jeudi, juillet 25, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe Rapporteur spécial de l'ONU appelle à rendre des comptes pour les...

Le Rapporteur spécial de l’ONU appelle à rendre des comptes pour les crimes contre l’humanité en Iran

Le Rapporteur spécial de l'ONU appelle à rendre des comptes pour les crimes contre l'humanité en IranDans une récente interview accordée à Simay Azadi TV, Javaid Rehman, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran, a souligné la gravité des crimes contre l’humanité et du génocide commis dans le pays dans les années 1980. Rehman a souligné la nécessité d’un mécanisme d’enquête et de responsabilisation solide pour répondre à ces atrocités.

Rehman a déclaré : « Entre juillet et septembre 1988, des milliers de prisonniers politiques ont été assassinés, ils ont été exterminés. Il s’agissait d’exécutions sommaires, arbitraires et extrajudiciaires dans les prisons de tout l’Iran. Il y a eu également d’autres violations, dont certaines continues, comme les disparitions forcées. Parce que littéralement, des milliers de personnes et leurs familles [are] ignorent toujours ce qui est arrivé à leurs proches.

مصاحبه سيماي ازادي با جاويد رحمان در ژنو-۳۱ خرداد ۱۴۰۳

Il a ajouté : « La communauté internationale et les États membres de l’ONU, ainsi que la société civile et d’autres parties prenantes, en prennent note. Nous devons œuvrer pour que les responsables rendent des comptes et garantir que ceux qui ont commis ces crimes graves, que j’ai qualifiés de crimes contre l’humanité et de génocide, soient punis par les tribunaux.

Dans l’interview, Rehman a souligné l’importance de créer un mécanisme d’enquête pour enquêter sur ces crimes. Il a souligné que bon nombre des responsables du massacre de 1988 et d’autres atrocités perpétrées au début des années 1980 occupent toujours des postes de pouvoir au sein du gouvernement iranien. « La justice doit suivre son cours et il faut que les responsables rendent des comptes pour mettre fin à l’impunité de ces individus », a-t-il affirmé.

Rehman a reconnu qu’il était difficile de découvrir toute l’étendue du massacre de 1988, citant les actions secrètes du régime iranien. « Ces massacres ont été perpétrés clandestinement et des milliers de personnes ont été enterrées dans des fosses communes. Le régime n’a trouvé aucune explication. Au fil du temps, nous avons pris conscience de la gravité de la situation, notamment à travers la découverte de charniers que le régime a tenté de détruire pour dissimuler ses crimes », a-t-il expliqué.

Rehman a également souligné le problème persistant des disparitions forcées et les souffrances persistantes des familles laissées sans réponses. Il a appelé la communauté internationale à remédier à ces violations, en se concentrant particulièrement sur le massacre de 1988 et le début des années 1980.

Le rapporteur spécial a exprimé l’espoir que le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies établirait un mécanisme permettant de préserver toutes les preuves disponibles pour les procédures judiciaires. « Bien que je ne sois pas un tribunal, je peux fournir des preuves basées sur ma compréhension. Il est crucial qu’un mécanisme judiciaire soit en place pour examiner ces crimes de manière globale », a-t-il déclaré.

Rehman a évoqué la possibilité d’obtenir justice devant un tribunal international, faisant référence au cas d’Hamid Noury, qui a été condamné par un tribunal suédois pour son implication dans le massacre de 1988. « La compétence universelle reste un moyen très important pour demander des comptes aux individus, en particulier dans un pays où l’état de droit et des procès équitables ne peuvent pas être menés. Nous devons continuer à poursuivre dans cette voie », a-t-il conclu.