mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsSans abri, les démunis dorment dans des bus en Iran

Sans abri, les démunis dorment dans des bus en Iran

Sans abri, les démunis dorment dans des bus en Iran

« Ils doivent changer de bus toutes les 45 minutes. C’est ainsi qu’ils passent leurs nuits, dormant dans des bus tout en endurant des températures inférieures à zéro », ont rapporté les médias iraniens le 29 décembre, reconnaissant le drame des démunis dont le nombre augmentent en Iran.

La pauvreté croissante des citoyens n’a laissé aux Iraniens d’autre choix que de prendre des mesures extrêmes pour survivre. Cela inclut des personnes qui habitent dans des tombes, sur des toits, les habitants des bidonvilles délabrées, les femmes vivant dans des trous ou des canaux, et maintenant les personnes dormant dans les bus des transports publics (BTP).

« Dormir dans les BTP est leur seul choix, et un siège dans le bus est leur château bon marché dans la capitale. Mais cette maison bon marché leur coûte entre 3,5 et 7,5 millions de rials (20-30 USD) par mois. Ils sont employés, mais leurs petits boulots les empêchent de louer une chambre », a écrit le 29 décembre le journal officiel Tejarat.

« Il est 23h45 [heure locale] et la température est de trois degrés Celsius. Ils arrivent un à un à la gare routière : vieux, jeunes et même enfants. Le BTP de Téhéran les héberge tous les soirs. L’un se réfugie dans le bus à minuit et l’autre à 1h00 du matin. Leur timing dépend du temps froid », ajoute Tejarat News.

« Faire un long voyage est un choix intelligent pour ceux qui dorment dans les bus. Par conséquent, deux lignes de bus sont leurs maisons : Azadi Square à Téhéranpars et Tajrish à Rah-Ahan.

« Ces gens ne sont pas des toxicomanes. L’un des passagers a des vêtements soignés et l’autre porte un joli pantalon. Ils ne veulent pas parler. Ils veulent seulement dormir.

Un chauffeur de bus a déclaré au journaliste de Tejarat News : « Ils travaillent pendant la journée à travers la ville et dorment ici la nuit. »

Cependant, ils ne peuvent pas faire de beaux rêves ou une nuit douillette. Toutes les 45 minutes, ils doivent descendre du bus.

« Je ne veux pas les forcer à descendre du bus. Mais mon patron m’a dit que si je garde ne serait-ce qu’une personne au bout du fil, il me licenciera », dit le chauffeur.
Ces passagers paient entre 15 000 et 24 000 rials (7-10 USD) chaque nuit. « [C’est] le tarif le moins cher pour un bref séjour dans un refuge chaleureux, pendant les longues et froides nuits d’hiver », a décrit Tejarat News.

« Les rapports indiquent que 60 à 70 % des revenus des ménages urbains sont consacrés au logement. Les logements coûteux ont poussé beaucoup de gens à la périphérie de la ville, certains ne pouvant même pas se permettre une place dans les bidonvilles », ajoute Tejarat News.

Ismail Hosseinzehi, vice-président de la commission civile du parlement, a déclaré : « Lorsque nous lisons que rien qu’au cours de l’année dernière, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue est passé à 30 millions, nous réalisons la dimension horrible de l’augmentation de la pauvreté en Iran. » a écrit le 26 décembre le quotidien Etemad. Ce nombre impressionnant compte pour plus de 35 pour cent des 84 millions d’habitants du pays.

Cette situation désastreuse, couplée à la pandémie de Covid-19, aux sans logements, aggravés par l’incompétence et la corruption du régime, a entraîné l’émergence de diverses tragédies sociales ces dernières années.

Dans une interview en 2020 avec le site Etemadonline, Mohammad Reza Mahboubfar, un sociologue iranien, a déclaré : « Certaines femmes chefs de famille n’ont pas d’abri et sont forcées de vivre dans des canaux. Les femmes habitant les bidonvilles n’ont pas de logement convenable. »

« Auparavant, le nombre d’habitants des bidonvilles était d’environ 25 millions, mais aujourd’hui, il est passé à 38 millions. Nous pouvons certainement dire que les habitants des bidonvilles de Téhéran ont augmenté de 60% », a-t-il ajouté.

De plus, des rapports en 2020 ont indiqué que de nombreuses personnes dorment sur les toits car elles ne peuvent pas se permettre de louer une maison ou même une chambre.

Le seuil de pauvreté annoncé en Iran est d’environ 120 millions de rials. Ainsi, de nombreux Iraniens tombent sous le seuil de pauvreté en raison de leurs bas salaires. Les enseignants iraniens reçoivent près de 60 millions de rials et la base salariale des travailleurs est d’environ 25 millions de rials (91 USD). En tant que tels, ils peuvent difficilement joindre les deux bouts, et encore moins avoir un abri convenable.
La pauvreté ne constitue pas un crime. Mais ceux qui en sont la cause sont certainement des criminels. Le régime criminel des mollahs devrait être blâmé pour l’extrême pauvreté, comme les autres problèmes inextricables dans le pays.

Les gens vendent des parties de leurs corps, les femmes et les filles vendent leurs cheveux, et d’autres dorment dans des bus alors que le pays est assis sur un océan de pétrole et de gaz.

Contrairement au récit répété par le lobby des mollahs, les sanctions ne sont pas la raison des crises actuelles en Iran. C’est la politique du régime qui est à blâmer. Les mollahs gaspillent des milliards de dollars dans leur programme nucléaire et de missiles clandestins et dans le financement des groupes terroristes inféodés.

Dans son plan budgétaire 2022-2023, le gouvernement d’Ebrahim Raïssi a augmenté le budget des entités terroristes comme les Gardiens de la révolution (CGRI) et a ignoré le sort des Iraniens. Le budget de l’IRGC a augmenté de 58% tandis que le salaire des employés iraniens ordinaires n’a augmenté que de 10%.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe