mercredi, décembre 7, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Une prisonnière politique dans le coma et en danger de...

Iran : Une prisonnière politique dans le coma et en danger de mort par manque de soins

CNRI – Mme Zahra Jabbari, 37 ans, est une prisonnière politique incarcérée à la prison d’Evine de Téhéran. Souffrant d’une grave maladie cardiaque, elle est tombée dans le coma le 21 mars 2001 parce que la prison ne lui a pas fourni les soins nécessaires. Elle est à deux doigts de la mort, et ce n’est qu’après un long retard qu’elle a été hospitalisée dans un établissement sous contrôle du régime.

Mère d’un enfant de 4 ans, elle a été arrêtée le 17 septembre 2009 et placée sous de terribles pressions et tortures uniquement parce qu’elle a une sœur et deux frères au camp d’Achraf dans le nord de l’Irak.

Dans son simulacre de procès, Zahra Jabbari avait protesté contre les tortures dont elle a été victime, dénonçant notamment qu’on lui avait arraché les ongles. Son courage avait exacerbé la colère des geôliers. Elle souffre de problèmes cardiaques aigues et de rhumatisme, et les tortionnaires ont refusé de lui fournir des soins médicaux pour la forcer à plier. Sa santé s’est donc dégradée de jour en jour et elle a même perdu sa capacité de marcher il y a un mois.

Par ailleurs, un autre prisonnier politique Mohsen Dokmechi, âgé de 50 ans, qui souffre d’un cancer du pancréas, se trouve dans un grave état de santé. Malgré ses terribles souffrances et l’insistance des médecins pour lui faire suivre une chimiothérapie et un traitement médical spécial, il se trouve dans le quartier 4 de la prison de Gohardacht en danger de mort. Cet important commerçant du bazar de Téhéran avait une première fois été emprisonné dans les années 1980. En août 2009, il a été arrêté pour avoir secouru des familles de prisonniers politiques dans le besoin et pour la présence de sa fille au camp d’Achraf. Il a été condamné à 10 ans de prison et  de bannissement.

La Résistance iranienne appelle les organisations humanitaires internationales, le Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU et les syndicats de médecins à condamner le régime des mollahs pour ses crimes atroces. Elle exhorte le Secrétaire général de l’ONU à envoyer une mission pour enquêter sur les prisons en Iran et les conditions des détenus politiques, spécialement des malades, et à adopter une action urgente pour les faire libérer.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 27 mars 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe