jeudi, juillet 25, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsDes manifestations et des grèves éclatent en Iran

Des manifestations et des grèves éclatent en Iran

Au cours des trois derniers jours, l’Iran a été témoin de plusieurs manifestations et grèves dans divers secteurs, mettant en évidence le mécontentement économique et politique profondément enraciné dans le pays.

Le 21 juin, les travailleurs du secteur pétrolier partout en Iran ont lancé des grèves pour réclamer des salaires plus élevés, la sécurité de l’emploi et la mise en place d’un horaire de travail de 14 jours de travail et 14 jours de congé. Ces grèves sont particulièrement importantes compte tenu des conditions de travail difficiles auxquelles sont confrontés les travailleurs des plates-formes pétrolières.

Les travailleurs de l’île de Lavan, qui fait partie de la compagnie pétrolière iranienne offshore, ont repris leurs protestations, mettant l’accent sur les revendications non satisfaites concernant des changements dans les politiques de détermination des salaires, une refonte de la gestion et d’autres besoins fondamentaux. Des grèves similaires ont été signalées parmi les travailleurs de plusieurs compagnies pétrolières, notamment celles d’Ispahan, où les travailleurs du projet pétrolier de Sepahan ont débrayé.

Le Conseil d’organisation des travailleurs du secteur pétrolier (Arkan Sales) a indiqué que les travailleurs du projet avaient déjà prévenu qu’ils protesteraient si leurs revendications n’étaient pas satisfaites d’ici la fin juin. Par conséquent, les travailleurs d’entreprises comme Dasht Abbas, Samin et Zamanpour Scaffolding Contractors ont commencé leur grève le 20 juin, exigeant une augmentation des salaires et un horaire de travail 14/14.

Selon certaines informations, de nouveaux noyaux de protestation se forment dans divers secteurs du projet. Ces travailleurs réclament l’élimination des sous-traitants et insistent sur l’égalité des salaires et des conditions de travail pour tous les employés de l’industrie pétrolière et gazière, quel que soit leur statut d’emploi.

Les troubles se sont étendus au-delà du secteur pétrolier. Les travailleurs du projet de l’usine pétrochimique Salman Farsi se sont joints à la grève, exigeant des conditions similaires. Les chaînes de télégramme associées aux syndicats et aux retraités ont rapporté que les travailleurs de 30 entreprises de raffineries, de produits pétrochimiques et d’autres installations pétrolières, gazières et électriques, principalement dans le sud de l’Iran, ont remis leurs outils et sont rentrés chez eux. Plus de 3 000 travailleurs auraient rejoint la campagne, faisant pression pour éliminer les sous-traitants, garantir la sécurité de l’emploi, l’horaire de travail 14h/24 et les augmentations de salaires.

Le 20 juin, des retraités du ministère de la Santé se sont rassemblés à Téhéran pour protester contre les politiques anti-humaines et de pillage du régime. Ils ont scandé des slogans exigeant la démission des responsables incompétents, reflétant leur frustration face à la gestion des questions économiques et sociales par le gouvernement.

Dans un rapport publié jeudi 20 juin, le journal officiel Etemad a souligné qu’« un examen des manifestations syndicales au cours des 27 derniers mois, du début 2022 jusqu’en juin de cette année, montre que pendant cette période, des milliers de travailleurs du charbon Les mineurs de cuivre, de minerai de fer et de chrome des provinces de Kerman, Mazandaran, Yazd, Razavi Khorasan, South Khorasan et Semnan ont organisé des manifestations allant de quelques heures à plusieurs jours et semaines, exigeant leurs droits légaux. »

Le rapport note en outre : « Sur les 12 manifestations syndicales organisées par les mineurs au cours de ces 27 mois, 10 protestations étaient centrées sur les augmentations de salaires et plusieurs mois de retards de paiement. Les files d’attente des mineurs de charbon protestataires étaient nettement plus longues, ce qui indique que l’exploitation des droits des mineurs de fond est plus répandue. »

Le 20 juin, des retraités du ministère de la Santé à Téhéran ont manifesté contre la politique du régime devant le bureau de la Caisse de retraite. Les manifestants ont appelé à la démission des autorités du régime.

Pendant ce temps, dans une démonstration brutale des tactiques brutales du régime, les forces de sécurité de Zahedan ont violemment attaqué et démoli la maison d’une famille baloutche marginalisée le 19 juin. Le propriétaire a décrit l’attaque, dans laquelle environ 100 agents armés sont arrivés dans 50 véhicules à 5 heures du matin. . La famille, dont cinq enfants, a été expulsée de force et la maison a été détruite. Les autorités ont exigé un paiement de 30 millions de tomans pour éviter la démolition, ce que la famille ne pouvait pas se permettre.

Les grèves et les manifestations de ces derniers jours soulignent le mécontentement généralisé parmi divers secteurs de la société iranienne. Ces actions reflètent une frustration croissante face à l’incapacité du régime à faire face aux difficultés économiques et à la corruption systémique.

Dans ce contexte, les responsables iraniens continuent d’insister sur l’importance de la participation électorale aux prochaines élections, la présentant comme un moyen de répondre à leurs défis nationaux et internationaux insolubles. Cependant, les manifestations et les grèves en cours dressent un tableau différent, celui d’une population de plus en plus déçue par le statu quo et prête à descendre dans la rue pour exiger un changement.

En outre, le 20 juin, les unités de résistance de l’OMPI ont continué à commémorer l’anniversaire du massacre de 1981, au cours duquel les forces de sécurité du régime ont ouvert le feu sur une manifestation pacifique de plus de 500 000 partisans et membres de l’OMPI. Cette journée marque le début de la résistance tous azimuts contre le régime des mollahs. Depuis lors, le régime a exécuté et tué plus de 120 000 membres de l’opposition.