jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Le ministre du renseignement des mollahs menace Rafsandjani

Iran : Le ministre du renseignement des mollahs menace Rafsandjani

Mascarade électorale – n° 3

Les efforts de Khamenei pour écarter les factions rivales de la campagne électorale

Le 2 mai, Moslehi, ministre du Renseignement des mollahs, a menacé Rafsandjani, ancien président du régime et président du Conseil de discernement des intérêts de l’Etat : « Nous avons des renseignements précis que ce monsieur [Rafsandjani] a trempé dans la sédition (le soulèvement de 2009) [si] la révolution et le régime, en raison d’une série de considérations ne l’ont pas limité, comme les deux autres [Moussavi et Karroubi] et lui ont laissé la liberté d’agir, il ne doit pas se laisser emporter par de fausses impressions ; la révolution ne l’a pas oublié ni sont rôle dans la sédition. » Les menaces de Moslehi viennent en réponse aux déclarations de Rafsandjani le dimanche 28 avril affirmant qu’il était prêt à présenter sa candidature à la présidentielle.

Dans un discours à Qom, le ministre du Renseignement a ajouté : « A ceux qui prônent le compromis, nous disons : Négocier avec les USA est une ligne rouge pour l’Etat et seul le guide suprême peut en décider. »

Redoutant vivement des manifestations populaires, il a renchéri : « Fomenter de l’instabilité sociale, économique et sécuritaire, brosser un tableau sombre du pays, provoquer des réactions émotionnelles dans la société, ternir l’image des pasdaran, de la milice du Bassidj et des institutions révolutionnaires, attaquer le guide et propager le désespoir dans la population, figurent au nombre des stratégies de l’ennemi. » Reconnaissant la profonde isolation du régime aux yeux de la population, Moslehi a confié : « Il ne faut pas craindre d’être peu en nombre ; dans les épopées c’est toujours un petit groupe qui influence une société et une nation. »

Le ministère et le ministre du renseignement sont sous le contrôle total de Khamenei et il y a deux ans quand Ahmadinejad a tenté de révoquer Moslehi, Khamenei l’en a empêché. 

Le 28 avril, Hossein Chariatmadari, un proche de Khamenei avait écrit dans l’éditorial du quotidien Kayhan qu’il ne faisait aucun doute que la candidature de Rafsandjani et Khatami serait rejetée parce qu’ils sont « la 5e colonne de l’ennemi », « corrompus dur Terre », « traitres » et qu’ils devraient « être jugés et châtiés ». 

A l’approche de la mascarade électorale, le système du guide suprême met toute sa capacité à écarter les factions rivales pour empêcher des manifestations et un soulèvement comme en 2009. Les menaces en coulisses d’élimination physique de rivaux et les menaces publiques de jugement et de condamnation de Rafsandjani et de Khatami qui sont des soutiens inébranlables du régime du guide suprême et de sa constitution montrent la profondeur de la crise au sein du régime et sa peur d’être renversé.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 2 mai 2013

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe