mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsManifestations en Iran : La signification de la grève des travailleurs du...

Manifestations en Iran : La signification de la grève des travailleurs du pétrole

Manifestations en Iran : La signification de la grève des travailleurs du pétrole

Lundi, les travailleurs d’un complexe pétrochimique à Asaluyeh, dans le sud de l’Iran, se sont mis en grève. Leurs collègues de la raffinerie de pétrole d’Abadan les ont également rejoints mardi. Quatre semaines après le début des grandes manifestations en Iran, la grève des travailleurs du pétrole et de la pétrochimie est considérée comme un tournant.

Ce n’est pas la première fois que des travailleurs du secteur pétrolier, principalement des contractuels, se mettent en grève. Mais auparavant, ils avaient organisé des manifestations pour réclamer leurs droits. Leurs manifestations ont été réprimées, et de nombreux travailleurs démunis ont été arrêtés ou licenciés. Pourtant, les travailleurs pétroliers iraniens ont rejoint le soulèvement national et la demande populaire de « changement de régime ».

Initialement déclenchées en raison de la mort d’une jeune Kurde de 22 ans en garde à vue, les manifestations iraniennes se sont transformées en une révolution, les gens ne demandant rien de moins qu’un changement de régime. Les protestations ont persisté malgré la répression sévère du régime.

Le premier tournant du soulèvement iranien a été les manifestations de samedi, auxquelles se sont joints des étudiants. Ces manifestations ont eu lieu quelques jours après la répression sanglante de prières innocentes à Zahedan et après que le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a menacé les Iraniens tout en faisant l’éloge de ses forces répressives.

Le soulèvement iranien a connu ce que beaucoup considèrent comme son deuxième tournant lorsque les travailleurs contractuels du secteur pétrolier ont commencé leur grève pour plusieurs raisons :

● Considéré comme la principale source de revenus du régime, l’arrêt ou l’arrêt partiel de l’industrie pétrolière porte un coup majeur à la théocratie au pouvoir en Iran. En d’autres termes, les travailleurs contrôlent la principale source de revenus du régime.

● Les travailleurs iraniens font partie des classes les plus opprimés et les plus défavorisés de la société. La corruption et l’ineptie du régime ont transformé la société iranienne, et en particulier la communauté des travailleurs, en une véritable poudrière. L’Iran compte près de 15 millions de travailleurs, qui forment une grande partie de la population avec leurs familles. Ainsi, les travailleurs qui rejoignent le soulèvement menacent sérieusement la théocratie au pouvoir.

● Ces travailleurs n’ont rien à perdre en raison de la corruption du régime et du pillage de leurs richesses. Leur participation au soulèvement actuel signifie que les protestations sont entrées dans une nouvelle ère.

● Les travailleurs iraniens du secteur du pétrole ont leurs syndicats et font partie des secteurs les plus organisés en raison de leur histoire de défi. Ils ont donc pu plus facilement organiser des protestations et des grèves, et la propagation rapide des grèves en témoigne.

● Il convient de souligner que durant les derniers mois du régime du Shah, la grève des travailleurs du secteur du pétrole iraniens en 1979 a porté un coup fatal au régime. La communauté internationale n’a pas sanctionné le régime du Shah, mais la grève des travailleurs a sérieusement ébranlé son économie.

En résumé, la grève des travailleurs contractuels du pétrole a réaffirmé la volonté inébranlable du peuple iranien de renverser à tout prix la théocratie au pouvoir. Le régime spolie les richesses de la nation iranienne pour se maintenir au pouvoir par l’exportation du terrorisme à l’étranger et la répression à l’intérieur du pays. La communauté internationale doit accroître sa pression sur le régime et aider les Iraniens à faire valoir leurs droits.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe