mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : Le budget du gouvernement et la gabegie économique des mollahs

Iran : Le budget du gouvernement et la gabegie économique des mollahs

Iran : Le budget du gouvernement et la gabegie économique des mollahs

L’un des principaux problèmes économiques de l’Iran est le taux de chômage élevé et le faible taux de productions. Mais le nouveaux budget (2022-2023) du régime iranien a négligé ces facteurs.

Les chiffres de l’emploi, l’inflation et la production sont trois indicateurs économiques majeurs de la situation économique d’un pays.

Les ressources du budget du régime comprennent l’exportation de pétrole (1,2 BPD), la vente de titres et d’obligations du gouvernement, l’augmentation des impôts, une réduction relative des salaires (en fonction de la hausse du taux d’inflation) et des revenus limités provenant des exportations pétrochimiques et sidérurgiques.

Vendre du pétrole, en particulier la quantité de 1,2 BPD, est impossible en raison des sanctions internationales et des infrastructures vétustes du secteur pétrolier iranien. Même vendre du pétrole à 60 dollars le baril ne couvrirait pas entièrement les dépenses du régime. Il convient de noter que le marché du pétrole a connu une baisse importante et a fluctué en raison de la pandémie de Covid-19.

Les principales sources du budget du régime ne sont pas du tout mentionnées dans le projet de loi de finances, telles que l’impression des billets de banque, les revenus du marché des capitaux, l’extraction de crypto-monnaies et les revenus des services.

Le projet de loi de finances montre clairement que le régime n’a absolument aucune volonté d’augmenter la production et n’augmentera pas les taux de production agricole et animale ou industrielle.

Il est à noter que les liquidités du pays augmenteront grâce à l’impression effrénée des billets de banque. Le taux d’inflation va monter en flèche puisque le régime ne peut augmenter la production et l’emploi.

La même situation a fait que ce régime figure en bas du tableau du nombre des entrepreneurs dans les statistiques mondiales de l’entrepreneuriat.

Le rapport 2020 du consortium Global Entrepreneurship Watch (GEM) évalue la situation en Iran, ainsi que 44 autres pays tels que l’Allemagne, l’Australie, les Pays-Bas, l’Égypte, le Koweït, le Chili, le Canada, l’Italie, Oman, la Norvège, l’Inde, l’Angola, et la Grèce.

Selon les estimations du consortium, l’Iran se classe 41e sur 45 pays en termes de « peur de l’échec dans l’entrepreneuriat ». Cela explique pourquoi les investissements dans la production en Iran sont constamment en baisse jusqu’à zéro.

En un mot, le régime iranien a creusé plus profondément dans la poche des gens en augmentant les impôts, l’impression des billets de banque, l’inflation et la hausse des prix des produits de base et des denrées alimentaires essentielles.

Pour mieux comprendre le plan budgétaire iranien 2022-2023, consultez notre rapport détaillé, « Exclusive Report on Iran Regime’s 2022-2023 Budget » (Rapport exclusif sur le budget 2022-2023 du régime iranien).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe