mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Le régime hanté par la perspective de soulèvements post-électoraux

Iran : Le régime hanté par la perspective de soulèvements post-électoraux

Iran : Le régime hanté par la perspective de soulèvements post-électoraux

CNRI – Lors d’un rassemblement avec des commandants des pasdaran et des forces armées, le Guide Suprême des mollahs, Ali Khamenei, a alerté que les ennemis du régime se focalisaient sur les faiblesses économiques du pays dans le but de perturber la parodie électorale de mai prochain.

Au cours des derniers jours, presque tous les médias et les hauts responsables des deux factions ont mis en garde contre une nouvelle « sédition », en Iran, un terme employé depuis 2009.

On peut lire dans un éditorial récent du quotidien Javan : « Les signes que laisse transparaître la société montrent le mécontentement aigu des citoyens. »

L’ancien ministre du Renseignement, Heydar Moslehi, a également évoqué ce danger : « En se servant de son expérience lors de la sédition de 2009, l’ennemi cherche à provoquer la classe moyenne. En 2009, ils ont pu convaincre la classe moyenne supérieure de descendre dans les rues ». Il a souligné que « le danger d’une sédition est certaine » cette année, ajoutant qu’il serait préférable qu’elle ait lieu pendant que Khamenei est vivant, car, si cela devait arriver après sa mort, son successeur « ne sera pas en mesure de résoudre une telle crise ».

Le chef du département pour les élections de la province de Téhéran a émis des avertissements similaires. « Inciter le peuple à descendre dans la rue avant l’élection est dangereux… nous suggérons à tous de peser leurs actions et de ne pas provoquer la société », a-t-il ajouté.

« La sécurité du pays n’est pas une question au sujet de laquelle nous pouvons négocier », a averti de son côté le quotidien Arman.

« Je doute que les partisans de la sédition puissent continuer sur cette voie… cependant, vous devez rester vigilant. Si certains cherchent à lancer une sédition… vous devez entrer en scène et agir », a pour sa part déclaré Sadegh Larijani, le chef du pouvoir judiciaire du régime islamiste.