samedi, novembre 26, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran: l'ONU nomme un Rapporteur spécial pour les droits de l'homme

Iran: l’ONU nomme un Rapporteur spécial pour les droits de l’homme

AFP, 24 mars – Le Conseil des Droits de l’homme de l’ONU a adopté jeudi une résolution créant pour la première fois depuis 2002 un mandat de Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme en Iran et exprimé sa « préoccupation » sur l’intensification de la répression dans ce pays. L’Iran n’a pas autorisé depuis 2002 le renouvellement du dernier mandat de rapporteur spécial sur le pays et n’a également laissé aucun des rapporteurs thématiques de l’ONU à se rendre sur place depuis 2005.

Vingt-deux membres du Conseil basé à Genève ont voté en faveur de la résolution, présentée par la Suède et appuyée par les Etats-Unis ainsi que d’autres pays non occidentaux dont la Zambie, le Panama ou la Colombie.

Sept pays, dont la Chine, Cuba, le Pakistan et la Russie notamment ont voté contre, tandis que 14 pays se sont abstenus.

Les membres du Conseil se sont prononcés pour « mandater un rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme » en Iran regrettant « le manque de coopération » de ce pays.

La représentante américaine auprès du Conseil, Eileen Donohoe a relevé que « les Etats-Unis et d’autres partenaires sont gravement préoccupés par la situation en Iran où le respect des droits de l’Homme s’est détérioré de manière dramatique ces dernières années ».

« Nous croyons que l’enquête et le rapport indépendants qu’un Rapporteur spécial sérieux conduira le Conseil à faire face de manière responsable aux violations des droits de l’Homme décrites dans le rapport du Secrétaire Général » (de l’ONU), a-t-elle ajouté.

Seyed Mohammad Reza Sajjadi, représentant de l’Iran a dénoncé avec virulence le « rôle destructeur » des Etats-Unis « au sein du Conseil », condamnant les violations des droits de l’Homme commises sur le territoire américain et ailleurs dans le monde.

Il a assuré que Téhéran avait invité des rapporteurs à se rendre en Iran en au moins six occasions par le passé et précisé que la Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU Navi Pillay avait été conviée à se rendre en Iran cette année.

Au nom de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), le Pakistan a accusé les promoteurs de la résolution d’avoir « orchestré une campagne » en sa faveur tandis que Cuba a estimé que la décision du Conseil ne présentait « aucune motivation liée aux droits de l’homme ».

Le Brésil, qui sous la présidence de Lula avait joué les médiateurs dans le dossier nucléaire iranien, a voté en faveur de la résolution.

Le document reflète « le point de vue partagé que la situation des droits de l’Homme en Iran mérite l’attention du Conseil des Droits de l’homme », a estimé l’ambassadrice Maria Nazareth Azevedo, encourageant les Iraniens à démontrer « leur coopération ».

Le vote sur l’Iran couronne « un effort diplomatique intensif et un travail de longue haleine », s’est félicité pour sa part un diplomate européen.

« Ce Conseil ne peut fonctionner que si les Etats membres sont soudés face à une situation de violences des droits de l’Homme » a-t-il ajouté.

La création du mandat de rapporteur spécial fait suite à un récent rapport critique de l’Iran du secrétaire général de l’ONU.

« Depuis le dernier rapport à l’Assemblée générale du 15 décembre 2010, la situation des droits de l’homme en Iran a été marquée par une intensification de la répression des défenseurs des droits de l’homme, des militants pour les droits des femmes, des journalistes et des opposants au gouvernement », avait déploré Ban Ki-moon la semaine dernière.

Depuis le 7 mars, 92 personnes ont été exécutées en Iran, selon un décompte établi par l’AFP sur des informations de presse, en l’absence de chiffres officiels publics.

Navi Pillay avait également dénoncé le mois dernier « l’accroissement dramatique » des exécutions capitales en Iran depuis janvier.
 

 
 

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe