jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran-CDH : Procureur iranien controversé dans la salle

Iran-CDH : Procureur iranien controversé dans la salle

Iran-CDH : Procureur iranien controversé dans la salleInfosud (Suisse) – Une exclusivité d’InfoSud – Saïd Mortazavi, considéré comme responsable de l’arrestation de dizaines de journalistes en Iran, a été vu à une réunion du Conseil des droits de l’homme mardi.

Douche froide mardi après-midi dans la Salle des Assemblées du Palais Nations, où se suivent les discours d’inauguration du Conseil des droits de l’homme.

Certains délégués reconnaissent le procureur général de la ville de Téhéran, Said Mortazavi, au sein de la délégation iranienne (pays observateur, non membre du Conseil). Il est considéré par plusieurs ONG comme responsable de l’arrestation et de la détention dégradante de nombreux journalistes.

Une affaire avait particulièrement frappé l’attention en 2003 : Zahra Kazemi, une journaliste canadienne d’origine iranienne aurait été torturée, violée et tuée en prison, après avoir été arrêtée lorsqu’elle prenait des photos lors d’une manifestation d’étudiants à Téhéran.

Est-ce vraiment lui ? Des témoins nous montrent une photo tirée d’Internet. Pour éviter tout malentendu, InfoSud s’est évertué à vérifier que son nom figurait bien sur la liste officielle des délégués iraniens.

D’abord, les fonctionnaires onusiens sollicités n’ont cessé d’affirmer que cette information n’était pas disponible. Finalement Guennadi Lebakine, du Haut Commissariat aux droits de l’homme, confirme que Said Mortazavi est sur la liste.

RSF choqué

George Gordon-Lennox, du bureau Reporters sans frontières (RSF) à Genève, s’est dit choqué d’apprendre la présence du procureur iranien à une conférence sur les droits de l’homme.

« Mortazavi est lié à l’arrestation et l’emprisonnement de dizaines de journalistes et d’écrivains », indique-t-il. Huit journaux ont été suspendus cette année, indique RSF.

« Nous avons appris sa possible arrivée à Genève par l’agence officielle de presse iranienne IRNA, poursuit Gordon-Lennox. Selon IRNA, Mortazavi a dit avant son départ que ‘les droits de l’homme, dans leur vrai sens, sont un concept sacré auquel une attention spéciale est vouée dans les cultures et les religions divines. Un tel concept ne peut être utilisé de travers par certaines puissances hégémoniques’.

Hamid Reza Eshaghi, du Conseil national de la résistance iranienne à Paris (représentant des groupes armés) a déclaré à InfoSud : « Je ne peux pas comprendre comment le gouvernement suisse a pu donner un visa à un tel tortionnaire. »

Eshaghi est parmi les opposants ayant reconnu Mortazavi à la Salle des Assemblées : « Il devrait être arrêté et expulsé immédiatement. Inclure quelqu’un comme cela dans une délégation est une humiliation et un défi pour l’ONU. » La présence de Mortazavi’s dans la salle a pu être vérifiée par InfoSud, mais le procureur a quitté les lieux avant qu’il soit possible de lui demander sa réaction.

Pamela Taylor, Juan Gasparini – InfoSud

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe