dimanche, septembre 25, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : Manifestations à Ispahan et tactique de diversion du régime

Iran : Manifestations à Ispahan et tactique de diversion du régime

Iran : Manifestations à Ispahan et tactique de diversion du régime

Les dictateurs utilisent la stratégie « diviser pour mieux régner » depuis des siècles. Mais pour la théocratie iranienne au pouvoir, d’essence trompeuse, cette stratégie est un pilier fondamental de sa politique.

Après deux semaines de sit-in des agriculteurs dans le lit asséché de la rivière Zayandeh Roud à Ispahan, les forces de sécurité ont pris d’assaut leur camp de fortune aux premières heures de jeudi et ont brûlé leurs tentes. Les agriculteurs avaient déjà appelé leurs concitoyens à un grand rassemblement vendredi, et la répression n’a fait qu’intensifier la colère de la population envers le régime et son appareil de sécurité.

Les habitants qui s’étaient auparavant rassemblés pacifiquement pour protester contre les pénuries d’eau, ont commencé à scander des slogans politiques, tels que « à bas le dictateur » et « à bas Khamenei ». Le régime, sentant le danger d’un soulèvement, a eu recours à ses méthodes habituelles : tromperie et répression. Alors que les manifestants étaient violemment battus par la police anti-émeute et qualifiés de « voyous et de hooligans » par les médias officiels, le régime a également tenté d’entretenir la dissension parmi les manifestants.

Des vidéos obtenues par l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) montrent plusieurs membres des forces paramilitaires du Basij déguisés en manifestants. Lorsque les gens scandent « A bas l’oppresseur, qu’il s’agisse du Cheikh ou du Shah« , ces Basijis tentent de détourner les revendications des Iraniens en scandant « Repose en paix Reza Chah » ainsi que « Reza Chah, où es-tu ? Pourquoi ne viens-tu pas à notre aide ?« .

Depuis la résurgence de vastes manifestations populaires en Iran en 2018, le ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK) a tenté de réprimer les manifestants tout en cherchant à faire dévier leurs revendications pour un système démocratique et un changement de régime.

La première série de grandes manifestations en Iran a éclaté en 2018. Les demandes sociales des Iraniens se sont rapidement transformées en demandes politiques, le peuple exigeant un changement de régime. Le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a rapidement reconnu que le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), avait joué un rôle de premier plan pendant les manifestations. D’autres hauts responsables du régime lui ont emboîté le pas.

Le 24 avril 2020, le site Internet officiel Nasim-e Kermanshah a republié un article initialement publié par les agences de presse officielles Nama News et Nasim News. Cet article reflétait la crainte du régime à l’égard de l’OMPI et de leur impact sur la société. L’article a été supprimé par la suite et nous l’avons refait à l’usage. Dans cet article, l’un des représentants de Khamenei reconnaît anonymement que les responsables du régime et les médias officiels parlent de la monarchie déchue comme d’une « distraction » pour empêcher les Iraniens de rejoindre ou de soutenir l’OMPI.

« Ensuite, Haji a expliqué qu’il y a une énorme erreur dans nos médias. Cette erreur ne consiste pas à « connaître l’ennemi » mais à « traiter avec l’ennemi« . Toute personne qui a travaillé dur pour préserver l’héritage de l’Imam Khomeini sait clairement que le seul ennemi de la République islamique est l’OMPI, et c’est tout. Mais, dès que nous entrons dans une guerre médiatique avec ce groupuscule, nous voyons que nos écrivains, ceux qui prononcent des discours, etc. essaient de mettre la monarchie et l’OMPI au même plan. »

« Aujourd’hui, j’ai écouté le commandant Kazem Mojtabaei. Il a dit que l’OMPI et les partisans de la monarchie menaient les incidents récents (en 2018) », affirme le représentant de Khamenei. « Le problème est que dans ses propos, le commandant Mojtabaei a involontairement détourné l’esprit des gens et des forces loyales du système de se concentrer sur l’ennemi principal, c-à-d l’OMPI. Comment diable pourrions-nous décrire la monarchie comme l’ennemi principal du système ? Ont-ils pris une seule mesure sérieuse pour perturber notre sécurité nationale ? Sont-ils même une force organisée ? Ils ne sont qu’un nom, la monarchie, et quelques personnes éparpillées. Par conséquent, ces gens n’ont jamais été et ne seront jamais une menace pour le système. »

Puis le représentant de Khamenei questionne : « Pourquoi pensez-vous qu’il y a ceux qui savent clairement que l’ennemi est l’OMPI et que les partisans de la monarchie sont une blague, mais qui rendent vague l' »ennemi juré du système » ? »

« Un de nos amis qui avait combattu pendant la défense sacrée [nom du régime pour la guerre Iran-Irak] et que j’avais vu quelques fois a levé la main et d’un simple mot a donné la réponse : ‘Haji, une distraction.’ J’ai entendu Haji dire ‘bien joué’ dans son souffle« , peut-on lire dans l’article.

Iran, Ispahan - Accrochages entre les jeunes et les forces répressives

Cet article reconnaît également que Mahmoud Alavi, l’ancien ministre iranien du Renseignement, a déclaré : « Tous les médias ont été informés que chaque fois qu’ils veulent mettre en garde contre le danger de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran, ils doivent mentionner le nom de la ‘monarchie’ ou de ‘Reza Pahlavi’ à côté. Pour que l’OMPI ne se distingue pas dans l’esprit des jeunes générations !

Le régime a utilisé cette tactique de « distraction » ratée à de nombreuses reprises. À la suite d’une série de manifestations dans différentes villes iraniennes à partir d’avril 2018, le régime a tenté de détourner les revendications des Iraniens en envoyant ses voyous à gages dans les foules et en leur faisant scander la monarchie.

« Ces groupes sont devenus si téméraires qu’ils envoient certaines personnes au parlement avec les slogans sans précédent de Reza Shah repose en paix », a écrit le 26 juin 2018 le média officiel Jomhur-e Eslami. Ils manœuvrent également librement, avec la police qui les escorte. Ce groupe est le même que celui qui assiste aux prières du vendredi à Téhéran et aux marches [contrôlées par l’État]. »

Manifestation à Shahrekord contre le manque d'eau

Le célèbre militant politique et des droits des enseignants iraniens Hashem Khastar, dans un message sur Telegram en 2019, a souligné que la ligne rouge inadmissible du régime est toute personne qui s’associe à l’OMPI.

« Le 10 novembre 2018, lorsque les forces de sécurité ont dû céder aux pressions du peuple héroïque d’Iran et me libérer de l’hôpital psychiatrique Sina, deux agents de sécurité se sont approchés et m’ont dit de publier une déclaration contre l’OMPI parce que le groupe m’a soutenu. Ils ont souligné que la ligne rouge pour eux n’était pas le Guide Suprême mais l’OMPI », a écrit M. Khastar.

« En avril de l’année dernière, lorsque les agents de renseignement ont fait une descente dans mon jardin, ils m’ont demandé pourquoi je ne travaillais pas avec le prince héritier Reza Pahlavi ? ‘Voulez-vous que nous appelions son portable pour que vous puissiez lui parler ?’ J’ai dit non », a-t-il ajouté.

M. Khastar a ajouté que « le régime tente d’encourager les dissidents à se rapprocher du camp des monarchistes et, en même temps, à s’infiltrer dans leurs rangs pour montrer leur soutien au prince héritier et attaquer le régime et, simultanément, attaquer l’OMPI. En d’autres termes, présenter l’OMPI comme l’ennemi principal plutôt que la République islamique. »

Khastar a révélé que le régime essaie d’acheter du crédit pour ses agents, et « certains d’entre eux peuvent même être emprisonnés pendant un certain temps afin qu’ils puissent avoir une meilleure position parmi [les Iraniens ordinaires] et être en mesure de faire avancer leur mission plus efficacement. »

Conclusion

Sur un champ de bataille, les commandants tentent d’obtenir la victoire en utilisant une stratégie de diversion. Ils essaient de convaincre leur homologue que leurs forces principales se trouvent quelque part où elles ne sont pas vraiment.

Le régime des mollahs tente également d’obtenir la « victoire » ou plutôt de maintenir son emprise sur le pouvoir face à son principal ennemi, qui est le peuple iranien et son mouvement de résistance organisé. Ainsi, le régime utilise diverses stratégies de diversion pour changer le cours des événements ou réorienter les exigences de la population, qui passe du « changement de régime » et de la « démocratie » aux saluts à un système dictatorial déchu et aux individus qui le représentent.

Le peuple iranien a renversé le régime du Shah en 1979, mais les mollahs ont volé cette révolution aux Iraniens et ont établi leur vicieuse théocratie.

Le régime sait que la monarchie n’a que peu ou pas de soutien parmi les Iraniens. Ainsi, les mollahs tentent de coller les protestations populaires et les demandes de démocratie à une dictature évincée. En agissant ainsi, le régime envoie ce message au monde que les dissidents sont des partisans d’une autre tyrannie, et non des personnes qui ne demandent que la liberté.

Joseph Goebbels, le ministre des Lumières et de la Propagande d’Adolf Hitler, a dit : « Dites un mensonge suffisamment gros et répétez-le assez souvent, et le monde entier le croira. » Les mollahs en Iran ont suivi le plan de Goebbels, le poussant parfois à un niveau supérieur.

Mais cette tactique de « distraction » et de mensonge ne fonctionnera pas. Comme on l’a vu lors des manifestations d’Ispahan, les gens scandent « à bas le dictateur« , et font taire les cris en faveur de la monarchie, et scandent contre le régime. Telle est la réalité de la société iranienne qui aspire à la liberté, à la démocratie et à la souveraineté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe