lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLa demande de retrait des pasdaran de la liste des organisation terroriste...

La demande de retrait des pasdaran de la liste des organisation terroriste par le régime iranien pourrait entamer l’optimisme concernant l’accord nucléaire

La demande de retrait des pasdaran de la liste des organisation terroriste par le régime iranien pourrait entamer l'optimisme concernant l'accord nucléaire

Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue syrien, alors qu’il était en visite à Damas, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a affirmé que les négociations à Vienne étaient plus proches que jamais de la restauration de l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran, que le régime de Téhéran a commencé à violer peu après le retrait des États-Unis de l’accord en 2018.

Depuis le début des pourparlers de Vienne en avril dernier, l’optimisme prédomine dans les déclarations publiques de chacun des participants, y compris les États-Unis, dont la participation est indirecte en raison du refus de Téhéran d’autoriser ses représentants à rencontrer leurs homologues américains. La dernière expression de cet optimisme par Amir-Abdollahian a été reprise par les responsables russes lorsqu’ils ont prédit avec confiance que la partie iranienne reprendrait les pourparlers de Vienne avec l’intention d’adopter un projet d’accord peu après la fête de Norouz, ou Nouvel An iranien, dimanche dernier.

Dans un premier temps, les États-Unis se sont également fait l’écho de cet optimisme, mais mardi, ils ont adopté une approche sensiblement différente, des responsables du département d’État déclarant aux médias que le gouvernement américain « se prépare aussi bien » à la relance mutuelle du plan d’action global conjoint (JCPOA) qu’à son effondrement complet.

Ces déclarations reflètent les premiers avertissements de l’administration Biden concernant sa volonté de mettre en œuvre un « plan B » au cas où la diplomatie ne parviendrait pas à empêcher le régime des mollahs de progresser vers une capacité d’armement nucléaire. Mais ces déclarations n’avaient manifestement pas été répétées à un haut niveau pendant plusieurs mois avant que le porte-parole du département d’État, Ned Price, ne reconnaisse lundi qu' »un accord n’est ni imminent ni certain ».

Ce sentiment a d’abord été tempéré par l’insistance sur le fait que les négociations à Vienne étaient « proches d’un accord possible » malgré les « questions restantes » qui devaient être résolues. Mais le lendemain, M. Price a déclaré que « c’est à Téhéran qu’il incombe de prendre des décisions qu’il pourrait considérer comme difficiles » et que la Maison Blanche ne tient nullement pour acquis que les responsables iraniens sont à la fois désireux et capables de le faire. Dans le même temps, il a déclaré que les États-Unis étaient prêts à prendre leurs propres « décisions difficiles pour ramener le programme nucléaire iranien dans les limites fixées par le JCPOA », malgré l’insistance répétée de Téhéran sur le fait que ces décisions du côté américain constituaient le seul obstacle restant à un accord.

En fait, l’Iran a répété cette ligne à de nombreuses reprises au cours des derniers cycles de négociations, tout en ajoutant continuellement à ses demandes de décisions politiques en question. Le mois dernier, il a été largement rapporté que les pourparlers étaient sur le point d’aboutir lorsque le principal négociateur de Téhéran, Ali Bagheri-Kani, a quitté Vienne pour l’Iran afin de consulter des autorités supérieures. À son retour, cependant, l’équipe iranienne a commencé à insister bruyamment pour que les États-Unis retirent la désignation terroriste qui a été imposée au Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) en 2019, comme condition préalable à tout nouvel accord.

Il semble possible que cela ait étiré la limite de la volonté de l’administration Biden de faire des concessions à Téhéran, forçant ainsi un retour aux points de discussion antérieurs concernant un possible effondrement diplomatique et un « plan B. » Cette interprétation des dernières déclarations américaines est sans doute étayée par les commentaires parallèles de M. Price sur l’engagement de l’administration à se concerter avec ses alliés sur un plan d’action à venir. Certains de ces alliés ont vigoureusement condamné l’idée de retirer les pasdaran de la liste des organisations terroristes.

Certains démocrates ont également exprimé de sérieuses préoccupations tout en réitérant l’insistance de leurs collègues pour que tout accord en suspens soit soumis à l’examen du Congrès. Au fur et à mesure que les exigences de Téhéran pour cet accord se sont accrues, le volume de la réaction des deux côtés de l’aile politique à Washington s’est également accru, rendant potentiellement impossible ou trop coûteux politiquement pour la Maison Blanche de poursuivre sur la trajectoire actuelle.

Les demandes iraniennes de radiation des pasdaran pourraient marquer un tournant dans les calculs politiques de l’administration Biden, car elles semblent avoir suscité de nouvelles déclarations publiques de la part de législateurs démocrates qui n’étaient peut-être pas très engagés sur cette question par le passé. Par exemple, Josh Gottheimer, membre du Congrès démocrate représentant le New Jersey, a déclaré mardi sur Fox News que le retrait des pasdaran de la liste des organisations terroristes « n’a aucun sens » compte tenu de ses antécédents publics en matière d’activités terroristes et de soutien à des mandataires terroristes régionaux.

La demande de radiation de la liste semble également avoir incité certains médias à solliciter plus activement des commentaires sur l’opinion générale des législateurs concernant l’accord nucléaire imminent. Shontel Brown, une démocrate de première année représentant l’Ohio, a déclaré jeudi à l’un de ces médias qu’elle « examinera de près tout accord annoncé pour déterminer s’il rendra les États-Unis plus sûrs [et] améliorera la stabilité dans la région ».

Mme Brown a également contribué à relancer un autre sujet de discussion apparemment perdu de l’administration Biden en soulignant qu’elle continuait à espérer un accord « plus long et plus solide » que celui qui a été mis en œuvre en janvier 2016. Elle a ouvertement reconnu les « lacunes » non résolues du JCPOA et a promis d' »encourager » l’administration à rectifier « son incapacité à traiter le programme de missiles balistiques de l’Iran ou le soutien de l’Iran aux mandataires terroristes régionaux comme le Hezbollah et le Hamas. »

Bien entendu, tout accord incluant le retrait des pasdaran de la liste des organisations terroriste serait largement considéré comme ignorant ces questions ou les aggravant. Le Corps des gardiens de la révolution islamique exerce actuellement un contrôle unilatéral sur l’arsenal de missiles balistiques du régime et, au début du mois de mars, il a démontré son engagement à poursuivre le développement des technologies de fusées pertinentes en se vantant d’avoir lancé un deuxième satellite de surveillance en orbite terrestre basse. Le Corps des gardiens de la révolution islamique dispose également d’une division spécialisée dans les opérations à l’étranger, la force Qods, qui contribue à la prolifération des groupes et opérations terroristes étrangers.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe