mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Les candidats à l’élection présidentielle et la promesse creuse d'une...

Iran : Les candidats à l’élection présidentielle et la promesse creuse d’une meilleure économie

Iran : Les candidats à l’élection présidentielle et la promesse creuse d'une meilleure économie

CNRI – Ebrahim Raisi, candidat au simulacre d’élection présidentielle en Iran, a affirmé mardi qu’il va créer six millions d’emplois et tripler les subventions pour les personnes ayant un faible revenu. Le ministre iranien du Travail, Ali Rabi’e, a répondu aux propos de Raisi en déclarant que ceux qui promettent d’augmenter les subventions « ne comprennent pas la signification de ces chiffres. »

Pendant ce temps, le président du Centre de recherche du Parlement a décrit une telle promesse d’augmenter les subventions comme « une mise aux enchères de l’élection ». Cet organe a également ajouté que les subventions n’avaient pas réussi à améliorer la situation en Iran et ont le potentiel d’aggraver les choses.

Six millions de nouveaux emplois !

Raisi a également promis de créer six millions d’emplois au cours des quatre prochaines années et de réduire le chômage de 8 pourcent.

Mohammad-Bagher Ghalibaf, un autre candidat à la présidence des mollahs, a promis de créer cinq millions d’emplois et de fournir 250 000 tomans (environ 70 dollars) par mois pour les demandeurs d’emploi. Le vice-président, Eshagh Jahangiri, un autre candidat, a déclaré que ces promesses visent à « tromper » la population, ajoutant que ceux qui font de telles promesses « n’ont pas réussi à créer des emplois et ne comprennent pas ces chiffres. »

Sans spécifiquement mentionner le nom de Ghalibaf, le président du Parlement, Ali Larijani, a déclaré : « partager de l’argent au sein de la population est la politique d’un politicien malhonnête. »

L’Iran et la crise du chômage

Selon les rapports d’une réunion à huis clos entre les députés du régime et le ministre du Travail, « Ali Rabiei », le membre du Cabinet a annoncé qu’il y a trois millions deux cent mille chômeurs, une affirmation qui a été contestée même par certains députés du régime, puisque le chiffre est bien loin des réalités sociales actuelles, le vrai chiffre étant bien plus élevé que cela.

Yahya Ale Eshaq, expert en économie du régime des mollahs, a déclaré récement qu’avoir entre 7 et 8 millions de chômeurs représente un défi majeur pour le régime. Dans une interview accordée à l’agence de presse « Tasnim », Ale Eshaq a déclaré que « lorsque le bureau des statistiques annonce le taux de chômage, il devrait préciser selon quels critères le taux a été calculé. Une personne qui travaille seulement une heure par semaine doit-elle être considérée comme une personne qui travaille ? Un chiffre de deux millions de chômeurs pour les jeunes ne reflète pas la réalité. Le fait est qu’il y a actuellement environ sept à huit millions de chômeurs dans le pays. »

L’expert en économie a déclaré qu’il y a actuellement cinq millions de chômeurs diplômés et a ajouté : « Selon le bureau des statistiques, nous avons actuellement environ deux millions et demi de chômeurs, mais certaines sources parlent d’un chiffre de six millions et demi de chômeurs ce qui, considérant les réalités sociales, semble être le bon. »

Selon lui, la stagnation, le chômage, l’inflation et le manque d’emplois pour les jeunes sont les principaux défis du régime iranien. Il a ajouté : « l’un des principaux défis pour le pays est d’avoir 7 à 8 millions de chômeurs dont la plupart sont éduqués. Par conséquent, nous devrions accorder une attention particulière à cette question afin de trouver une solution. »