mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRévolution démocratique iranienne : nouvelle publication de l'ISJ au Club de Presse...

Révolution démocratique iranienne : nouvelle publication de l’ISJ au Club de Presse de Bruxelles

Révolution démocratique iranienne : nouvelle publication de l'ISJ au Club de Presse de Bruxelles

Le 10 janvier, le Comité international en quête de justice (ISJ) a tenu une conférence de presse au Club de Presse de Bruxelles pour présenter sa dernière publication, « La révolution démocratique en Iran ».

L’étude qui a été rédigée par d’éminents politiciens et experts européens vise à fournir une image claire de la façon dont l’Iran est devenu une scène de batailles féroces entre son peuple et ses forces démocratiques face aux dictatures tyranniques et à leurs soutiens à l’étranger.

Plusieurs journalistes et des représentants de délégations diplomatiques basées à Bruxelles ont participé à cette conférence et ont posé des questions sur le soulèvement national du peuple iranien, la politique de la communauté internationale face à Téhéran et les perspectives d’une révolution démocratique dans le pays.

Révolution démocratique iranienne : nouvelle publication de l'ISJ au Club de Presse de Bruxelles

L’ancien député européen Paulo Casaca
Ces exécutions sont flagrantes. Il n’y a pas de procès équitables. Il y a eu des tortures brutales et des aveux forcés. Deux autres ont été condamnés à mort et emmenés à l’isolement et devaient être exécutés.

En réaction à ces exécutions, l’UE et les États-Unis n’ont prononcé que des condamnations. Ces condamnations sont-elles suffisantes ? L’UE ne devrait-elle pas mettre le CGRI (Gardiens de la révolution) sur la liste noire en tant qu’organisation terroriste ? Ne devrions-nous pas immédiatement expulser les ambassadeurs du régime, qui sont des agents des services secrets affiliés aux activités terroristes du régime ? Ne devrions-nous pas imposer des sanctions plus sévères contre le régime ? C’est le contexte du livre que nous présentons aujourd’hui. »

Révolution démocratique iranienne : nouvelle publication de l'ISJ au Club de Presse de Bruxelles

Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidentielle colombienne :
C’est une révolution. Il ne s’agit pas d’une protestation persistante du peuple iranien au sujet de la façon de s’habiller. C’est la première révolution au monde menée par des femmes. Cela marquera l’histoire des nations. Il y a de nombreuses années, une femme a dit que les droits des femmes sont des droits humains. C’est évident, mais on semble oublier que les femmes sont des êtres humains, surtout en Iran. Ici, nous nous battons aussi pour nos droits, en politique, dans le monde des affaires et les salaires, mais ce que nous voyons en Iran, c’est la vie. Ces femmes et les hommes qui les soutiennent mettent leur vie en jeu pour protéger leurs droits. Ils le font pour nous tous, pour l’humanité. Si nous ne faisons pas les choses correctement, nous ne pourrons pas résoudre les autres problèmes dans le monde. Il faut s’attaquer à ce problème fondamental qu’est la place qu’on accorde aux femmes. Des gens meurent à cause de cela.

Alors que les femmes se battent pour leurs droits, les hommes sont attaqués et persécutés par le régime. C’est ce que le régime des mollahs a toujours essayé de faire : défier la société pour imposer sa règle de ségrégation et d’abus. C’est de l’humanité dont nous parlons aujourd’hui. Il y a une réalité. Dans le monde, nous n’avions jamais vu un régime aussi misogyne que celui au pouvoir en Iran. Nous en avons vu des aperçus, mais dans cette forme systématique d’abus de pouvoir contre les femmes, nous ne l’avons pas vu. Ce devrait être quelque chose dont nous devrions nous soucier ici en Occident.

Lorsque nous avons soutenu la Résistance iranienne, nous avons été ciblés par le régime. Nous avons été l’objet d’un attentat terroriste par trois agents iraniens, dont un diplomate.

Si nous avons un régime capable de tuer son propre peuple, sa jeunesse, si c’est un régime assez dément pour tuer sa propre jeunesse, imaginez ce qu’il est capable de faire avec des gens qui ne sont pas de son pays. Ils ont et viendront après nous. Je dis cela parce que je suis offensé par le manque d’action de nos gouvernements face à ce qui se passe en Iran. Ils ont juste convoqué les ambassadeurs et exprimé leur indignation. Nous voulons plus.

Ils devraient commencer par rappeler nos ambassadeurs d’Iran. Et puis il faut fermer les ambassades du régime dans nos pays. Et troisièmement, quand on voit ce qui se passe en Iran, on entend des gens dire qu’ils doivent gagner cette révolution, mais qui en sera le leader… il n’y a personne pour construire la démocratie.

Mais nous savons qu’il existe une option. C’est la résistance iranienne. Et c’est une femme qui mène cette résistance. Et ce devrait être une femme qui mène la transition d’un régime misogyne à un État démocratique. Nous avons besoin d’un soutien officiel pour une femme dirigeante démocrate qui se bat pour que l’Iran devienne un pays pacifique, laïc et respectueux des droits de l’homme.

Nous voulons que cette révolution réussisse. Nous voulons que les femmes en Iran sachent que dans le reste du monde, nous sommes mobilisées pour les aider. Nous voulons que notre gouvernement donne un soutien officiel à Maryam Radjavi. Il y a beaucoup de monde, mais une seule organisation peut prendre le relais, et c’est le CNRI.

Révolution démocratique iranienne : nouvelle publication de l'ISJ au Club de Presse de Bruxelles
Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement européen
J’ai analysé l’existence d’une réelle alternative viable à ce régime. Si nous voulons remplacer ce régime par une démocratie, nous avons besoin d’une alternative crédible et cohérente. Ce doit être une alternative iranienne. Cette alternative doit avoir certaines caractéristiques et fonctionnalités. L’un est l’organisation et la structure. Le second est le soutien à l’intérieur de l’Iran.

Il est évident que cette alternative doit avoir une organisation et une structure solides. Il doit avoir un réseau de membres et de sympathisants à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran. Une alternative qui ne peut être organisée ne peut atteindre ses objectifs. Il y a une histoire de cela en Iran.

En 1953, il y a eu un coup d’État contre le gouvernement populaire de Mohammad Mossadegh. Le coup d’État a été organisé par le Royaume-Uni et les États-Unis. Ce coup d’État était de connivence avec le Chah. C’était aussi en coopération avec les mollahs. Pourquoi Mossadegh a-t-il échoué et pourquoi le coup d’État a-t-il réussi ? Parce que le gouvernement Mossadegh n’avait pas d’organisation de base active pour contrer le coup d’État. Si nous réfléchissons à cette expérience historique, nous concluons que l’alternative au régime des mollahs doit avoir une structure solide. En 1979, Khomeiny a détourné la révolution et a attaqué les dirigeants de l’opposition.

Une alternative doit bénéficier d’un large soutien à l’intérieur du pays et à l’échelle internationale. Ce soutien populaire doit être général. Ce doit être dans les universités, les classes intellectuelles, les classes moyennes et autres. Cela doit être dans toutes les couches de la société. En dehors de l’Iran, l’alternative doit avoir des soutiens et sur le plan international, l’alternative doit avoir un statut, une légitimité et être reconnue par la communauté internationale. L’alternative doit avoir un visage, un leadership clair que nous devons tous reconnaître et accepter.

L’alternative doit avoir un plan d’action. Le plan doit être crédible et détaillé. Il doit expliquer ce qu’il faut faire de la justice, de l’économie, de l’environnement, des droits des minorités et de tous les défis de société. Ce plan d’action doit dessiner l’Iran de demain.

Le leadership doit avoir la preuve qu’il a la capacité, la force et le charisme qui permettent à l’alternative de réaliser son plan.

L’alternative doit être pluraliste. Elle doit inclure toutes les tendances politiques, les croyances religieuses et l’ensemble de la société. Cela ne peut pas être juste une partie de la société. Il doit inclure les libéraux, les conservateurs, la gauche et la droite.

Nous avons beaucoup entendu cette question sur ce qui se passera après le renversement du régime, affirmant qu’il y aura le chaos. Ce n’est pas vrai. L’alternative doit garantir la démocratie. Il serait absurde de remplacer une dictature par une autre. L’alternative devrait garantir que la dictature sera remplacée par une démocratie. Pas de Chah, pas de théocratie.

Ma conclusion après de nombreuses années de coopération avec le CNRI et l’OMPI est que, avec tout le respect pour toutes les organisations et tous les mouvements, s’il y a une organisation qui a les caractéristiques d’une alternative capable de mener la transition de la dictature à la démocratie, c’est le CNRI dirigé par Maryam Radjavi.

Révolution démocratique iranienne : nouvelle publication de l'ISJ au Club de Presse de Bruxelles

L’ancien député européen Struan Stevenson
La révolution dure maintenant depuis quatre mois. Cela montre le caractère profondément enraciné de l’insurrection. Les jeunes, dirigés par des femmes, sont désormais devenus une menace existentielle reconnue pour la dictature des mollahs. Les mollahs font tout ce qui est en leur pouvoir pour réprimer les manifestations, y compris quatre exécutions de manifestants. Il y a eu 500 exécutions au cours de l’année écoulée. C’est à ce régime que nous avons affaire.

Le régime a fait de son mieux pour anéantir l’OMPI. Ayant échoué dans leur capacité à anéantir l’OMPI, ils ont commencé une campagne de diffamation et de diabolisation. Le régime a identifié les journalistes occidentaux comme des cibles faciles et les a utilisés pour diffuser sa propagande ridicule contre l’OMPI et le CNRI. Maintenant, cette campagne passe à la vitesse supérieure avec le régime qualifiant l’OMPI de groupe marxiste islamiste. Je suis conservateur, Paolo est socialiste. Nous avons des partisans de tous les horizons à travers le monde qui soutiennent l’OMPI.

Au cours des 40 dernières années, l’OMPI a été la première et la seule opposition sérieuse au régime. Les mollahs ont trotté une cyber-attaque. Treadstone a révélé comment le CGRI et le ministère du renseignement du régime ont inondé Twitter de 112 000 tweets ciblant l’OMPI. Plus récemment, le régime a ciblé l’infrastructure de l’Albanie avec des cyberattaques. L’Albanie a fermé l’ambassade du régime et expulsé ses soi-disant diplomates. Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a accepté d’ouvrir une enquête sur la répression par le régime de l’insurrection nationale.

Il ne devrait pas y avoir d’impunité pour les responsables de ces atrocités. Ils doivent être tenus responsables de ces crimes. Nous appelons les États-Unis, l’UE et tous les pays démocratiques à prendre des mesures pratiques pour mettre fin à ces exécutions en Iran. Si nous restons silencieux, cela conduira à davantage d’exécutions. Les mots ne suffisent pas. Nous avons besoin d’actions dures. Nous devons retirer nos ambassadeurs de Téhéran, fermer nos ambassades, fermer les ambassades du régime et expulser leurs agents. C’est à ce moment-là que nous pourrons commencer à aider à établir la démocratie en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe