vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsDes protestations dans le sud-ouest de l'Iran en raison de la pénurie...

Des protestations dans le sud-ouest de l’Iran en raison de la pénurie d’eau

Des protestations ont éclaté dans certaines villes du sud de l’Iran en raison de la pénurie d’eau – 15 juillet 2021

Des manifestations ont éclaté dans une douzaine de villes de la province du Khouzistan, dans le sud-ouest de l’Iran, jeudi soir, en raison de la crise de l’eau.

Confrontés à de graves pénuries d’eau qui ont dévasté leurs vies, les habitants de la région ont afflué dans la rue pour protester contre l’inaction du régime.

Au lieu de répondre aux demandes de la population, le régime a dépêché ses forces de sécurité dans la province du Khouzistan. Des images en provenance d’Iran indiquent que les forces de sécurité ont recours à des tirs massifs pour disperser des foules d’habitants qui ne font que protester contre la pénurie d’eau.

Selon des rapports en provenance d’Iran, des villes comme Ahvaz, Bostan et Mahshahr ont été le théâtre de manifestations et de heurts avec les forces de sécurité.

Iran – Hamidiyeh: la population privée d’eau manifeste

Selon la population locale, les forces de sécurité utilisent des fusils d’assaut AK-47 pour ouvrir le feu sur des personnes qui ne font que protester contre la pénurie d’eau.

Ces derniers jours, la crise de l’eau en Iran, principalement dans le sud, a atteint un seuil critique, laissant les habitants de cette région sans eau pendant des heures. La population est descendue dans la rue, pointant du doigt le régime et ses politiques corrompues. À Ahvaz, des manifestants en colère ont bloqué la route principale pour protester contre les graves pénuries d’eau.

Les habitants de Hamidieh, à Ahvaz, ont poursuivi leurs protestations et ont défilé dans la rue, dispersant l’unité anti-émeute qui tentait de les arrêter.

Les rapports indiquent que plus de 700 villages du Khouzistan souffrent de pénuries d’eau. Les agriculteurs sont dans une situation désespérée, les palmiers meurent et les buffles périssent à cause du manque d’eau. En d’autres termes, les gens meurent en raison de l’insouciance et de la mauvaise gestion des mollahs au pouvoir.

Les habitants de la ville de Bostan, à Dasht-e Azadegan, à l’ouest d’Ahvaz, ont scandé « Nous n’accepterons pas l’humiliation« , pour protester contre le manque d’eau dû à son transfert vers d’autres villes.

Contexte

La crise de l’eau en Iran a atteint un point critique. Même les médias officiels du régime ont reconnu la gravité de la situation.

« Sur les 85 millions d’habitants que compte l’Iran, environ 28 millions vivent dans des zones souffrant de pénurie d’eau et subissent des pressions à cet égard, principalement dans les régions du centre et du sud du pays. Les pénuries d’eau ont affecté toutes les sections de la société, des ménages urbains aux communautés agricoles et rurales« , a écrit le journal officiel Aftab News le dimanche 4 juillet 2021.

Iran's potable water crisis in Khuzestan southern Iran

« La lutte des buffles dans les eaux usées de la ville qui était autrefois les rives de la zone humide n’a qu’un seul message : une catastrophe environnementale se déroule en silence« , a écrit à ce sujet le quotidien officiel Arman, le 4 juillet.

L’un des exemples de la crise de l’eau en Iran est l’assèchement des marais de Hawizeh et des zones humides voisines.

Arman-e Meli cite alors Homan Khakpoor, un écologiste, Les marais de Hawizeh « 100 000 hectares se trouvent en Iran et jouent un rôle important dans le changement climatique, avec les agriculteurs, les éleveurs, les pêcheurs et les gens qui en tirent de la nourriture pour leur table. Sans aucun doute, avec la destruction de cette zone humide, le Khouzistan se dirige lentement vers la désertification et la dépopulation, car cette zone humide sera la source des tempêtes de poussière et de sable. »

« Malheureusement, le ministère de l’Agriculture et les macro-politiques du gouvernement ont provoqué cette catastrophe. Le ministère de l’énergie prétend qu’avec 1,4 million de mètres cubes d’eau, les marais de Hawizeh ne devraient pas être asséchés et qu’ils ont envoyé 1,8 million de mètres cubes d’eau à cette zone humide depuis le barrage de Karkheh. Mais si cette affirmation du ministère de l’Énergie est vraie, ce barrage se trouve à environ 100 km de la zone humide, et à cette distance, l’eau libérée s’écoule dans les terres agricoles« , a ajouté Khakpoor.

Outre la construction non scientifique de barrages, le régime exporte chaque année des quantités massives d’eau de rivière vers le Koweït, laissant les régions du sud-ouest en proie à de graves pénuries.

Par conséquent, les Iraniens, qui n’ont même plus d’eau potable, rejettent la faute sur le régime. Ces protestations montrent une fois de plus que la seule solution à la crise iranienne est le renversement du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe