dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran: l'UE durcit ses sanctions 8 jours après la nouvelle offre de...

Iran: l’UE durcit ses sanctions 8 jours après la nouvelle offre de Solana

Agence France Presse – Pressés par Washington, les Européens ont avalisé ce lundi de nouvelles sanctions contre l'Iran, mais restent fidèles à leur politique qui consiste à dialoguer avec Téhéran tout en sanctionnant son refus persistant de cesser tout enrichissement d'uranium.

Les nouvelles sanctions entérinées sans discussion lundi par les ministres européens de l'Agriculture et de la Pêche visent notamment la banque commerciale Melli, première institution financière iranienne avec quelque 3.100 succursales, dont 16 à l'étranger.

Ses activités en Europe, concentrées à Hambourg, Londres et Paris, devraient être interdites dès l'entrée en vigueur de ces mesures, avec leur publication mardi au Journal officiel de l'UE, ont précisé des responsables européens.

Ces nouvelles sanctions ajoutent de nouveaux noms à la liste des personnes et organisations iraniennes – en principe 20 personnes et 15 entités supplémentaires – frappées d'interdiction de visas et de gel de leurs avoirs en Europe.
 
Les responsables européens n'ont pas voulu les identifier précisément lundi, soulignant simplement qu'il s'agissait de responsables et experts "identifiés comme ayant des connexions avec le programme nucléaire et balistique iranien".

Aucun dirigeant politique iranien n'est touché par ces sanctions, car "nous voulons avoir un dialogue avec les responsables politiques", a expliqué un diplomate.
 
Les Européens restent ainsi fidèles à la stratégie suivie depuis 2006: adopter des sanctions contre le programme nucléaire iranien pour exiger l'arrêt de l'enrichissement – trois séries de sanctions ont déjà été adoptées à l'ONU – tout en proposant à Téhéran un dialogue et une coopération dans les domaines politique, économique et commercial.

Le président français Nicolas Sarkozy a réexpliqué cette "double approche" lundi devant le Parlement israélien.

"Un Iran doté de l'arme nucléaire est inacceptable pour mon pays", a-t-il déclaré. "La France est déterminée à poursuivre avec ses partenaires une politique allant des sanctions de plus en plus dures jusqu'à l'ouverture, si Téhéran faisait le choix de respecter ses obligations internationales".

Ces nouvelles sanctions – que Washington attendait des Européens depuis des mois et dont le président George Bush avait fait un leitmotiv lors de sa récente tournée en Europe – avaient franchi toutes les étapes du tortueux processus de décision de l'Union européenne depuis mai.

Mais les Européens avaient reporté leur feu vert définitif, pour qu'il ne coïncide pas avec le voyage en Iran du diplomate en chef de l'UE Javier Solana.

Au nom des six puissances impliquées dans le dossier nucléaire iranien (Russie, Etats-Unis, Chine, Grande-Bretagne, France, Allemagne), M. Solana a présenté le 14 juin une vaste offre de coopération à Téhéran, y compris dans le domaine nucléaire civil.

Cette offre est une version légèrement remaniée de celle que M. Solana avait présentée en juin 2006. L'Iran l'avait rejetée car elle était conditionnée à la suspension préalable par l'Iran de ses activités d'enrichissement.

M. Solana, qui avait averti avant son départ à Téhéran qu'il n'attendait "pas de miracle", n'a pas encore reçu de réponse à cette offre remaniée, selon son entourage.

Le négociateur nucléaire iranien, Saïd Jalili, a simplement déclaré dimanche que les responsables du pays examinaient le "calendrier" présenté par M. Solana pour reprendre les négociations sur le nucléaire.

 

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe