mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : Des dizaines de politiciens américains de renom déboulonnent la déclaration...

Iran : Des dizaines de politiciens américains de renom déboulonnent la déclaration de Malley contre l’OMPI

Iran : Des dizaines de politiciens américains de renom déboulonnent la déclaration de Malley contre l’OMPI

Dans une déclaration conjointe, 23 dignitaires américains de renom ont condamné la déclaration plutôt pathétique de l’envoyé spécial des États-Unis, qui calomnie la principale opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). La semaine dernière, Robert Malley, l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran, a publié une déclaration attaquant l’OMPI, répétant les allégations couramment utilisées par le régime iranien et ses apologistes.

« Désespérant de relancer le Plan d’action global conjoint (JCPOA), l’envoyé américain Robert Malley a cherché à complaire avec le gouvernement iranien en discréditant publiquement l’un des principaux groupes d’opposition du régime », peut-on lire dans la déclaration d’hommes politiques américains de renom.

Soulignant que « la déclaration de M. Malley radote tel un perroquet les mêmes mensonges que la dictature théocratique au pouvoir en Iran », les sommités américaines ont estimé qu' »un haut fonctionnaire américain répétant de telles fausses affirmations alors que l’OMPI et d’autres manifestants sont violemment réprimés est scandaleux, et en fait, facilite la machine à tuer du régime dans les rues et les campus à travers l’Iran« .

Il convient de noter que la déclaration des hommes politiques américains a été saluée par plusieurs organes de presse, dont Fox News et Just the News. Voici le texte intégral de cette déclaration.

D’anciens hauts fonctionnaires américains rejettent la déclaration du bureau de Robert Malley sur l’opposition à l’Iran

● Dirigée par Mme Maryam Radjavi, la plateforme du CNRI est fondée sur les principes de la démocratie et de la liberté religieuse. Ce sont ces mêmes objectifs qui résonnent aujourd’hui dans les manifestations et les tirs à travers l’Iran.

● Les autorités iraniennes ont identifié les membres de l’OMPI dans les Unités de Résistance comme des « leaders » des manifestations. Beaucoup ont été arrêtés et nombre parmi eux ont été tués.

● Discréditer l’opposition organisée en Iran fait partie de la politique de complaisance du régime des mollahs.

● Répandre des mensonges contre l’OMPI, alors qu’eux et leurs camarades manifestants sont brutalement réprimés est scandaleux.

● La déclaration de M. Malley reprend les mêmes mensonges que ceux de la dictature théocratique au pouvoir en Iran.

● Répéter de telles fausses affirmations contre l’OMPI facilite la machine à tuer du régime dans les rues et les campus d’Iran.

● L’OMPI et le CNRI n’ont pas besoin de l’approbation de M. Malley pour poursuivre leur lutte héroïque pour la liberté avec d’autres dissidents iraniens.

Désespérant de relancer le Plan d’action global conjoint (JCPOA), l’envoyé américain Robert Malley a cherché à complaire avec le gouvernement iranien en discréditant publiquement l’un des principaux groupes d’opposition du régime. Par l’intermédiaire de son responsable des affaires publiques, Malley a publié le 14 novembre une déclaration comprenant les commentaires suivants :

Bien que les États-Unis aient révoqué la désignation de l’OMPI comme une organisation terroriste étrangère en septembre 2012, ils ne considèrent pas l’OMPI comme un mouvement d’opposition démocratique viable et représentatif du peuple iranien. Le département d’État continue d’avoir de sérieuses préoccupations concernant l’OMPI en tant qu’organisation, y compris des allégations d’abus contre ses propres membres.

La déclaration de M. Malley, du moins en apparence, était une réponse au régime des mollahs qui a faussement accusé le gouvernement américain de former des membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) aux cybercommunications dans leur complexe en Albanie. Plutôt que de se contenter de démentir l’affirmation iranienne, M. Malley a vu une occasion de complaire avec Téhéran en faisant ces allégations fausses et désobligeantes.

Nous comprenons que la mission principale de M. Malley en Iran est de restaurer le JCPOA.

Ce que M. Malley doit comprendre, c’est que son action, prise alors que des dizaines de milliers d’Iraniens et d’Iraniennes se battent et meurent pour se libérer de la tyrannie, est une trahison flagrante du peuple iranien et d’un principe fondamental que notre pays honore depuis longtemps.

La déclaration de M. Malley reprend les mêmes mensonges que ceux proférés par les mollahs au pouvoir en Iran. En fait, parmi la légion de courageux Iraniens qui se sont soulevés contre le régime au cours des dernières semaines, on trouve des membres de l’OMPI opérant dans des cellules de résistance. Les autorités iraniennes les ont identifiés comme des « leaders » des manifestations. Beaucoup ont été arrêtés et nombreux parmi eux ont été tués. Le régime des mollahs n’a cessé d’accuser les membres de l’OMPI d’être des provocateurs et de prétendre que la marée montante de soulèvement est liée aux activités de l’OMPI dans le domaine du cyberespace, des médias et de l’organisation directe.

Des personnes raisonnables peuvent être en désaccord sur les éléments de la politique américaine envers Téhéran. Cependant, il n’y a pas de place pour la malhonnêteté transparente et la complaisance. Le commentaire de M. Malley sur les allégations de mauvais traitements infligés aux membres de l’OMPI par leurs propres dirigeants est une autre répétition flagrante de la propagande du régime des mollahs. De nombreux officiers supérieurs de l’armée américaine affectés au camp original d’Achraf en Irak ont entendu les mêmes calomnies, ont mené des inspections et des enquêtes inopinées sur ces allégations, et ont déterminé qu’il s’agissait de mensonges générés par Téhéran.

Le personnel diplomatique américain a visité les deux camps de l’OMPI en Irak avant leur transfert en Albanie et a depuis visité le complexe dans lequel ils résident maintenant.

De même, la plupart, sinon la totalité, des signataires de la présente déclaration ont visité le camp albanais et ont eu des contacts directs avec les membres de l’OMPI. En Albanie, comme auparavant en Irak, il n’y a aucune preuve crédible de problèmes de Droits de l’Homme au sein de l’OMPI.

Il ne semble pas non plus que M. Malley comprenne que l’OMPI n’est qu’une organisation au sein du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Dirigée par Mme Maryam Radjavi, la plateforme du CNRI est basée sur les principes de la démocratie et de la liberté religieuse. Mme Radjavi a plaidé publiquement en faveur d’un Iran libre et démocratique face aux assassinats, aux enlèvements, aux attentats terroristes et à la désinformation du régime. Mme Radjavi et le CNRI n’ont cessé d’appeler à la création d’institutions démocratiques laïques au suffrage universel en Iran, à l’émancipation des femmes et des minorités, et à une nation non nucléaire réconciliée avec une communauté internationale pacifique. Ce sont ces mêmes objectifs qui résonnent aujourd’hui dans les manifestations et les tirs à travers l’Iran.

L’OMPI, et le CNRI d’ailleurs, n’a pas besoin de l’approbation de M. Malley pour poursuivre sa lutte héroïque pour la liberté avec d’autres dissidents iraniens, mais son attaque personnelle contre le principal groupe d’opposition qui partage les principes américains des Droits de l’Homme et de la représentation démocratique sape dangereusement la crédibilité de toute l’opposition démocratique.

M. Malley ignore commodément les faits suivants concernant le gouvernement qu’il essaie d’embrasser. Il n’y a toujours aucune responsabilité pour le bombardement des tours Khobar en 1996 qui a tué 19 aviateurs américains. En 2018, le département américain de la Défense a publié un rapport qui impute directement aux pasdaran la mort de plus de 600 membres des services américains en Irak. En 2020, une attaque de missiles iraniens a visé une installation militaire américaine en Irak et a gravement blessé des personnels en uniforme américains. Le gouvernement albanais a expulsé des diplomates iraniens en raison de complots terroristes contre des membres de l’OMPI vivant dans son pays. Les autorités allemandes, françaises et belges ont enquêté, jugé et condamné un diplomate iranien pour un acte de terrorisme d’État pour sa tentative d’attentat à la bombe lors d’un rassemblement du CNRI en région parisienne en 2018, auquel de nombreux Américains et membres de l’Union européenne ont pris part.

Aujourd’hui, le peuple ukrainien est soumis au bombardement de centaines de drones de fabrication iranienne contenant des composants américains illégalement sécurisés. L’indignation internationale s’est surtout heurtée au silence américain. Quels autres actes de complaisance M. Malley a-t-il l’intention de proposer pour ramener ses homologues iraniens à la table des négociations ?

Voir un haut fonctionnaire américain répéter de telles fausses affirmations alors que l’OMPI et d’autres manifestants sont violemment réprimés est scandaleux, et facilite en fait la machine à tuer du régime dans les rues et les campus d’Iran. Si M. Malley croit à tort que l’adoption de la fausse propagande des mollahs contre l’OMPI persuadera les terroristes de relancer les négociations du JCPOA, il doit être relevé de cette importante mission. L’administration et le secrétaire Blinken doivent apporter leur soutien, et non leur condamnation, aux milliers de combattants de la liberté qui sont tués et emprisonnés en Iran. L’action irréfléchie de M. Malley contribue à la suppression de la liberté et de la démocratie en Iran.

Ambassadeur J. Kenneth Blackwell – Ancien représentant des États-Unis auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations unies

Colonel (retraité) Thomas Cantwell – Ancien commandant d’Achraf, Irak

Linda Chavez – ancienne assistante du président pour la liaison publique ; présidente du Center for Equal Opportunity (Centre pour l’égalité des chances)

Colonel (retraité) John Cirafici – Ancien attaché de défense, Alger

Général (retraité) James Conway – Ancien Commandant du Corps des Marines des USA

Général de corps d’armée (retraité) David Deptula – Ancien chef du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance de l’armée de l’air américaine.

Professeur Alan Dershowitz – Professeur de droit, Harvard Law School

M. Louis J. Freeh – Ancien directeur du FBI

M. Newt Gingrich – Ancien président de la Chambre des représentants des États-Unis.

Général (retraité) James L. Jones – Ancien commandant de l’USMC, commandant de l’OTAN, conseiller du président pour la sécurité nationale.

M. Robert Joseph – Ancien sous-secrétaire d’État pour le contrôle des armes et la sécurité internationale.

Patrick Kennedy – Ancien représentant du Congrès américain, Rhode Island.

M. Joseph I. Lieberman – Ancien sénateur américain, Connecticut.

Colonel (retraité) de l’armée américaine Wes Martin, ancien officier supérieur chargé de la lutte contre le terrorisme au sein des forces de la coalition en Irak.

Colonel (retraité) Gary Morsch – Ancien officier médical principal à Ashraf, Irak.

Michael B. Mukasey, ancien procureur général des États-Unis.

Général de brigade (retraité) David D. Phillips – Ancien commandant de la police militaire de l’armée américaine.

M. Ted Poe – Ancien membre du Congrès américain, Texas

John Sano – Ancien directeur adjoint du National Clandestine Service de la CIA.

Professeur Ivan Sascha Sheehan, Ph.D. – Directeur exécutif de l’école des affaires publiques et internationales, Université de Baltimore.

M. Eugene R. Sullivan – Juge fédéral à la retraite

M. Robert Torricelli – Ancien sénateur des États-Unis, New Jersey

Général (retraité) Charles (Chuck) Wald – Ancien commandant adjoint du Commandement européen des États-Unis.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe