samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran-GB : Les Moudjahidine du peuple ne sont plus des terroristes

Iran-GB : Les Moudjahidine du peuple ne sont plus des terroristes

Par Marie Poussel

Le Parisien – C’est une première. Le fruit d’une bataille juridique de six ans. L’organisation des Moudjahidine du peuple iranien, dont le siège social est à Auvers-sur-Oise, n’est plus considérée comme une organisation terroriste en Angleterre. Une décision de la Cour d’appel de Londres l’a confirmé hier matin. La juridiction a rejeté l’appel formé par le ministre de l’intérieur britannique contre le jugement du 30 novembre 2007 de la Commission d’Appel des organisations proscrites (POAC). A l’origine de cette décision, une action engagée par 15 lords anglais, sympathisants des résistants iraniens.

Par Marie Poussel

Le Parisien – C’est une première. Le fruit d’une bataille juridique de six ans. L’organisation des Moudjahidine du peuple iranien, dont le siège social est à Auvers-sur-Oise, n’est plus considérée comme une organisation terroriste en Angleterre. Une décision de la Cour d’appel de Londres l’a confirmé hier matin. La juridiction a rejeté l’appel formé par le ministre de l’intérieur britannique contre le jugement du 30 novembre 2007 de la Commission d’Appel des organisations proscrites (POAC). A l’origine de cette décision, une action engagée par 15 lords anglais, sympathisants des résistants iraniens.

Les Moudjahidine ont ainsi fêté cette victoire hier après-midi. Malgré les portillons de sécurité à l’entrée, les détecteurs de métaux et les molosses qui servent de gardes du corps, l’heure n’est pas à la guerre mais au soulagement après plusieurs années de combat. Sous un soleil de plomb, des centaines d’Iraniens exultent dès l’annonce de la décision autour de leur chef de file charismatique, Maryam Radjavi. Une foule en liesse, pancarte à son effigie, hurle en chœur ses remerciements à ce symbole vivant. Grappes de ballons et pluie de confettis multicolores surplombent dans le ciel une foule agglutinée sous des  parapluies transformés en ombrelles de fortune. Des Iraniens de tous les âges et de tout milieu s’épuisent au  son d’une sono crachant de la musique traditionnelle.

« C’est une grande victoire pour notre mouvement et pour la démocratie, lance, les yeux rougis, Maryam Radjavi. Je pense aux étudiants, aux femmes et aux ouvriers qui luttent contre le régime des mollahs (NDLR : régime islamique chiite toujours au pouvoir en Iran.) Le peuple iranien n’oubliera pas ceux qui l’ont soutenu dans les heures les plus noires de son histoire… », remercie-t-elle (…)

Plusieurs années de combat

Aux premiers rangs, Mgr Gaillot, Jean-Pierre béquet, le maire socialiste d’Auvers-sur-Oise, village qui accueille l’organisation depuis une vingtaine d’années, mais aussi deux lords anglais. Ces deux juristes font partie des 35 parlementaires à l’origine de la plainte. Sous les vivats  et les « thank you lord » roulé à l’accent iranien, Lord Slynn, ancien juge de la Commission européenne des droits de l’homme remercie la foule en délire. « Cette victoire marque un grand jour mais le travail n’est pas terminé. Il le sera quand l’Iran deviendra une grande démocratie comme l’Angleterre dans laquelle vous pourrez vivre en liberté. Et ce jour va arriver », s’enflamme-t-il avec son flegme britannique. Une confiance en l’avenir partagée par les membres des Moudjahidine du peuple. « Il faut maintenant que le conseil de l’Union européenne à Luxembourg nous retire de cette liste noire, rappelle Afchine Alavi, de la commission des Affaires étrangères. Et pour la suite « inch Allah », argue la foule

Installés dans la ville depuis une vingtaine d’années

Quel rapport entre le village des peintres impressionnistes où s’est suicidé Vincent Van Gogh et l’organisation des Moudjahidine du peuple iranien ? Au départ un énorme concours de circonstances qui ont fait que l’organisation a posé ses valises depuis une vingtaine d’années. En 1981, l’oppression en Iran a été telle que les résistants ont fondé le Conseil national de la résistance iranienne. A sa tête, Massoud Radjavi fuira le régime islamique pour rejoindre son frère résidant à Auvers-sur-Oise.  Médecin cardiologue, il pratique depuis déjà plusiuers années dans ce petit bourg des bords de l’Oise. Il était encore  présent à la grande fête hier. Au fil des années, des résistants ont rejoint cette adresse, également très connue pour ses heures noires. Ce lieu qui deviendra le siège social. En 2003 des perquisitions musclées et de nombreuses interpellations y ont eu lieu, et ont abouti notamment à l’incarcération de leur chef de file, Maryam Radjavi. Depuis, de nombreuses célébrités sont passées soutenir leur action, comme Danièle Mitterrand, en 2003.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe