samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsRévélation du CNRI : l'organe chargé de la fabrication de l’arme nucléaire...

Révélation du CNRI : l’organe chargé de la fabrication de l’arme nucléaire poursuit ses activités dans un endroit secret en Iran

Révélation du CNRI : l'organe chargé de la fabrication de l’arme nucléaire poursuit ses activités dans un endroit secret en Iran

CNRI – Lors d’une conférence de presse vendredi à Washington, le Conseil National de la Résistance iranienne a fait une révélation importante concernant le centre névralgique du projet d’armes nucléaires du régime iranien chargé de la conception et la fabrication de l’arme nucléaire. Selon les sources de la Résistance iranienne, cette organe poursuit son activité malgré l’accord nucléaire.

L’unité d’ingénierie du programme d’armes nucléaires du régime est appelée « Organisation d’innovation et de recherche défensive » connue sous son acronyme persan SPND.

L’information a été obtenue par le réseau du principal mouvement d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran, grâce à ses sources au sein des pasdaran, du Ministère de la Défense et de la SPND. Des informations concordantes confirment qu’en dépit du Plan d’Action Global Commun (JCPOA) (l’accord nucléaire de 2015 avec les grandes puissances), non seulement l’unité est restée active, mais que dans certains domaines ses activités se sont étendues.

Mohsen Fakhrizadeh Mahabadi, également connu sous le nom de Dr. Hassan Mohseni, est l’individu clé du programme d’armes nucléaires du régime. Il est un ancien brigadier général des pasdaran et continue de diriger la SPND.

Selon le CNRI, le SPND est composée de 7 subdivisions, dont chacune réalise une certaine partie de la recherche sur les armes nucléaires. De nouvelles informations indiquent que toutes les subdivisions de SPND continuent leurs activités à la même échelle qu’avant l’accord nucléaire de 2015.

C’est en juillet 2011 que le Conseil National de la Résistance iranienne a pour la première fois révélé l’existence de la SPND lors d’une. Trois ans plus tard, la SPND a été mise sur la liste des sanctions par le Département d’Etat américain, le 29 août 2014.

Alireza Jafarzadeh, Directeur adjoint du bureau de représentation du CNRI aux Etats-Unis, a révélé le 21 avril 2017 à Washington le nouvel emplacement de l’organe responsable de la conception et la fabrication de l’arme nucléaire des mollahs. Celui-ci a été caché à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Jafarzadeh a expliqué que deux des sept subdivisions de la SPND jouent des rôles importants : la première, le Centre de recherche pour la technologie de l’explosion et de l’impact (METFAZ), mène ses activités sur le perfectionnement de déclencheurs et des explosions à fort impact et non conventionnelles. La deuxième, le groupe Fakhar Moqaddam, travaille sur l’enrichissement d’uranium et l’uranium enrichi.

Selon Jafarzadeh, le directeur du METFAZ est actuellement un ingénieur nommé Mohammad Ferdowsi, expert en explosifs, qui travaille au ministère de la Défense depuis 1986. Il est également président du conseil d’administration de la Société d’Explosifs de l’Université Malek Ashtar (affiliée au ministère de la Défense).

En septembre 2009, le CNRI a révélé l’existence du METFAZ ainsi que l’emplacement de ses tests dans le district militaire de Khojir à l’est de Téhéran. Le site est situé sur la route militaire de Khojir menant au site industriel militaire de Parchin et avoisinant le village de Sanjarian. Cependant, l’enquête la plus récente de la Résistance révèle que le METFAZ mène ses activités principales dans un autre endroit qui était resté secret. Selon Jafarzadeh, les services de renseignement de l’OMPI ont pu identifier l’existence du nouvel emplacement, qui dans les communications internes de la SPND porte le nom de code de « Pajouhech-kadeh » ( Academie de recherche). Cet emplacement est devenu le centre principal des tests du METFAZ et d’autres activités illicites.

Après le JCPOA, afin d’éviter de griller les activités du METFAZ, une grande partie des activités menées à Sanjarian, ainsi que le personnel, ont été transférés à l’Académie de recherche située à Parchin, une vaste zone militaire à environ 48 kilomètres au sud-est de Téhéran et contrôlée par le ministère de la Défense.

« Afin d’éviter la fuite d’informations sur l’Académie de recherche, l’emplacement est soumis à une forte surveillance et à un contrôle strict du service de protection des renseignements des pasdaran », a déclaré Jafarzadeh.

Soona Samsami, représentante du CNRI aux Etats-Unis, a pour sa part expliqué, lors de la conférence de presse de vendredi, au sujet des implications politiques de la récente révélation : « La présidente-élue du Conseil National de la Résistance iranienne, Madame Maryam Radjavi, a déclaré à maintes reprise, y compris le 24 novembre 2013, immédiatement après l’accord initial des P5 + 1 avec le régime théocratique, que si les puissances mondiales avaient agi avec fermeté, sans considérations économiques et politiques, elles auraient pu contenir totalement l’appareil de fabrication de bombes du régime dans cette phase de négociations. Elle avait insisté que la mise en œuvre totale des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, en particulier l’arrêt total de l’enrichissement, l’acceptation du protocole additionnel et l’accès libre et sans entrave des inspecteurs de l’AIEA à tous les centres et installations suspects, sont nécessaires pour faire abandonner définitivement au régime sa quête funeste à l’a
rme nucléaire. »

La représentante du CNRI a formulé les exigences suivantes :

« À la lumière de ce qui précède et afin d’empêcher le monde de faire face à un régime fondamentaliste doté de l’arme nucléaire, les étapes suivantes sont indispensables :

1. Comme l’ont stipulé plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, le programme d’enrichissement d’uranium de Téhéran doit être suspendu complètement ; car le programme d’enrichissement nucléaire n’a qu’un objectif : obtenir la matière fissile nécessaire à la Bombe

2. Le programme d’armement nucléaire doit être totalement démantelé. Il n’y a aucune raison de maintenir la SPND et ses organisations subordonnées, y compris le METFAZ, car elles n’ont aucune utilité pacifique, ou énergétique et leur seule fonction est de faciliter le développement de l’arme stratégique.

3. Exercer un contrôle hermétique sur tous les aspects du programme nucléaire des pasdaran et avoir un accès permanent, sans entrave et immédiat à tous les sites, tous les emplacements susmentionnés, et l’accès aux experts nucléaires clés. Des entretiens doivent être menés immédiatement avec Mohasen Fakhrizadeh et ses collaborateurs,

4. Toutes les questions en suspens concernant les possibles dimensions militaires (PDM) du programme nucléaire doivent être suivies afin de révéler la portée globale du programme iranien d’armes nucléaires. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe