lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Un prisonnier politique renommé défie les mollahs et rend hommage...

Iran : Un prisonnier politique renommé défie les mollahs et rend hommage aux cinq détenus exécutés

Saïd Massouri, prisonnier politique, rrêté en janvier 2001 et condamné à mort, accusé d'être affilié au principal parti d'opposition, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI)CNRI – Le texte qui suit est le communiqué publié par Saïd Massouri, 45 ans, prisonnier politique actuellement dans le couloir de la mort, sur l'exécution de cinq militants kurdes à la prison d’Evine de Téhéran dimanche 9 mai. Originaire de Khorramabad, dans la province de Lorestan (ouest de l'Iran), il est actuellement incarcéré à la prison de Gohardacht à Karadj, en banlieue téhéranaise.

Communiqué :

« Vous ne nous ferez pas peur en tranchant des têtes »

Au milieu des graves troubles que traverse pays, j'ai appris de l'exécution de mes amis et connaissances, connus sur le tard en prison avec lesquels j’ai passé des années dans les cellules de la section 209 [à la prison d'Evine].

Peut-être qu'il [le régime] pense qu’avec ces exécutions, il a réussi à nous effrayer, nous et notre peuple. Mais honte à nous si, au lieu d'être plus motivés [à poursuivre la lutte contre le régime], l'exécution de nos amis et compatriotes devait nous effrayer. En effet, que faut-il faire à un moment où les gens n'ont pas d'autre destin que la prison, la torture et l'exécution simplement parce qu’ils sont humains, et quand c'est le prix à payer pour la moindre tentative d'être libre et faire preuve d’humanité ? Où ceux qui restent silencieux face à de tels crimes tracent-ils la limite entre être humain et ne pas l’être ?

Hitler a fini par assassiner et blesser des centaines de milliers de personnes devant ceux qui auraient dû finalement réaliser qu'il n'était pas digne de respect et qu’il était inutile de négocier avec lui. Faudra-t-il payer à nouveau un pareil prix ?

En tout cas, pour ma part, je veux être clair sur le degré de peur que ces exécutions m’ont vraiment fait : je déclare qu’après la pendaison de ces cinq détenus, je suis plus prêt que jamais à être le sixième à embrasser le nœud coulant du bourreau.

Vive leur mémoire et celle de tous ceux dont le sang circule dans les veines de l'histoire.

"La frénésie de la flamme subsiste seulement dans la cendre
C’est ce qu’il faut pour vivre dans l’honneur »

Saïd Massouri
Prison de Gohardacht
12 mai 2010

——————-
Note :
Saïd Massouri a fait ses études de médecine en Suède et en Roumanie. Il a été arrêté en Iran en janvier 2001 et condamné à mort, accusé d'être affilié au principal parti d'opposition, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI). A plusieurs reprises, il a été maintenu en isolement cellulaire pendant des mois d’affilé à la section 209 de la prison d'Evine, ainsi qu’à Gohardacht.

Les cinq opposants exécutés dimanche 9 mai étaient Shirine Alam-Houli, Ali Heydarian, Mehdi Islamian, Farzad Kamangar et Farhad Vakili. Ils ont été pendus à la prison d'Evine après avoir été accusés «d’atteinte à la sécurité de l'Etat ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe