vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLe soulèvement en Iran se poursuit, obligeant les autorités à reconnaître le...

Le soulèvement en Iran se poursuit, obligeant les autorités à reconnaître le rôle de l’opposition

Le soulèvement en Iran se poursuit, obligeant les autorités à reconnaître le rôle de l'opposition

Les manifestations se poursuivent dans tout l’Iran malgré les nombreuses tentatives des autorités pour les étouffer. La persévérance de ce que beaucoup considèrent comme la nouvelle « révolution » démocratique de l’Iran au coeur de la répression massive du régime réfute toute idée que ces manifestations sont toutes inorganisées ou sans leader.

En fait, alors que le soulèvement se poursuit, des responsables, y compris de hauts commandants militaires et le président du régime, Ebrahim Raïssi, reconnaissent le rôle du groupe d’opposition organisé, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), principalement le modèle reconnaissable de confrontation courageuse avec les forces de sécurité par les « Unités de Résistance » de l’OMPI.

« Les membres de l’OMPI étaient pleinement entrés en scène. Ils ont cherché à profiter des victimes et à utiliser tout leur potentiel médiatique. Malheureusement, certaines personnes naïves sont tombées dans ce piège, et le système a reçu des coups importants », a déclaré Mohammad Dehgan, conseiller juridique d’Ebrahim Raïssi, le 28 novembre, selon l’agence de presse officielle Mehr News Agency.

Le 11 novembre, la sinistre Organisation des renseignements des Gardiens de la révolution (pasdaran) a publié un avertissement public, demandant désespérément aux gens d’éviter tout contact avec l’OMPI.

« Si des communications suspectes sont établies avec vous, demandant des actions telles que mener des actions de sabotage, mettre le feu à des lieux, des panneaux et des symboles ou écrire des graffitis, prendre des photos et filmer des lieux militaires et religieux spécifiques, ou organiser des rassemblements et des manifestations, etc., (soyez conscient que) l’OMPI a établi ces communications. Par conséquent, informez l’Unité de renseignement des pasdaran la plus proche ou le quartier général des informations de l’organisation de renseignement des pasdaran« , indique le communiqué.

Bien que les autorités tentent de minimiser le soulèvement national et de dépeindre les manifestants comme des agents étrangers, elles n’hésitent pas à exprimer leur peur absolue de l’ennemi juré du régime.

« De nos jours, la préservation du système sacré est une obligation, et tout effort à cet égard est précieux », a déclaré Raïssi aux forces spéciales de Téhéran le 26 novembre, selon le site Web officiel Entekhab.

Le général de brigade Ali Fadavi, commandant adjoint des pasdaran

« Depuis 70 jours, l’ennemi cherche une nouvelle voie pour ses dévastations, à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Nous devons tous défendre le système, et aujourd’hui est le jour où nous devons tout sacrifier pour l’État saint », a déclaré le 26 novembre le général de brigade Ali Fadavi, commandant adjoint des pasdaran, cité par le site Internet officiel Entekhab.

Le général de brigade des pasdaran, Abolfazl Shekarchi, porte-parole des forces armées du régime des mollahs

Le général de brigade des pasdaran, Abolfazl Shekarchi, porte-parole des forces armées, a clarifié « l’ennemi » du régime que Fadavi a mis en garde contre ses actions. « Nous ne reculerons pas contre l’OMPI, et nous les vaincrons. Nous jurons de défendre ce système contre eux à tout prix », a-t-il déclaré, selon le site Web officiel Entekhab le 26 novembre.

Au fur et à mesure que les manifestations se poursuivent, les responsables du régime cessent progressivement de clamer leur « victoire », et leur ton effrayé, associé à des avertissements sans fin que ce soulèvement « continue », est assez révélateur. Ils reconnaissent qu’étant donné que l’opposition organisée joue un rôle de premier plan, les forces du régime doivent être en état d’alerte.

MEK Resistance Units send 5000 messages to Free Iran 2022 campaign

Ils reconnaissent également que l’existence du régime est en jeu, et que la préservation du théocratie religieuse a un prix élevé. Les responsables du régime ont donc intensifié leur rhétorique contre l’OMPI afin de faire mieux comprendre à leurs forces la gravité de la situation. La télévision officielle diffuse des films de propagande pour ternir l’image de l’OMPI, dans l’espoir de réduire la tendance croissante des jeunes rebelles à rejoindre le réseau des Unités de Résistance de l’organisation.

Le 23 octobre, Mahmoud Hosseini-Pour, gouverneur de la province de Mazandaran, dans le nord de l’Iran, a mis en garde les responsables « qui s’assoient et analysent la situation, pensant comprendre ce qui se passera » une fois le régime tombé, leur rappelant qu’une fois la révolution terminée, « l’ennemi les punira en premier. »

Le 28 novembre, le commandant aérospatial des pasdaran, Amir-Ali Hajizadeh, qui rendait visite aux éléments Basij à l’université de formation Rajaee à Téhéran, a compté une longue liste de griefs du régime à l’égard de l’OMPI et a demandé : « Compte tenu de ces faits, sommes-nous censés considérer les membres de l’OMPI comme des ennemis ou comme des amis ? Lorsqu’ils invitent les gens à des émeutes, ou lorsqu’ils disent que les forces de police ont tué Mme Mahsa Amini, devons-nous l’accepter, ou sommes-nous censés entendre la vérité de notre ennemi ? »

Alors que la théocratie au pouvoir en Iran reconnaît ouvertement sa peur de la Résistance iranienne, ses apologistes et ses partisans de longue date à l’étranger essaient de dépeindre l’OMPI comme un « groupe marginal » avec « peu ou pas de soutien populaire » et tentent sans cesse de ternir l’image de l’alternative viable du régime. Ils montrent leurs vraies couleurs en affirmant qu’ils préfèrent que le régime reste au pouvoir plutôt que le peuple iranien et sa Résistance organisée atteignent leur but.

Néanmoins, ces efforts désespérés ne prolongeront pas la vie du régime, car les Iraniens et leur opposition sont déterminés à mettre fin à quarante ans de misère et de crimes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe