistes. Cependant, nous ne voulons pas de n’importe quelle paix et à n’importe quel prix.

En réalité, la paix, avec le fascisme religieux et belliciste qui sévit en Iran, reviendrait à accepter la culture liberticide de ce régime, l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme, et l’acquisition de l’arme nucléaire, ce qui conduirait inéluctablement à la guerre. Donc, c’est une paix qui n’a aucune valeur, par contre, il y a une paix pour laquelle nous nous battons, c’est la paix avec le peuple et la résistance iranienne. Une paix qui permettrait un changement démocratique en Iran, et qui serait le garant de la stabilité dans la région comme vous venez de le dire.

Donc une paix qui d’ailleurs ne demande aucun prix. Qui est à la portée de la main, qui est accessible. Il suffirait d’appliquer tout simplement la décision de la plus haute juridiction européenne, dont vous avez parlé. Il suffirait de tenir compte du rapport de M. Dick Marty à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Il suffirait de mettre un terme à l’instrumentalisation de la justice française à travers le dossier fleuve du 17 juin 2003. Un dossier qui a caractérisé, selon les experts juridiques les plus éminents, par un vide sidéral.

Il faut mettre également un terme à cette mascarade de l’instruction toujours à charge. Et qui faute de preuve, saute de réquisitoire supplétif, en réquisitoire supplétif qui sont aussi inconsistants et incohérents les uns que les autres. Donc, il faut oeuvrer pour qu’il y ait un non-lieu dans cette affaire, ou tout simplement un procès, pour que justice se fasse, pour que la force vive de la nation iranienne se libère, puisse libérer l’Iran du joug des mollahs, et ainsi le monde entier, du danger que ce régime fait courir à la paix et à la stabilité dans le monde. Je dirai que justice soit faite, que la justice triomphe. Je vous remercie.
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe