samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsReportage en direct : à Stockholm, les Iraniens demandent des comptes et...

Reportage en direct : à Stockholm, les Iraniens demandent des comptes et la justice

Reportage en direct : à Stockholm, les Iraniens demandent des comptes et la justice
CETTE PAGE SERA MISE A JOUR EN DIRECT

Samedi, des milliers d’Iraniens épris de liberté, de partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) et du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) ont organisé un rassemblement à Stockholm, en Suède. Ce rassemblement a également été suivi par plusieurs députés suédois et des hommes politiques européens de renom.

Le rassemblement massif d’aujourd’hui intervient deux jours après qu’un tribunal de Stockholm a condamné Hamid Noury, un responsable pénitentiaire iranien impliqué dans le massacre de 1988, à la prison à vie. Noury a été arrêté en 2019 en Suède dans le cadre de la Juridiction universelle et pour sa participation au génocide de 1988 de 30000 prisonniers politiques, pour la plupart membres de l’OMPI. Le verdict du tribunal a également souligné que les membres de l’OMPI étaient la cible principale de ce génocide.

Le procès de Noury a été marqué par les récits poignants de survivants du massacre de 1988, qui ont évoqué les jours sombres de la prison de Gohardacht à Karaj, à l’ouest de Téhéran, où Noury travaillait en tant que régisseur adjoint de la prison.

En même temps que le procès de Noury, qui a duré 33 mois, les militants de l’OMPI et les membres des familles des victimes de 1988 ont organisé un sit-in devant le palais de justice. Le message central du rassemblement d’aujourd’hui est la nécessité de tenir pour responsables tous les auteurs du massacre de 1988, y compris l’actuel président du régime, Ebrahim Raïssi, membre de la « Commission de la mort » de Téhéran, qui était chargée de condamner les prisonniers à l’exécution.

Suivez notre reportage en direct sur le rassemblement massif d’aujourd’hui en Suède.

Le député suédois Kjell Arne Ottosson

Le député suédois Kjell Arne Ottosson

De nombreux Iraniens sont venus exprimer leur protestation contre le régime des mollahs, qui sème la terreur et la crainte, et réprime sa population. Le nombre d’exécutions a augmenté en Iran, et c’est pour cela que vous êtes ici aujourd’hui pour manifester votre protestation. Au Parlement suédois, nous soutenons votre cause pour un Iran libre et démocratique.

Le député suédois Ingemar Kihlström

Swedish MP Ingemar Kihlström

Je veux exprimer mon soutien à ce que vous faites pour un Iran libre. En tant que démocrate, il est important pour moi de montrer mon soutien aux Droits de l’Homme. Peu importe où vous vivez dans le monde. Le régime iranien ne respecte pas les Droits de l’Homme.

Ceux qui ont commis ces crimes doivent être jugés. Nous devons travailler pour que le peuple iranien puisse être libre. Les criminels doivent être poursuivis. Dans ma demande parlementaire, je me bats pour que les femmes d’Iran aient des droits égaux. Travaillons ensemble pour rétablir les Droits de l’Homme en Iran.

Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement européen

Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement européen

C’est une victoire de la justice et de la vérité contre les politiques opportunistes. Je tiens à féliciter tous les combattants de la liberté, je tiens à féliciter l’extraordinaire équipe d’avocats dirigée par Kenneth Lewis qui a présenté au tribunal des preuves indéniables. Je veux aussi féliciter Maryam Radjavi pour sa direction sage et courageuse qui nous a fait traverser ce procès. Et je tiens à féliciter les familles des victimes qui ont enfin obtenu justice pour leurs proches.

Il a été prouvé au tribunal que la dictature théocratique au pouvoir en Iran est un système politique hors-la-loi qui inflige les pires atrocités à son peuple. Plus d’apaisement. Plus de dialogue. Plus de négociations. Les mollahs sont une bande d’assassins qui ne devraient pas être acceptés comme membres de la communauté internationale.

Le message du tribunal de Stockholm doit être écouté par le Parlement belge qui ne doit pas accepter un traité d’impunité pour un autre criminel, Assadollah Assadi. Assadi doit rester en prison pour le reste de sa vie.

Les jours du régime fanatique iranien sont comptés. Le procès de Hamid Noury le prouve. Nous continuerons sans hésitation notre lutte en faveur de la liberté du peuple iranien jusqu’à ce que tous les criminels du régime soient traduits en justice et reçoivent la punition qu’ils méritent.
Vive la liberté en Iran. Vive Maryam Radjavi.

MESSAGE DE MARYAM RADJAVI À LA MANIFESTATION DES IRANIENS ÉPRIS DE LIBERTÉ À STOCKHOLM

MESSAGE DE MARYAM RADJAVI À LA MANIFESTATION DES IRANIENS ÉPRIS DE LIBERTÉ À STOCKHOLM

Nous n’aurons pas de répit tant que nous n’aurons pas contraint la dictature religieuse et putrifiée en Iran à avaler la coupe de « poison » des droits humains
Mes chers compatriotes,
Amis et partisans de la Résistance iranienne,
Amis insurgés,

Je vous adresse mes salutations à vous qui maintenez vos convictions et restez fidèles à vos serments aux victimes exécutées, à la voie de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), à ses idéaux et à son dirigeant. Vous qui restez fidèles à la lutte contre quiconque veut piétiner le sang des Moudjahidine du peuple et de leur mouvement pour la justice et le confisquer au profit de leurs bourreaux. En fait, ce que vous avez fait durant l’année dernière dans ce sens est en soi une épopée pleine de fougue. Votre détermination est forte et votre combat contre le régime des mollahs est toujours tenace.

Le jugement de Khamenei et Raïssi
Au bout de presque trois ans, la justice suédoise a rendu son verdict et condamné un bourreau – je le souligne, un seul – à la réclusion à perpétuité parmi les auteurs du génocide et du grand crime contre l’humanité, à savoir le massacre des prisonniers politiques de 1988.

Bien sûr, c’est une bonne chose, et le résultat de vos efforts et de votre enthousiasme est digne d’éloges. Mais la justice ne sera entièrement rendue que lorsque les responsables, les dirigeants et les auteurs, de Khamenei et Raïssi à Nayeri et Ejeï et les autres, seront jugés par les tribunaux du peuple iranien, ainsi que les apprentis bourreaux et les mercenaires dont Amnesty International a mentionné l’objet de leur collaboration dans son rapport.
La commission de la mort posait ces questions aux Moudjahidine du peuple emprisonnés :
– Êtes-vous prêt à dénoncer l’OMPI et ses dirigeants ?
– Êtes-vous disposé à rejoindre les forces armées de la République islamique et à vous battre contre l’OMPI ?
– Êtes-vous disposé à espionner certains de vos anciens camarades et à « coopérer » avec des représentants des renseignements ?
– Êtes-vous disposé à participer à des pelotons d’exécution ?
– Êtes-vous disposé à pendre un membre de l’OMPI ?

Oui, dans l’appel à la justice du peuple iranien, lorsque le régime des mollahs sera renversé par le pouvoir du peuple et sa résistance, les secrets du plus grand massacre de prisonniers politiques de l’histoire moderne seront révélés. Surtout les questions que Massoud [Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne] a écrites au Rapporteur des droits humains de l’ONU le 12 février 1996 :
– Quel est le nombre précis de prisonniers politiques exécutés pendant le massacre, avant et après ?
– Où sont enterrés les corps ?
– Où sont les fosses communes ?
– Quel est le nombre de personnes exécutées de moins de 18 ans ?
– Quel est le nombre de femmes, surtout de jeunes filles pubères ?
– Quels sont le nombre et l’adresse des prisons officielles et non officielles et des caches des forces de renseignement et de sécurité ?

Oui, vous, partisans de la résistance, vous avez montré au cours de ces années et de ces mois que pour l’avènement d’un si grand jour, avec les unités de résistance, vous ne connaissez pas de répit et êtes prêts à payer le prix nécessaire.

Le face à face entre l’OMPI et le régime des mollahs
Chers amis et sœurs et frères !
L’histoire du massacre de 1988 est l’histoire de la confrontation d’un régime inhumain avec la seule menace à son existence, l’OMPI.

La fatwa de Khomeiny ordonnant le massacre est toujours le critère de l’action du régime face à l’OMPI et à la Résistance.

La destruction physique, politique et idéologique des Moudjahidine du peuple est à l’ordre du jour de cette tyrannie depuis la première année du régime maudit du guide suprême.

Récemment, le mollah Hossein Ali Nayeri, chef de la commission de la mort de Téhéran, a clairement déclaré que « si l’imam [Khomeiny] n’avait pas été ferme, peut-être que nous n’aurions pas du tout cette sécurité (…) que le régime n’aurait pas du tout survécu (…) Que fallait-il faire dans cette situation de crise ? Il fallait émettre un verdict décisif. »

Il a également révélé le désespoir du régime contre les prisonniers restés fidèles à leurs convictions et a déclaré : « ils avaient encore conservé leur propre cohésion. Non seulement ils avaient maintenu des liens organisationnels, mais ils avaient aussi mis sur pied une nouvelle structure organisationnelle à l’intérieur de la prison. Par les moyens qu’ils connaissaient, ils obtenaient des informations de l’extérieur. Ils contrôlaient l’atmosphère de la prison. C’est-à-dire qu’ils voulaient poursuivre leur hostilité. »

Ce monstre de meurtre et de crime admet une vérité que les témoins et les plaignants dans ce procès ont souligné à la barre, à propos de l’héroïsme des Moudjahidine du peuple, expliquant : comment ces prisonniers ont dit non à Khomeiny et à ses hommes de main en toute connaissance de cause et avec fidélité au nom, au chemin et à cause des Moudjahidine du peuple et de Massoud [Radjavi], ils ont embrassé la corde qui allait les pendre.

Bien sûr, ce sur quoi ce tribunal s’est penché, n’était qu’une partie des événements à la prison de Gohardacht.

Gare au jour où la tragédie du massacre à Evine et le grand crime commis dans différentes villes seront révélés, et gare au jour où l’héroïsme des femmes de l’OMPI pendant le massacre et les crimes commis contre elles par les bourreaux seront rendus publics.

Chers amis, sœurs et frères,

Bien qu’il y ait encore un long chemin devant nous dans la quête de la justice, la grande campagne juridique, politique et de révélations lancées par la Résistance ces 33 derniers mois, dans laquelle vous avez joué un rôle précieux, a remporté une grande victoire. Et le verdict de la cour a écrasé la manipulation « multiforme » du ministère du Renseignement et de ses mercenaires pour confisquer le mouvement pour la justice au détriment des Moudjahidine du peuple restés fidèles à leurs convictions. Un complot qui comprenait des dispositions nécessaires pour préparer le terrain à l’acquittement et à la libération du bourreau Hamid Noury.

Vous vous souvenez que le 15 novembre 2019, la commission de la Sécurité et du contre-terrorisme du Conseil national de la Résistance iranienne, avait exposé ce complot et annoncé que « des dizaines de Moudjahidine du peuple à Achraf 3 (témoins de près des crimes de ce bourreau) sont prêts à témoigner ». Mais la mise à l’écart des agents du régime dans l’affaire Hamid Noury est nécessaire à toute enquête judiciaire sérieuse, exempte de marchandage et d’arrangements.

Il est clair que si le tribunal ne s’était pas rendu à Albanie et n’avait pas vu les documents qui jouent un rôle décisif dans la preuve de la culpabilité du bourreau et que le procureur a cités à plusieurs reprises, le sort de l’affaire aurait été différent.

La ténacité des partisans de la résistance
Votre manifestation et votre ténacité de 9 mois et votre présence ininterrompue devant le tribunal de Stockholm ont joué un rôle inoubliable dans cette grande campagne. Dans la chaleur et le froid les plus sévères, vous vous êtes levés pour défendre l’identité et la cause des victimes du massacre de 1988. Vous n’avez pas permis au régime, à ses hommes de main et à ses mercenaires d’effacer l’identité du mouvement pour la justice et de le trainer dans la boue.

Disons qu’il reste encore de très sérieuses questions et ambiguïtés dans cette affaire qui demeurent sans réponse et doivent être élucidées. La commission de la Sécurité et du contre-terrorisme et la commission judiciaire du Conseil national de la Résistance ont mentionné ces choses dans les communiqués, rapports et livres qui ont été publiés, et il ne fait aucun doute que la vérité triomphera.

Lorsqu’en 2016, parallèlement à l’achèvement du transfert des Moudjahidine du peuple du camp de Liberty vers l’Albanie, nous avons fait de la question du massacre de 1988 une priorité urgente et l’avons traitée avec encore plus de ressources et de force, j’ai annoncé et répété à de nombreuses reprises que nous continuerons le mouvement pour la justice avec une détermination au centuple. Nous ne connaitrons pas de répit tant que nous n’aurons pas versé la coupe de « poison » des droits humains (comme la coupe de « poison» du cessez-le-feu [que Khomeiny a dû boire contre son gré, selon sa propre expression]) dans la gorge du régime putréfié du guide suprême.

Dans la feuille de route de l’appel à la justice, le premier pas a été accompli mais il faut continuer pour l’étendre à l’ensemble des dirigeants du régime.

Je le dis clairement : le génocide, le crime contre l’humanité et le massacre doivent être, et je le souligne, enregistrés exactement en ces termes juridiques dans les tribunaux nationaux et internationaux et au Conseil de sécurité de l’ONU et une enquête internationale doit être menée en présence de représentants de la Résistance iranienne.

La guerre du peuple iranien contre ce régime, et la résistance indépendante qui a commencé le 20 juin 1981 et qui n’ont eu et n’ont aucun lien avec aucun gouvernement ni aucun pays, continueront de toute leur force jusqu’au renversement de ce régime, comme le veut la nation iranienne.

Je vous salue, vous qui avez changé les équations avec votre persévérance, vous qui allez continuer et qui tiendrez bon jusqu’au bout … Forts et inébranlables sur vos serments.

En avant vers des horizons plus lumineux !
La victoire vous appartient !

Kenneth Lewis, avocat de renom

Kenneth Lewis, avocat de renom Nous sentons très clairement que les temps changent vraiment. J'ai eu l'honneur d'être l'avocat de l’OMPI depuis 2003. En 2004, je suis allé en Irak pour convaincre les forces américaines de les libérer de leur internement. Je faisais partie de l'équipe qui a contribué à faire retirer l'OMPI de la liste des organisations terroristes de l'Union européenne. Les États-Unis ont ensuite été contraints de les retirer de leur liste. En effet, nous pouvons sentir que les temps changent. Jeudi, ce fut un mouvement historique pour nous tous. Il y a 34 ans, lorsque le régime a été contraint de mettre fin à la guerre avec l'Irak, il a craint que le peuple iranien ne le punisse pour avoir perpétré ce massacre pendant si longtemps. C'est pourquoi Khomeini a émis une fatwa pour exécuter tous les militants de l'OMPI qui continuaient à soutenir l'organisation. Cela a conduit à l'exécution de quelque 30 000 prisonniers probablement. Bien que la nouvelle ait atteint le monde entier, le régime a nié que le massacre ait eu lieu. Non seulement il l'a nié, mais il a tenté de dissimuler les preuves en cachant les fosses communes où les victimes ont été enterrées. Aujourd'hui, 34 ans plus tard, un tribunal d'un pays démocratique a tenu un procès de 92 jours, au cours duquel Hamid Noury a été poursuivi pour son rôle dans ce massacre. Le jugement est historique non seulement parce que Noury a été condamné à la prison à vie, mais aussi parce que le tribunal a confirmé que le massacre des prisonniers a bien eu lieu, comme nous l'affirmons depuis des années et des années. Le tribunal déclare qu'il s'est abstenu de citer les noms des autres responsables de ce crime qui n'ont pas été jugés. Mais lorsque vous lisez la décision, vous voyez les noms de certains des principaux responsables, y compris Ebrahim Raïssi, qui était lui-même membre de la Commission de la mort. Le tribunal a clairement déclaré que la fatwa de Khomeini n'avait aucune base légale, que ce soit en vertu des lois iraniennes ou du droit international. Contrairement à Noury, qui a eu deux avocats pendant les 92 jours de procès, les victimes n'ont pas eu d'avocats et leurs procès n'ont duré que quelques minutes avant qu'elles ne soient envoyées à la potence. 60 plaignants ont témoigné au tribunal. Outre le rôle de Noury, beaucoup de ces témoignages incluent le rôle d'autres personnes, notamment Nayeri, Pourmohammadi, Eshraghi et Raïssi. Le régime des mollahs est clairement déclaré comme étant l'un des plus grands violateurs des Droits de l'Homme dans le monde. Avec ce verdict, il est possible de tenir Raisi et Khamenei responsables de crimes contre l'humanité. Nous espérons que cela sera possible un jour prochain, et que les auteurs de ce massacre seront jugés pour leurs crimes. Les avocats de Noury ont déclaré qu'ils feraient appel du verdict, un privilège que ses victimes n'ont pas eu. Le massacre de 1988 représente en fait un génocide, non seulement contre l'OMPI, mais aussi contre les gauchistes. Nous ne devons jamais oublier les martyrs qui ont été tués dans ce massacre, et encore moins pardonner. Nous continuerons la lutte. Aboulghassem Rezaee Secrétaire adjoint du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) Nous avons fait le premier pas. Et nous continuerons jusqu'à ce que nous ayons vaincu ce régime. Nous saluons tous les martyrs du 20 juin 1981 aux soulèvements de cette année. Nous poursuivrons leur chemin. Nous ne permettrons pas que ce qui est arrivé à la révolution de 1979 soit répété à cette nouvelle révolution. Au cours de l'année écoulée, il était évident que la cible principale de toute la propagande était la principale alternative du régime. L'épopée historique du massacre de 1988 ne sera pas oubliée et ne peut être effacée par la propagande. Lorsque nous avons dit stop à ce régime, nous avons tenu parole et nous continuerons à en payer le prix. Dans l'histoire de l'Iran, il n'y a pas de mouvement qui ait tenu tête à ce régime pendant 44 ans. Nous avons traversé des tempêtes et des bains de sang, à Achraf et à Liberty, et à l'époque du régime du Shah. Mais jamais nous n'avons cédé aux exigences du Shah ou du régime des mollahs. Si nous avions accepté le règne de Khomeini, il nous aurait ouvert toutes les portes. Mais nous nous sommes tenus à nos principes et avons dit non au règne de Khomeini et des mollahs. Le coup d'État du 17 juin 2003 a été organisé parce que nous avons défendu nos principes. De même, votre position et votre persistance pendant les neuf mois de ce tribunal ont permis d'obtenir cette victoire. S'il n'y avait pas eu vos efforts, s'il n'y avait pas eu les témoignages en Albanie, s'il n'y avait pas eu la coopération et la contribution de nos frères marxistes, le résultat du procès aurait été différent. Nos ennemis ont voulu donner l'image que les victimes du massacre de 1988 ne savaient pas qu'elles allaient être exécutées. Mais de nombreux faits sont devenus évidents. Il y a de nombreux fronts, mais nous nous battrons sur chacun d'entre eux et ils mènent tous à la liberté de notre pays.

Nous sentons très clairement que les temps changent vraiment. J’ai eu l’honneur d’être l’avocat de l’OMPI depuis 2003. En 2004, je suis allé en Irak pour convaincre les forces américaines de les libérer de leur internement. Je faisais partie de l’équipe qui a contribué à faire retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne. Les États-Unis ont ensuite été contraints de les retirer de leur liste.

En effet, nous pouvons sentir que les temps changent. Jeudi, ce fut un mouvement historique pour nous tous. Il y a 34 ans, lorsque le régime a été contraint de mettre fin à la guerre avec l’Irak, il a craint que le peuple iranien ne le punisse pour avoir perpétré ce massacre pendant si longtemps. C’est pourquoi Khomeini a émis une fatwa pour exécuter tous les militants de l’OMPI qui continuaient à soutenir l’organisation. Cela a conduit à l’exécution de quelque 30 000 prisonniers probablement. Bien que la nouvelle ait atteint le monde entier, le régime a nié que le massacre ait eu lieu. Non seulement il l’a nié, mais il a tenté de dissimuler les preuves en cachant les fosses communes où les victimes ont été enterrées.

Aujourd’hui, 34 ans plus tard, un tribunal d’un pays démocratique a tenu un procès de 92 jours, au cours duquel Hamid Noury a été poursuivi pour son rôle dans ce massacre.
Le jugement est historique non seulement parce que Noury a été condamné à la prison à vie, mais aussi parce que le tribunal a confirmé que le massacre des prisonniers a bien eu lieu, comme nous l’affirmons depuis des années et des années. Le tribunal déclare qu’il s’est abstenu de citer les noms des autres responsables de ce crime qui n’ont pas été jugés. Mais lorsque vous lisez la décision, vous voyez les noms de certains des principaux responsables, y compris Ebrahim Raïssi, qui était lui-même membre de la Commission de la mort. Le tribunal a clairement déclaré que la fatwa de Khomeini n’avait aucune base légale, que ce soit en vertu des lois iraniennes ou du droit international.

Contrairement à Noury, qui a eu deux avocats pendant les 92 jours de procès, les victimes n’ont pas eu d’avocats et leurs procès n’ont duré que quelques minutes avant qu’elles ne soient envoyées à la potence.

60 plaignants ont témoigné au tribunal. Outre le rôle de Noury, beaucoup de ces témoignages incluent le rôle d’autres personnes, notamment Nayeri, Pourmohammadi, Eshraghi et Raïssi. Le régime des mollahs est clairement déclaré comme étant l’un des plus grands violateurs des Droits de l’Homme dans le monde. Avec ce verdict, il est possible de tenir
Raisi et Khamenei responsables de crimes contre l’humanité.

Nous espérons que cela sera possible un jour prochain, et que les auteurs de ce massacre seront jugés pour leurs crimes.

Les avocats de Noury ont déclaré qu’ils feraient appel du verdict, un privilège que ses victimes n’ont pas eu.

Le massacre de 1988 représente en fait un génocide, non seulement contre l’OMPI, mais aussi contre les gauchistes. Nous ne devons jamais oublier les martyrs qui ont été tués dans ce massacre, et encore moins pardonner.

Nous continuerons la lutte.

Aboulghassem Rezaee Secrétaire adjoint du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)

https://twitter.com/CNRIFrance/status/1548308530087661569?s=20&t=A6V3n1PNmdpcljQGsX5eYA

Nous avons fait le premier pas. Et nous continuerons jusqu’à ce que nous ayons vaincu ce régime. Nous saluons tous les martyrs du 20 juin 1981 aux soulèvements de cette année. Nous poursuivrons leur chemin. Nous ne permettrons pas que ce qui est arrivé à la révolution de 1979 soit répété à cette nouvelle révolution.

Au cours de l’année écoulée, il était évident que la cible principale de toute la propagande était la principale alternative du régime. L’épopée historique du massacre de 1988 ne sera pas oubliée et ne peut être effacée par la propagande. Lorsque nous avons dit stop à ce régime, nous avons tenu parole et nous continuerons à en payer le prix.

Dans l’histoire de l’Iran, il n’y a pas de mouvement qui ait tenu tête à ce régime pendant 44 ans. Nous avons traversé des tempêtes et des bains de sang, à Achraf et à Liberty, et à l’époque du régime du Shah. Mais jamais nous n’avons cédé aux exigences du Shah ou du régime des mollahs. Si nous avions accepté le règne de Khomeini, il nous aurait ouvert toutes les portes. Mais nous nous sommes tenus à nos principes et avons dit non au règne de Khomeini et des mollahs.

Le coup d’État du 17 juin 2003 a été organisé parce que nous avons défendu nos principes. De même, votre position et votre persistance pendant les neuf mois de ce tribunal ont permis d’obtenir cette victoire. S’il n’y avait pas eu vos efforts, s’il n’y avait pas eu les témoignages en Albanie, s’il n’y avait pas eu la coopération et la contribution de nos frères marxistes, le résultat du procès aurait été différent.

Nos ennemis ont voulu donner l’image que les victimes du massacre de 1988 ne savaient pas qu’elles allaient être exécutées. Mais de nombreux faits sont devenus évidents.
Il y a de nombreux fronts, mais nous nous battrons sur chacun d’entre eux et ils mènent tous à la liberté de notre pays.

Parviz Khazaei Représentant du CNRI dans les pays nordiques

La fatwa de Khomeini a déclaré que toute personne qui maintient son soutien à l’OMPI doit être tuée. Khomeini a souligné que le processus devait être exécuté très rapidement. C’est exactement comme cela qu’a fonctionné Adolf Hitler, qui a ordonné de se débarrasser de tous les Juifs et de toutes les personnes malades ou souffrant de problèmes mentaux.

Je salue tous ceux qui ont empêché cette affaire judiciaire de prendre un mauvais chemin.

Ce n’est que le début. Nous traduirons ce régime, et tous ses responsables, en justice. Le temps n’efface pas les crimes contre l’humanité et le génocide. Nous allons traduire ce régime devant un tribunal de type Nuremberg très bientôt.

Dans le même temps, ce qui se passe en Belgique est une démonstration honteuse de la politique de complaisance pour céder à la politique de prise d’otages du régime. Nous nous tiendrons tous les jours devant toutes les ambassades belges.

Message de Khebat Org. Secrétaire Général Kak Baba Sheikh Hosseini

Le verdict de la cour suédoise dans la condamnation de Hamid Noury signifie la condamnation de l’ensemble du régime des mollahs. C’est un document très fort pour juger les autres dirigeants criminels du régime des mollahs, en particulier Raïssi. C’est une victoire pour le mouvement de recherche de la justice. Les mains de Raïssi sont souillées par le sang des enfants d’Iran. Il a exécuté de nombreux Iraniens.

Je tiens à remercier la justice suédoise et les membres de la Résistance iranienne qui ont dénoncé les atrocités du régime et empêché que le procès soit orienté en faveur du régime. Le régime des mollahs est dans une impasse sur tous les fronts. Sa politique destructrice et sa corruption, son programme de bombe atomique, son programme de missiles et son ingérence dans d’autres pays ont créé de nombreuses crises pour le peuple iranien.

Toutes les protestations et manifestations du peuple iranien qui se déroulent chaque jour indiquent que le peuple aspire à un changement de régime. Le régime des mollahs sera renversé par le peuple iranien.

La lutte du peuple du Kurdistan se poursuit dans de nombreux domaines. Ils continueront leur lutte jusqu’à ce que le régime soit renversé et que ses forces répressives soient balayées de leurs territoires.

L’Organisation Khebat est la principale force pour le changement de régime au Kurdistan. Nous poursuivrons notre lutte jusqu’à ce que ce régime soit renversé. Nous pensons qu’il ne doit y avoir aucune transaction ou négociation avec ce régime.

Aujourd’hui, le régime propose de fausses alternatives pour compromettre la lutte de la Résistance iranienne. Mais le peuple iranien a rejeté ces tactiques et a montré sa volonté de changer ce régime. Notre organisation considère le CNRI comme la seule alternative au régime iranien et la seule alternative qui rétablira les droits du Kurdistan.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe