samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesVidéo : Les mères des victimes tués dans les manifestations en Iran...

Vidéo : Les mères des victimes tués dans les manifestations en Iran demandent des comptes

Vidéo : Les mères des victimes tués dans les manifestations en Iran demandent des comptes

« Je n’ai besoin de la permission de personne pour organiser une cérémonie pour mon fils« . Ce sont les paroles d’une mère dont le fils a été abattu par le régime iranien lors du soulèvement de novembre 2019.

Mercredi, les mères des victimes de novembre 2019 ont rendu hommage à Amir Hossain Zarezadeh, qui a été tué lors des manifestations de novembre 2019. Sa cérémonie commémorative a eu lieu dans sa maison, animée par sa mère.

La famille d’Amir Hossein avait précédemment annoncé qu’elle organiserait la cérémonie commémorative sur sa tombe près d’Emamzadeh Ebrahim à Karaj. Mais les forces de sécurité du régime ont empêché la famille en deuil de célébrer la cérémonie à Karaj. Par conséquent, la mère d’Amir Hossein a commémoré son fils en organisant une cérémonie chez elle.

La courageuse mère d’Amir Hossein a également installé une banderole près de son domicile, rendant hommage à tous les martyrs des manifestations de novembre 2019. Les autorités ont tenté de l’intimider, mais une vidéo publiée sur les réseaux sociaux la montre appelant courageusement à la justice pour son fils tué et d’autres martyrs.

« Je continuerai à mettre la [bannière] en place. Je vais continuer à installer des photos et continuer à les filmer. Je continuerai à mettre des photos des jeunes tués en novembre [2019]. Je n’ai pas besoin de votre permission. Vous avez tué nos enfants. Que voulez-vous d’autre ? a-t-elle martelé à l’agent du régime au téléphone ?

« Vous pouvez envoyer un millier de forces dans ma maison. Avez-vous peur des photos de mon fils ou de sa tombe ? J’ai mis une grande banderole des photos des jeunes tués en novembre, et je continuerai à le faire parce qu’ils étaient comme mes enfants », dit-elle. Comme l’a dit Robert A. Heinlein, être mère est une attitude, pas une relation biologique. » La mère d’Amir Hossein l’a prouvé dans ses propos.

Menacée par l’agent du régime au téléphone, elle dit : « Qu’allez-vous faire de moi ? Tuez-moi comme vous avez tués mon fils ? Allez-y ! Je suis prête. Je suis prête à mourir pour mon fils. Allez, pendez-moi. »

Amir Hossain Zarezadeh est l’un des plus de 1 500 manifestants pacifiques abattus en novembre 2019 par les forces de sécurité du régime, dont beaucoup ont été blessés à la tête et à la poitrine. La majorité des victimes étaient des jeunes.

Depuis la mort de leurs enfants, des mères courageuses demandent justice pour leurs proches, insistant pour que le régime rende des comptes. Ces mères battantes ont poursuivi la lutte de leurs enfants pour la liberté en faisant écho à leurs appels au changement de régime.

Ces mères, appelées « Mères pour la justice », poursuivent leurs activités malgré les menaces et les arrestations.

À la veille de l’élection présidentielle fictive du régime en juin 2021, ces braves mères ont appelé au boycott des élections truqués du régime et ont revendiqué le changement de régime.

« Notre vote est le changement de régime. Je ne pardonne pas le sang injustement versé de mon Mehrdad. Mon vote est le renversement de ce régime. Les gens, si vous votez, vous mettez le doigt dans le sang de vos compatriotes qui ont été assassinés innocemment lors du soulèvement sanglant de novembre [2019], comme Mehrdad et bien d’autres », a déclaré l’une des mères.

« Bonjour, je suis la mère du martyr Milad Mohaveri. Comme d’autres mères et familles qui partagent mon chagrin, je suis tout à fait d’accord avec elles. J’espère qu’un jour viendra où notre peuple agira de manière logique et saura que voter est une trahison pour les générations futures et ne sera pas pardonné », a déclaré une autre mère courageuse.

Sous la dictature militaire argentine, les mères des victimes ont lancé un mouvement pour retrouver leurs proches disparus et tenir pour responsables les coupables de crimes contre l’humanité. Ce mouvement est devenu plus tard connu sous le nom de « Mères de la Plaza de Mayo » et a eu un impact considérable dans la chute de la dictature militaire. Ce mouvement a été reconnu comme reflétant la société argentine et son potentiel combatif, permettant à la population de scander la liberté tout en assistant aux manifestations des mères.

Aujourd’hui, le mouvement « Mère pour la justice » en Iran est l’effusion de décennies de colère contre les dictatures religieuses au pouvoir en Iran. Elles font écho au désir du peuple iranien pour changer de régime. Comme l’a dit la mère de Pejman Gholipour, le mouvement en faveur de la justice est devenu « le cauchemar du régime », qui craint sa chute.

La communauté internationale devrait soutenir leurs efforts pour demander des comptes aux criminels au pouvoir en Iran. Cela mettra certainement fin à des décennies d’impunité systématique en Iran, qui a été rendue possible en raison du silence de la communauté mondiale au sujet des crimes contre l’humanité du régime en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe