dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDu point de vue des autorités judiciaires françaises, le régime iranien est...

Du point de vue des autorités judiciaires françaises, le régime iranien est hors-la-loi – Thierry Lévy

CNRI – « Il est évident que la décision française ne peut pas avoir pour but de réprimer des actes qui seraient l’expression du droit constitutionnel de résistance à l’oppression. Voir affirmé dans une décision judiciaire l’existence d’un droit constitutionnel de résistance à l’oppression est une satisfaction » a déclaré Me Thierry Lévy le 13 mai à Paris.

Il s’exprimait dans une conférence de presse aux côtés de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, du préfet Yves Bonnet et de grandes figures du barreau parisien – William Bourdon, François Serres, Philippe Champetier de Ribes, Marie-Laure Barré – sur le non-lieu qui clôt le dossier judiciaire du 17 juin 2003, balayant les accusations de terrorisme portées contre la légitime Résistance iranienne.

Voici l’intervention de Me Lévy :

Je voudrais souligner que cette indiscutable victoire de la Résistance iranienne permet de mettre en évidence trois points importants pour la lutte contre le régime tyrannique de Téhéran, mais également pour les Français.

Le premier point est que cette décision constitue un acte d’indépendance de l’autorité judiciaire. Il faut le saluer comme tel, et peut-être saluer la personne et la personnalité de Marc Trévidic, saluer également les efforts couronnés de succès de William Bourdon. Je le dis d’autant plus volontiers que je n’étais pas très favorable aux démarches qu’il a entreprises auprès du juge d’instruction. J’ai eu tort, et je suis content d’avoir eu tort.

Le deuxième point est que cette décision contient une assez belle définition, non pas du terrorisme, puisque le juge reconnaît qu’il est assez difficile d’arriver à une définition qui fait l’unanimité. Mais en revanche, il y a l’affirmation d’un droit à la résistance. Je relève cette phrase qui fait plaisir à tout le monde, et en particulier aux juristes français. Il est évident que la décision française ne peut pas avoir pour but de réprimer des actes qui seraient l’expression du droit constitutionnel de résistance à l’oppression. Voir affirmé dans une décision judiciaire l’existence d’un droit constitutionnel de résistance à l’oppression est une satisfaction pour certains.

Le troisième point est que cette décision stigmatise le caractère infréquentable, à tout point de vue, du régime iranien, puisque même avant l’intervention salutaire de M. Trévidic, aucun juge d’instruction français n’avait jamais vraiment coopéré avec les autorités iraniennes en vue de faire avancer cette instruction.

Autrement dit, la conclusion que l’on peut tirer, c’est que du point de vue des autorités judiciaires françaises, le régime iranien est hors-la-loi, et je pense que cela fait plaisir à beaucoup de gens ici.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe