mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Les pasdarans sur la liste noire du nucléaire et du...

Iran : Les pasdarans sur la liste noire du nucléaire et du terrorisme

Par Ali Safavi*

CNRI – Le 25 octobre 2007, Washington a pris plusieurs mesures majeures contre la course du régime iranien aux armes atomiques et son soutien au terrorisme en mettant sur la liste noire le corps des gardiens de la révolution (le CGR) avec son aile terroriste, la Force Qods, ainsi que plusieurs banques officielles, sociétés et responsables à travers deux décrets présidentiels.

Le Département d’Etat a visé par le biais du décret présidentiel 13382 deux entités clé accusées de prolifération d’armes de destruction massive (ADM) : le CGR et le ministère de la Défense et de la Logistique des Forces armées (MDLFA). De son coté, le Département du Trésor fait tomber sous le coup du décret présidentiel 13382 neuf entités et cinq individus affiliés au CGR, les banques Melli et Mellat et trois individus affiliés à l’Organisation de l’industrie aérospatiale iranienne (OIA ).   
                                                                                                          
Le Département du Trésor a aussi appliqué le décret présidentiel 13224 à la Force Qods du CGR pour son soutien matériel aux Talibans et aux autres organisations terroristes, ainsi qu’à la banque publique Saderat pour financement du terrorisme. Cela entraîne l’interdiction des transactions avec des Américains et le gel de tous leurs avoirs.

Le CGR est composé de cinq branches (Forces terrestres, aériennes, marine, milice du Bassidj et la Force Qods chargée des opérations terroristes extra-territoriales), sans compter une direction du contre-espionnage et les représentants du Guide suprême, Ali Khamenei. Il possède de nombreux intérêts économiques dans la défense, le BTP et l’industrie pétrolière.

Outre son rôle crucial dans la répression interne et la protection du régime, le CGR s’atèle au développement de missiles capables de porter des têtes chimiques, biologiques ou nucléaires. Le ministère de la Défense nationale et de la logistique des Forces armées (MDLFA) contrôle l’Organisation des Industries de la Défense, engagée dans la technologie de missiles balistiques, comme le Shahab-3.

Le MDLFA a l’autorité suprême sur l’Organisation de l’Industrie Aérospatiale de l’Iran (OIA), visée par le décret 13382 du 28 juin 2005. L’OIA est chargée de la recherche en missile, du développement de la production, avec notamment les groupes industriels Chahid Hemmat et Chahid Bakeri.

La banque Melli, ses branches et filiales: la Banque Melli est la plus grande banque d’Iran. Elle offre des services aux entités impliquées dans les programmes nucléaires et balistiques. Elle a facilité de nombreux achats de matériels sensibles dans ce domaine. Elle a fourni toute une gamme de services financiers aux industries nucléaires et balistiques, allant des lettres de crédit à la gestion de comptes. La banque Melli fournit aussi des services bancaires au CGR et la Force Qods comme aux entités qui en dépendent. En gérant ces transactions financières, elle a tout fait pour brouiller ses traces dans le système bancaire international. Elle a par exemple demandé que son nom soit retiré des transactions financières.

La Banque Mellat, ses branches et filiales: Elle fournit des services bancaires aux entités nucléaires, à savoir l’Organisation de l’Énergie atomique de l’Iran (OEAI) et la Société d’Énergie Novine. La banque Mellat assure les services et la gestion des comptes de l’OEAI, principalement par le conduit financier de l’OEAI, Novine Energie. La banque Mellat facilite le mouvement de millions de dollars pour le programme nucléaire de l’Iran depuis au moins 2003. Des transferts aux sociétés liées au nucléaire iranien ont encore eu lieu cette année.

Soutien au terrorisme : Le décret 13224 sert à geler les avoirs des terroristes et de leurs partisans et de les isoler du système financier et commercial américain. Il interdit toute transaction avec des Américains et gèlent les avoirs.

La Force Qods assure notamment un appui matériel aux Talibans et au Hezbollah libanais. Depuis au moins 2006, l’Iran organise des expéditions fréquentes de petites armes et de leurs munitions, de grenades propulsées par roquette, de mortiers, de roquettes de 107mm, d’explosifs de plastics et de systèmes de défense portables aux Talibans.

De plus, la Force Qods commande et apporte un soutien financier, en armes et en entraînement aux groupes paramilitaires en Irak qui opèrent des attentats meurtriers, dont la principale victime est la population. Elle a un long passé de soutien militaire au Hezbollah, à ses activités paramilitaires et terroristes, lui donnant conseils, financement, armes, renseignements et appui logistique.

La banque Saderat, qui compte environ 3200 succursales, a servi à transférer des fonds aux organisations terroristes, y compris au Hezbollah. Par exemple, de 2001 à 2006, la Banque Saderat a transféré 50 millions de dollars de la Banque centrale d’Iran par sa filiale de Londres à sa branche de Beyrouth au bénéfice du Hezbollah au Liban.

*Ali Safavi, du Conseil national de la Résistance iranienne, est  président de Near East Policy Research, un cabinet d’analyse politique à Washington.