mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran: L'opposition dit que la milice d'élite resserre son emprise sur l'économie

Iran: L’opposition dit que la milice d’élite resserre son emprise sur l’économie

Par Selina Williams

Dow Jones, Londres – Un groupe d’opposition iranien a affirmé jeudi que de nouvelles informations contenues dans un rapport confidentiel du gouvernement et obtenu par l’opposition montrent que la milice d’élite du pays, les gardiens de la révolution, a resserré son emprise sur l’économie iranienne.

Les gardiens de la révolution contrôlent maintenant la moitié des importations non-pétrolières du pays et un tiers de ses exportations non-pétrolières, dit Hussein Abedini, de la commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne.

La source de l’information est un rapport confidentiel du gouvernement iranien obtenu de l’intérieur du régime par les membres de l’opposition iranienne, a dit Abedini.

Par le passé, le CNRI a transmis des renseignements à Washington sur le programme nucléaire de l’Iran et ses opérations paramilitaires. En août 2002, les informations du CNRI se sont avérées justes quand il a dit que Téhéran poursuivait un programme nucléaire secret.

Abedini a affirmé que les gardiens de la révolution, créés en 1979 et qui ont joué un rôle crucial dans la révolution islamique de la nation, sont aussi impliqués dans la contrebande du pétrole irakien par les ports pétroliers du sud de l’Irak.

"Les gardiens de la révolution sont en train de devenir l’entité financière et politique la plus puissante en Iran, particulièrement sous le mandat du  président actuel où on leur a donné le contrôle total de l’économie iranienne",  a dit Abedini dans une conférence de presse à Londres.

Il a ajouté qu’un tiers des importations de l’Iran entrent dans le pays par 60 ports officieux contrôlés par les gardiens de la révolution et par certains aéroports aussi utilisés par le groupe.

Selon le rapport, plus de 500 sociétés de tailles différentes appartenant aux gardiens de la révolution opèrent actuellement dans d’autres pays et au moins 483 "sociétés écrans" ou celles liés avec la milice du groupe possèdent des bureaux aux Emirats arabes unis – un pays qui entretient d’important liens commerciaux avec l’Iran.

"Ces quatre dernières années, les Gardiens de la révolution, à travers leurs sociétés écrans et leurs réseaux, ont fait passer en contrebande plus de 20 milliards de dollars de pétrole irakien", a dit Abedini.

L’année dernière Khatam Al-Anbiya, une des sociétés désormais visées par des nouvelles sanctions américaines, a gagné un contrat de 2,3 milliards de dollars pour développer une partie d’un champ gazier géant en Iran. Elle est aussi engagée dans la construction d’un gazoduc de 1,3 milliards de dollars.

Selon le Trésor américain, Khatam Al-Anbiya a garanti des affaires valant au moins 7 milliards de dollars dans des secteurs comprenant le pétrole, le gaz et le transport.

Un porte-parole de l’ambassade d’Iran à Londres a dit que les allégations du CNRI sur les gardiens de la révolution n’étaient pas vraies.

"Ils (CNRI) sont très habiles à fabriquer des mensonges. Ils ne sont pas  dignes de confiance et ça ne vaut pas la peine de faire des commentaires parce que ce n’est  pas vrai – c’est de la propagande", a dit le porte-parole.

Le 25 octobre, les Etats-Unis ont adopté de nouvelles sanctions contre l’Iran visant spécifiquement les gardiens de la révolution, que Washington accuse d’être derrière le terrorisme en soutenant des militants chi’ites en Irak.

Cette mesure interdit les transactions américaines avec des affaires liées aux gardiens et augmente la pression sur les banques internationales pour couper tout lien avec ces sociétés. Depuis que les Etats-Unis ont imposé les premières sanctions sur Téhéran en 1979, des sociétés européennes ont continué d’opérer en Iran, dans des secteurs allant du pétrole aux opérations bancaires.

Selon le rapport que le CNRI a obtenu, une grosse partie des 40 milliards de dollars de commerce et d’investissements entre l’Iran et l’Union européenne se fait par les gardiens de la révolution et les sociétés affiliées.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe