jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsAnniversaire des grandes manifestations en Iran: le potentiel de changement de régime...

Anniversaire des grandes manifestations en Iran: le potentiel de changement de régime continue d’exister dans la société

Iran – le soulèvement de novembre 2019

L’Iran approche à grands pas du premier anniversaire du mouvement de protestation le plus important depuis les années 1980. Des milliers de manifestants se sont rassemblés spontanément dans environ 200 villes et villages iraniens en novembre 2019, après que les autorités ont annoncé une augmentation soudaine du prix de l’essence. Bien que suscité par des préoccupations économiques, le soulèvement à l’échelle nationale s’est avéré être un débouché indéniable pour le sentiment anti-régime en général, et pour le soutien au mouvement de résistance organisé du pays en général.

De cette façon, le soulèvement de novembre 2019 a suivi à peu près le même schéma que celui qui l’a précédé de moins de deux ans. À son apogée en janvier 2018, ce soulèvement antérieur était largement considéré comme le plus important du moment. Il englobait environ 150 localités et était particulièrement remarquable pour être le premier du genre à inclure la participation des habitants de villes rurales pauvres que les mollahs les avaient longtemps dépeints comme les bastions du soutien politique à la dictature cléricale.

Le soulèvement de 2018 a également mis en évidence le rôle de premier plan de l’OMPI. Alors que les manifestations à l’échelle nationale se poursuivaient, le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a reconnu que l’OMPI avait « travaillé depuis des mois» pour mener à bien la « sédition ». Cela va à l’encontre de l’insistance de longue date de son régime décrivant l’OMPI comme un «groupuscule», a confirmé une fois de plus que l’OMPI est un défi sérieux à l’emprise des mollahs sur le pouvoir.

L’effondrement de ce récit de propagande s’est poursuivi à un rythme soutenu depuis lors. Lors d’une cérémonie marquant le début de l’année iranienne en cours, Khamenei a prononcé un discours devant les nervis de la milice du Bassidj et les a exhortés à se méfier des manifestations sur les campus et de l’OMPI. Cette cérémonie a eu lieu en mars dernier, plusieurs mois après le soulèvement de novembre qui a justifié les avertissements du guide suprême des mollahs.

Mais Khamenei ne spéculait pas sur les troubles futurs sur la seule base du soulèvement de janvier 2018. Des manifestations éparses avaient eu lieu tout au long de l’année précédant son discours pour le Bassidj.

Le peuple iranien a montré son désir de changement de régime en scandant «mort au dictateur» et des slogans similaires, alors même que le mouvement national a été momentanément opprimé à la suite de la répression autoritaire qui a fait des dizaines de morts et des milliers de civils innocents en prison. La répression s’est poursuivie sans beaucoup d’atténuation depuis. De nombreuses autres arrestations ont suivi, et certaines ont conduit à l’exécution, y compris celle du célèbre champion de lutte iranien Navid Afkari, malgré les protestations internationales.

Mais ce mépris de la volonté internationale n’est qu’une réponse désespérée au mépris du peuple iranien face à cette même répression. Alors que les arrestations suivaient l’année des soulèvements, le mouvement de la Résistance n’a cessé de prendre de l’élan, culminant avec les manifestations nationales de novembre dernier. Pour sauver leur régime de l’effondrement, les gardiens de la révolution (CGRI) et d’autres forces oppressives ont ouvert le feu sur des manifestants, tuant au moins 1500 personnes.

Le nombre de tués dans le soulèvement populaire dépasse les 1500

Beaucoup de ses arrestations ont eu lieu dans des hôpitaux, où les manifestants blessés n’ont pas été autorisés à recevoir des soins. Et les centres de détention iraniens sont connus pour leur refus de soins médicaux, en particulier aux victimes d’emprisonnement politique. En outre, le pouvoir judiciaire du régime a une longue histoire de mener certaines de ses exécutions en secret, de sorte que le nombre de martyrs de novembre pourrait être bien supérieur à 1 500.

Le régime iranien maintient incontestablement le taux d’exécutions par habitant le plus élevé au monde, mais ce bilan est basé sur une série d’estimations annuelles, de nombreux meurtres étant révélés des mois après les faits par des militants de la résistance.

Tous ces facteurs clarifient l’extrême pression que subit le peuple iranien depuis un an. Mais la répression de la dissidence est une réalité universelle de la vie en Iran, et elle s’était déjà intensifiée à la suite du soulèvement de 2018. De toute évidence, cette répression n’a rien fait pour entraver sérieusement l’expression publique de la dissidence à l’approche du soulèvement de 2019.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe