mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesLe message poignant de la prisonnière politique Akbari Monfared au peuple iranien

Le message poignant de la prisonnière politique Akbari Monfared au peuple iranien

Le message poignant de la prisonnière politique Akbari Monfared au peuple iranien

Maryam Akbari Monfared, condamnée à 15 ans de prison, passe la 13e année de sa peine dans la prison de Semnan, loin de sa ville natale, Téhéran. Elle est mère de trois filles. Au centième jour du soulèvement du peuple iranien, la courageuse prisonnière politique dont un frère et une sœur ont exécutés lors du massacre de 1988, et deux autres frères en 1981 et 1984, a envoyé un message pour apporter son soutien à la révolution démocratique du peuple iranien et renforcer leur détermination à résister tant dans la rue que dans les geôles iraniennes. Voice le texte de sa lettre :

« Sur le point d’entrer dans ma quatorzième année d’emprisonnement ; ce n’est pas une histoire que vous lisez, c’est une souffrance sanglante que vous entendez de la petite fenêtre d’une seule personne des 85 millions d’Iraniens.

Même si pour moi, avec l’expérience de 13 ans d’emprisonnement, ou comme disent les locaux, « prisonnier de longue peine », compter les jours et les mois de détention est toujours une chose répréhensible dès les premiers jours, mais comment puis-je oublier cette sombre et malheureuse nuit d’oppression sur moi et ma famille ? Alors que la bête immonde se soit installée au-dessus de notre maison depuis les années 1980 !

Le 29 décembre 2022, cela fera treize ans que j’ai été séparé de ma Sarai de 4 ans et de mes deux filles de 12 ans en ce minuit d’hiver et sans dire au revoir à mes proches ; ils m’ont emmené à la prison d’Evine pour des explications avec la promesse ridicule que « tu reviendras vers tes enfants le demain « . Depuis, 13 ans se sont écoulés : du 29 décembre 2009 au 29 décembre 2022 !

Treize ans qui ont été une bataille époustouflante à passer seconde par seconde, treize ans que compter jour par jour (soit 4 mille 745 jours) fatiguent une personne, que se passe-t-il si elle doit passer 4 mille 745 jours au milieu d’une bataille inégale !

Ce n’est pas une histoire de 4 milles pages, c’est la réalité nue de la vie sous la domination des fascistes qui nous l’ont imposée et parce que nous n’avons pas voulu capituler.

Bien que je veuille être avec mes enfants – quelle mère ne le voudrait pas – mais je ne regrette pas, je suis plus déterminé que jamais à continuer mon chemin. Je l’ai dit à chaque fois dans chaque séance d’interrogatoire formelle et informelle, et je suis heureux de le répéter : Je suis restée éloignée de mes enfants depuis 13 ans, mais j’ai pu voir le crime de mes propres yeux pendant 13 ans et ma résolution s’est renforcée plus que jamais.

De ce côté-ci des barreaux, dans le désert sombre, la torture et la cruauté sont visibles (même là où les yeux ne peuvent pas voire). C’est ignoble et brutal ! Il s’agit d’un documentaire muet sur l’oppression des femmes qu’on ne supporte pas d’entendre, encore moins de vivre avec des centaines de ces symboles torturés et de ressentir leur douleur dans notre peau et notre chair.

Pendant 13 ans, j’ai vu des dizaines d’enfants et des centaines d’adolescentes et de jeunes du même âge que mes filles, et je les ai touchées et leur ai parlée, et j’ai serré les dents de colère contre leur solitude et pour les défendre, j’ai rugi contre les adorateurs des ténèbres!

Je ne sais même pas ce qu’ont traversé mes enfants pendant ces 13 ans ! Au cours de ces 13 années, ils ont traversé les turbulences de la vie si bien que même la plus petite vague ne m’a pas atteint ! Avec toutes les tempêtes, ils ont transformé chaque réunion en une explosion d’énergie pour moi !

Si vous me demandez, alors comment ai-je survécu dans l’obscurité de la torture et de l’épuisement du temps ? Je dis que c’est la flamme rebelle de la foi dans mon cœur qui m’a fait avancer.

Au milieu de la solitude, les mains vides, cette flamme chaude et rebelle est ce que les interrogateurs veulent arracher au prisonnier dès le premier instant de son arrestation… pour que son existence se fige et que son corps se soumette au joug… mais J’ai avancé avec une sainte colère pendant ces treize ans. Je l’ai gardé ardant malgré les tortures dont j’ai été témoin ou subies ! J’ai ri et multiplié la joie pour que nous puissions nous tenir debout et encore debout. Parce que la résistance est notre cœur et notre force.

Foi dans le chemin pour lequel mes frères et sœurs sont morts, foi dans le chemin sur lequel j’ai marché, et foi dans les poings serrés et les pas fermes des jeunes qui se dressent aujourd’hui dans la rue avec leurs corps et leurs vies devant la dictature.

Oui, foi en l’innocence et l’oppression dont ont été victimes mes frères et sœurs que je n’ai jamais considérés comme morts… pour moi ils étaient et sont plus vivants que jamais. Ils m’ont tenu la main à chaque instant de mon incarcération… et maintenant je les retrouve dans les rues d’Iran… J’ai vu Alireza (mon frère exécuté en 1960) dans les poings serrés de ce jeune homme de Nazi Abad (dans les récentes manifestations à Téhéran), Roghieh (ma sœur exécutée à la prison d’Evine à l’été 1967) se tenant vaillamment devant les gardes répressifs et j’ai entendu la voix d’Abdul Reza (un autre frère exécuté à Gohardasht à l’été 1967) dans le cri continu pour la liberté de ces jeunes du même âge dans les manifestations. Je trouve Gholamreza (martyrisé sous la torture des gardiens de la prison d’Evine en 1984) parmi les jeunes martyrs d’aujourd’hui sous la torture.

Oui, ils voulaient les enterrer anonymement, mais maintenant nous voyons comment cette génération courageuse continue le chemin des mêmes jeunes qui ne se sont pas pliés devant Khomeiny.

Ils pensaient que s’ils tuaient nos proches, leur règne serait éternel ! Ce n’était qu’une vaine chimère, car que nos martyrs se retrouvent aujourd’hui au milieu des rues enflammées de la révolution… le vent a éparpillé leurs cendres sur les trottoirs de cette ville où d’autres hommes et d’autres femmes ont maintenant grandi et pris leur chemin !

Des filles et des garçons courageux qui rêvent de la vie sous le soleil et la pluie au seuil de ce demain à construire, et déversent la colère la plus rebelle sur 43 années d’oppression et de tyrannie… ils se battent et la nuit est terrifiée par leur présence ! Et ma propre foi augmente de leur présence !

Aux nouvelles de chaque manifestation et de chaque soulèvement, des étincelles de cette flamme rebelle coulent dans mon cœur, alors que le seul espoir des femmes de mon entourage est de voir se briser ces portes de fer.

A mes filles et mes fils qui sont dans la rue, dont la vie me remplit à chaque instant, je dis, si vous êtes arrêtés, ne faites pas confiance aux interrogateurs, ils ne sont pas de notre espèce ! L’ennemi est l’ennemi à tout moment ! Plus vous croyez en votre chemin, plus vous serez fort en confinement solitaire.

Je dis aux familles des prisonniers, ignorez les promesses, les peurs et les menaces, vous ne pouvez sauver la vie de vos enfants qu’en répétant son nom dans la gorge du peuple ! Aucun interrogateur ne veut ton bien, ne te tais pas, crie !

Aux familles endeuillées, à chaque mère qui a sacrifié un être cher, à tous les frères et sœurs qui ont perdu une partie de leur être, je m’incline devant leurs martyrs et je ressens leurs douleurs. Je tiens leurs mains dans les miens et je me tiens épaule contre épaule à leurs côtés pour plaider plus fermement qu’avant la cause de la justice.

Pour parler de treize ans d’un combat incessant, les mots ne suffisent pas, mon propos je le dis par ce vers : « je chanterai ici enfin le chant de la victoire, comme le soleil chante au sommet de la montagne « . L’avenir nous appartient !

Maryam Akbari Monfared – décembre 2022
La prison infernale de Semnan