mercredi, septembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL’impérieuse importance de demander des comptes pour le massacre de 1988 en...

L’impérieuse importance de demander des comptes pour le massacre de 1988 en Iran

L’impérieuse importance de demander des comptes pour le massacre de 1988 en Iran

Par Mahmoud Royaï, un membre de l’OMPI et un ancien prisonnier politique qui a passé 10 ans en prison.

Après avoir survécu de justesse au massacre des prisonniers politiques en 1988 en Iran, j’ai passé des années à enquêter sur les détails de ce crime contre l’humanité et j’ai finalement publié une série de cinq livres détaillant sa planification, son ampleur et son impact durable. Malgré toutes les informations spécifiques que j’ai obtenues auprès d’autres témoins oculaires et les documents divulgués, mes recherches ont également révélé qu’il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas encore sur le massacre, et que nous ne saurons peut-être jamais avant que le régime responsable n’ait été renversé.

La plupart des estimations actuelles du nombre de morts du massacre de 1988 s’élèvent à environ 30 000. Mais cela doit être compris comme le plancher et non le plafond d’une éventuelle estimation finale. Les militants sont arrivés à ce chiffre en analysant soigneusement les dossiers d’admission et de transfert de prisonniers de l’époque, et en parlant avec les survivants ainsi qu’avec les proches de nombreuses personnes portées disparues au cours de l’été 1988. Cependant, les autorités du régime ont délibérément utilisé des transferts de masse à l’époque comme moyen à la fois de rationaliser les meurtres et d’obscurcir leur ampleur. De plus, de nombreuses familles ont par la suite été intimidées pour se taire à propos de la disparition de leurs proches, et parmi celles qui se sont exprimées, beaucoup ont subi de graves répercussions.

En septembre, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a présenté un rapport à l’Assemblée générale de l’ONU sur le bilan de l’Iran en matière de droits humains et a relevé un cas de ce type d’intimidation. Il a noté que Maryam Akbari Monfared purgeait une peine de 15 ans en raison de sa participation à des manifestations pacifiques en 2009, et que « le harcèlement à son encontre a augmenté après qu’elle a déposé une plainte officielle, demandant une enquête officielle internationale sur les exécutions de prisonniers politiques, y compris ses frères et sœurs, en 1988.

Cette plainte était un exemple particulièrement audacieux d’une personne confronté directement au régime pour ses crimes passés, d’autant plus que d’autres membres de la famille des victimes du massacre ont été punis pour beaucoup moins. Parfois, cette punition consiste en de simples menaces de violence et parfois en une violence réelle pendant de longues périodes d’interrogatoire à la suite d’arrestations à motivation politique. Parfois, cette arrestation conduit à des poursuites et à l’emprisonnement, et dans au moins un cas, le père de l’une des victimes du massacre a été soumis à une simulation d’exécution uniquement parce qu’il a exprimé le désir de tenir une commémoration pour son fils.

Mes recherches ont révélé d’innombrables histoires de pressions et de représailles, qui ont été corroborées par des organisations de défense des droits humains renommées à diverses occasions. L’année dernière, sept experts des droits de l’homme de l’ONU ont écrit une lettre ouverte aux autorités iraniennes exigeant la transparence concernant le massacre de 1988. La lettre appelait spécifiquement à la fin de la campagne de pression contre les survivants et les familles des victimes, mais elle semblait reconnaître que les chances de recevoir une réponse significative du régime étaient minces.

The 1988 Massacre of Political Prisoners in Iran: Eyewitness Accounts, Mahmoud Royaei

Vidéo : Le massacre de 1988 des prisonniers politiques en Iran : le témoignage de Mahmoud Royaï

À cette fin, les experts ont expliqué qu’en l’absence de mesures pertinentes de la part des autorités iraniennes, il appartiendrait à la communauté internationale de rechercher la responsabilité des auteurs du massacre. La lettre présentait explicitement cette action potentielle comme un moyen de compenser les erreurs commises par les organes de l’ONU en 1988, lorsque le massacre a été mentionné dans une résolution sur le bilan de l’Iran en matière de droits de l’homme, mais n’a pas été suivi.

« L’incapacité de ces organes à agir », expliquait la lettre, « a eu un impact dévastateur sur les survivants et les familles ainsi que sur la situation générale des droits humains en Iran et a encouragé l’Iran à poursuivre… une stratégie de détournement et de déni qui se poursuit à ce jour. »

Bien que les experts de l’ONU ne l’aient pas dit directement, l’héritage persistant du massacre de 1988 était particulièrement évident à la fin de 2019 et au début de 2020, lorsque les autorités du régime ont mené une répression historique contre les manifestations antigouvernementales à l’échelle nationale qui ont éclaté en novembre 2019. Plus de 1 500 personnes ont été tuées dans les premiers jours de ce soulèvement, et plus de 12 000 ont été arrêtées. Beaucoup de ces personnes ont ensuite été soumises à des mois de torture dans les prisons et centres de détention.

Ebrahim Raïssi a joué un rôle clé dans le massacre de 1988 en Iran

Ce n’est sûrement pas un hasard si, au moment de cette campagne de torture, la justice iranienne était entre les mains d’Ebrahim Raïssi, un juge clérical malfamé pour son rôle clé dans le massacre de cette année-là. Raïssi était l’un des quatre responsables à siéger à la « commission de la mort » de Téhéran, chargée de mettre en œuvre la fatwa de Rouhollah Khomeini appelant à l’exécution de masse des membres du principal groupe d’opposition prodémocratie, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran.

Le Guide suprême du régime iranien Ali Khamenei a nommé Raïssi comme nouveau président des mollahs en 2021. Au lieu de condamner ses actions, l’Union européenne a envoyé une délégation à la cérémonie d’assermentation, fermant effectivement les yeux sur les violations des droits humains que Raïssi a supervisées moins de deux ans plus tôt, sans parler de sa participation à des crimes contre l’humanité il y a trois décennies.

Raïssi et d’autres responsables du régime sont accusés d’avoir commis ce génocide est basé sur le fait que les actions de Raïssi sur la commission de la mort ont été menées au service d’une fatwa qui qualifiait spécifiquement les membres de l’OMPI d’ennemis de Dieu. Le langage religieux suggère que l’intention supplémentaire du massacre de 1988 et des innombrables violations des droits humains qui y sont associées était de détruire des communautés pour leurs foi et leur convictions qui remettaient en cause l’interprétation théocratique et extrémiste de l’Islam par les mollahs.

Une déclaration d’Amnesty International a décrit la trajectoire ascendante de Raïssi au sein du régime comme un « sombre rappel du fait que l’impunité règne en maître en Iran ». Il est maintenant plus impératif que jamais pour la communauté internationale de lutter contre cette impunité, ce qu’elle peut faire en lançant des enquêtes formelles qui pourraient fournir le récit le plus clair du massacre de 1988 à ce jour.

Ce que nous savons déjà est plus que suffisant pour justifier la poursuite des coupables, comme l’a démontré en août le début des poursuites judiciaires suédoises contre un ancien responsable pénitentiaire iranien, Hamid Noury, a été arrêté en 2019 sur la base de la « compétence universelle », un principe qui permet de poursuivre les violations graves du droit international dans n’importe quel pays, quel que soit le lieu où le crime a réellement eu lieu. Le rôle de Noury dans le massacre de 1988 était à un niveau bien inférieur à celui de Raïssi, il ne fait donc aucun doute que le même principe est disponible pour justifier l’arrestation de l’actuel président iranien, s’il met les pieds en Occident.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe