jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Il n'y aura pas de libéralisation de Facebook ni de...

Iran : Il n’y aura pas de libéralisation de Facebook ni de Twitter

CNRI – Le gouvernement d’Hassan Rohani a récusé la légalisation de Facebook et de Twitter en Iran. Les utilisateurs d’Internet se sont indignés de l’attitude nauséabonde des responsables qui s’autorisent l’accès aux réseaux sociaux pour embellir leurs gesticulations de modérés sur la scène internationale, mais l’interdisent la population.

Les mollahs considèrent les réseaux sociaux comme faisant partie de « l’arsenal de guerre douce de l’ennemi ».  Mohammad-Reza Agha-Amiri, responsable de la censure d’Internet avait déclaré en septembre à l’agence Mehr : « La censure des contenus illicites sur les plans politique, sécuritaire et sociale d’Internet est une nécessité ».

Pour empêcher l’accès libre aux utilisateurs de la toile, le régime a créé depuis le mois de juillet le service « Email national », accessible aux utilisateurs via un code postal. Par ailleurs, copiant la dictature Nord Coréenne, les autorités cherchent à créer un « réseau Internet national » pour compenser interdiction de l’accès au réseau mondial.

Les internautes doivent être dotés d’un réseau virtuel privé (VPN) ou d’un pare-feu pour surfer sur la Toile, mais la plupart de ces outils sont bloqués par les autorités qui fournissent à certaines sociétés privées et d’Etat un « VPN national » pour accéder à l’internet mondial.

Le 17 septembre, Facebook et Twitter étaient redevenus brièvement accessibles en raison de « problèmes techniques », selon les autorités. Cela avait suscité de nombreux messages de joie d’internautes qui croyaient à une libéralisation.

Selon des chiffres officiels, l’Iran compte un peu plus de 30 millions d’utilisateurs du Net sur une population de 80 millions d’habitants.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe