mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLe soulèvement national entame son 2e mois avec des manifestations étudiantes et...

Le soulèvement national entame son 2e mois avec des manifestations étudiantes et lycéennes

 Le soulèvement national entame son 2e mois avec des manifestations étudiantes et lycéennes

Soulèvement en Iran – N°57

En ce dimanche 16 octobre, alors que le soulèvement national en Iran entre dans son deuxième mois, dès la matinée, les universités de Téhéran et de diverses villes ont été le théâtre de manifestations et d’accrochages avec les forces répressives en solidarité avec les prisonniers d’Evine. Dans la capitale, les étudiants ont manifesté à l’université de Téhéran, celles de Khajeh Nasir, Allameh, Shariati, l’université de technologie Amirabad, et en province dans les facultés de médecine d’Ardebil, de Guilan et de Babol, à l’université Ferdoussi de Machad, l’université de Tabriz et celle de Nabi Akram de cette ville, l’université de Science et Technologie de Mazandaran, l’université Khwarazmi de Karadj, l’université Farabi de Qom, l’université Azad de Najafabad. De plus les étudiants de l’Académie d’éducation physique d’Ispahan et les élèves de plusieurs établissements scolaires de diverses villes, ont aussi manifesté.

Les étudiants scandaient « Téhéran est devenu un centre de détention, [la prison d’]Evine est devenu un abattoir », « ils ont tiré, ils ont tué, ils ont incendié Evine », « un nouveau cinémar Rex [incendié lors de la révolution de 1979], ça suffit, que tout le monde proteste », « l’Azerbaïdjan est en alerte, elle soutient le Kurdistan », « ils ont emporté notre Nika et ils ont rendu son cadavre », « milicien, bouffeur de ration, mache bien la dernière ».

Les jeunes de Shahriar ont attaqué une des bases de la milice du Bassidj, et la jeunesse de la ville de Loushan dans la province de Guilan ont visé les forces répressives avec des cocktails molotov. Un groupe de retraités à Ispahan a protesté avec le slogan « honte à radiotélévision ».

Aujourd’hui, les jeunes d’Ardebil ont de nouveau manifesté et se sont heurtés aux forces répressives. Hier, les habitants de la ville avaient été rendus furieux par un crime lors de l’attaque sauvage des agents en civil contre un lycée de filles. Ils ont manifesté dans divers quartiers de la ville, affrontant une nuée de forces répressives, d’agents en civil et de forces de l’unité spécial de la milice. Ils scandaient « à bas le dictateur », « à bas Khamenei», « à coups de canon, de char ou de mitraille, que les mollahs aillent au diable», « nous sommes les enfants de Babak », et « non à un régime tueur d’enfants ». Dans certaines secteurs, ils ont fait fuir les agents. Les jeunes ont incendié une base de la milice et ont pris le contrôle de plusieurs rues. Les femmes ont joué un rôle actif dans les heurts contre les forces répressives.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 16 octobre 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe