lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran: Un bourreau de la délégation des mollahs forcé de fuir...

Iran: Un bourreau de la délégation des mollahs forcé de fuir le Conseil des droits de l’Homme

Saïd Mortazavi : Un bourreau de la délégation des mollahs  forcé de fuir le Conseil des droits de l’Homme de l'ONUCNRI – La première session du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies a commencé son travail le 19 juin avec la participation de centaines de délégués de différents pays ainsi que de représentants des organisations de défense des droits humains.

Sa demande d’adhésion au Conseil ayant été rejetée, le régime clérical a envoyé le procureur général de Téhéran, Saïd Mortazavi, au sein de sa délégation à Genève.

 

Le CNRI et les représentants de la Résistance ont révélé la présence de Mortazavi au Conseil, ce qui a conduit certains pays membres et certaines organisations de défense des droits humains à protester vivement.

Dans une lettre au président du Conseil des droits de l’Homme, l’ambassadeur Luis Alfonso de Alba, le président de la Commission des Affaires étrangères du CNRI, Mohammad Mohadessine, a fait part de son indignation et de son mépris devant à la présence de Mortazavi au Conseil, car elle viole les principes que le Conseil a entrepris de protéger.

« Mortazavi est coupable de crime contre l’humanité à tout point de vue », a écrit Mohadessine, ajoutant : « Son rôle direct dans l’étouffement de toutes les voix dissidentes en Iran est un fait connu. Pendant le mandat présidentiel de Mohammad Khatami, Mortazavi, en sa qualité de juge des médias, a fait fermer 80 journaux proches des ‘réformistes’ et était directement impliqué dans tous les crimes commis ces dernières années contre les Iraniens. En automne dernier, il a donné l’ordre pour l’application du vaste plan ‘Zafar’ à Téhéran, dans le cadre duquel 2000 jeunes de différents quartiers de la ville ont été arrêtés puis jetés en prison. Durant l’hiver 2006, il était à l’origine des mesures répressives énergiques contre les travailleurs des transports de Téhéran qui se sont mis en grève en raison de leurs salaires impayés ».

Mohadessine a ajouté : « Le 16 novembre 2003, le gouvernement canadien a tenu Mortazavi pour responsable de la mort de Zahra Kazemi. Cette photojournaliste irano canadienne a été violée puis tuée sous torture pendant sa détention à la funeste prison d’Evine ».

Il a déclaré également : « D’après ce que j’ai pu comprendre, en réponse à l’indignation exprimée par les organisations et les défenseurs des droits humains, le ministère des Affaires étrangères suisse a cité le ‘statut diplomatique’ de Mortazavi pour justifier son entrée en Suisse. C’est totalement inacceptable. Autoriser l’entrée en Suisse d’un bourreau sous couvert diplomatique est un fait qui tourmente profondément les Iraniens, dont certains des êtres chers ont été victimes de Mortazavi ».

« De telles conciliations nuisent à l’ensemble des valeurs et des principes sur lesquels l’ONU a été créée et constituent un affront au peuple suisse, a estimé M. Mohadessine. Au lieu d’être reçu par les Nations Unies, je demande au Conseil des droits de l’Homme d’expulser ce criminel et à la Justice suisse de lancer un mandat d’arrêt contre lui afin qu’il soit livré à un tribunal international compétent pour crimes contre l’humanité ».

Le ministre des Affaires étrangères canadien, Peter MacKay, a également délivré un communiqué exprimant son indignation : « La présence de M. Mortazavi au sein de la délégation iranienne montre que le gouvernement de l’Iran méprise totalement les principes des droits de la personne reconnus à l’échelle internationale. Le gouvernement du Canada est outré que l’Iran ait choisi d’intégrer une telle personne à sa délégation auprès de ce nouvel organe de l’ONU, qui vise à promouvoir les normes les plus rigoureuses sur le plan du respect des droits de la personne. ».

«Par la présence de M. Mortazavi au sein de sa délégation, l’Iran cherche à discréditer le Conseil et à le détourner de son objectif qui vise le respect accru des droits de la personne.»

« Le Canada a fait part de l’évaluation qu?il a faite de l’implication du gouvernement de l’Iran dans l’assassinat de Zahra Kazemi et du rôle de M. Mortazavi dans cette affaire, au président du Conseil, aux représentants du gouvernement hôte de la Suisse et au Haut Commissariat aux droits de  l’homme. Il a par ailleurs appelé les autres délégations présentes à la réunion du Conseil des droits de l’homme à condamner la présence de M. Mortazavi.» »

La campagne du CNRI et des représentants de la Résistance à Genève a forcé Mortazavi à quitter Genève pour Téhéran. Afin d’étouffer cette retraite honteuse, le régime des mollahs a annoncé dans la hâte que Mortazavi n’était pas membre de sa délégation au Conseil.

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe