jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsSoixante-seizième session du procès de Hamid Noury : Naserian a dit que...

Soixante-seizième session du procès de Hamid Noury : Naserian a dit que tous les prisonniers ont été exécutés, se souvient un témoin

Soixante-seizième session du procès de Hamid Noury : Naserian a dit que tous les prisonniers ont été exécutés, se souvient un témoin

Le 22 mars, la justice suédoise a tenu la soixante-seizième session du tribunal de Stockholm, en Suède, qui poursuit Hamid Noury, ancien procureur adjoint de la prison, accusé d’avoir participé à l’exécution de prisonniers politiques au cours de l’été 1988 dans la prison de Gohardacht. Le témoin qui a témoigné mardi était une victime des atrocités commises par le régime dans ses prisons au cours des années 1980, du nom de Manouchehr Payvand.

M. Payvand a été arrêté en 1981 et condamné à passer dix ans derrière les barreaux de la prison d’Evine pour avoir soutenu l’organisation de guérilla des Fedayins du peuple. Il a ensuite été transféré à la prison de Ghezel Hesar.

Le verdict de la peine d’emprisonnement du témoin a été présenté comme preuve écrite au tribunal. Cette sentence a été émise pour « Manouchehr Babak », un pseudonyme organisationnel du témoin à l’époque de son activisme. Depuis le début des enquêtes, M. Payvand s’était opposé à la qualité de la traduction de ses interrogatoires avec la police suédoise. Cette dernière a également été remise en cause par les avocats de l’accusé et les traductions sont donc actuellement en cours de révision.

Au tribunal, M. Payvand a témoigné que le 28 juillet 1988, les gardiens de la prison ont commencé à retirer tous les postes de télévision. La diffusion des programmes radio a cessé, les rondes des prisonniers ont été interdites, et les réunions avec les membres de la famille ont été interrompues. Les responsables de la prison ont même refusé d’emmener les prisonniers malades dans des établissements médicaux.

Le témoin a déclaré avoir entendu de la part de prisonniers affiliés à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) que 200 de leurs camarades membres ou sympathisants de l’OMPI avaient été exécutés. Il a déclaré qu’il était initialement difficile de croire ce récit, car ces personnes avaient toutes été condamnées à des peines d’emprisonnement et purgeaient leur peine de prison depuis de nombreuses années.

M. Payvand a déclaré que « voir une montagne en pantoufles » dans la cour de la prison de Gohardacht a été le premier choc pour lui et ses compagnons de cellule. Le témoin a déclaré avoir vu un camion entièrement chargé transportant les corps des prisonniers politiques « massacrés », comme il l’a appris par la suite.

Répondant aux questions du juge, M. Payvand a déclaré qu’au début du mois d’août, au troisième étage du quartier 7, il a vu des corps gisant sur le sol dans la cour de la prison pendant deux jours et il a vu des gardiens de prison asperger les cadavres de désinfectants. Il a également vu l’aspersion de la cour de la prison après l’enlèvement des corps.

Se référant au défendeur Hamid Noury, le témoin a déclaré avoir rencontré « Frère Abbasi » dans le quartier 7 de la prison de Gohardacht pour la première fois, sans bandeau, le 27 ou le 28 août 1988, selon ses souvenirs.

« Frère Abbasi, avec plusieurs autres gardiens, a lu les noms de 20 personnes« , a déclaré M. Payvand. « Des gens comme Reza Zhirkzadeh, Bijan Bazargan, Majid Vali, Amir
Hoshang Safaeian, Mahmoud Ghazi, Javad Najafi, Bahman Ronaghi et Nakhoda Hakimi. Noury m’a demandé si je priais ou non. J’ai répondu par la négative, puis Noury a dit que nous allions découvrir si vous priez ou non. »

Selon M. Payvand, il a été conduit dans le couloir de la mort par Naserian (Mohammad Moghiseh) et on lui a bandé les yeux pour qu’il se tienne devant 15-16 personnes, dont le juge religieux Hossein Ali Nayyeri et le procureur Morteza Eshraqi. Il a également décrit une personne nommée « Zamanian » qui était probablement le représentant du ministère des Renseignements au bureau du procureur. Zamanian est venu dans les salles et a juré que lui, le témoin, ne serait pas libéré et qu’il allait être tué.

M. Payvand a expliqué qu’en réponse aux questions de Nayyeri et Eshraqi, il avait dit qu’il n’était pas musulman et ne priait donc pas. M. Payvand a indiqué que pour échapper à l’exécution, il avait déclaré que ses croyances étaient désormais plus proches de celles de sa famille, qui était derviche. Le témoin a déclaré qu’il avait été ridiculisé à plusieurs reprises par le défendeur Noury pour cette déclaration.

M. Peyvandi a également témoigné que dans le « couloir de la mort« , il a entendu la voix d’un gardien de prison qui criait : « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ! Vous avez exécuté des innocents ! »

Le témoin a déclaré que, d’après ses souvenirs, la voix appartenait au gardien de prison appelé « Frère Abbasi », c’est-à-dire Hamid Noury.

Quinze jours après avoir échappé à l’exécution, Manouchehr Payvand a été fouetté avec un groupe de prisonniers qui avaient partagé un sort similaire. Après avoir accepté de prier et avoir été interrogé par Hamid Noury et plusieurs autres personnes, le fouet a été exécuté. Il a témoigné que l’un des prisonniers, Jalil Shahbazi, a été fouetté si violemment qu’il s’est déchiré l’abdomen avec un morceau de verre dans les toilettes et s’est suicidé. Les responsables de la prison ont refusé d’envoyer Shahbazi dans un centre de santé ou un hôpital, ce qui a entraîné sa mort.

Selon M. Payvand, environ 200 personnes ont survécu au massacre. Il a rappelé que Naserian avait expressément déclaré que tous les autres prisonniers politiques avaient été exécutés.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe