samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes médias officiels iraniens et leur tentative ratée de couvrir le meurtre...

Les médias officiels iraniens et leur tentative ratée de couvrir le meurtre de Mahsa Amini

Les médias officiels iraniens et leur tentative ratée de couvrir le meurtre de Mahsa Amini

Des manifestations ont éclaté en Iran le 16 septembre à la suite du meurtre brutal de Mahsa Amini par la police des mœurs du régime. Le meurtre de Mahsa a suscité beaucoup d’émoi au sein du régime et de ses médias officiels.

Mahsa, une jeune fille de 22 ans originaire de Saqqez dans la province du Kurdistan, a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran sous le prétexte d’être « mal voilée » et, selon des témoins oculaires, a été sévèrement battue par la police. Elle est tombée dans le coma, et sa photo dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital est devenue virale. La mort de Mahsa a incarné la souffrance des femmes iraniennes sous la théocratie au pouvoir au cours des 43 dernières années. Elle a déclenché des protestations dans la société iranienne volatile, où la population souffre de la crise économique due à la corruption et à l’ineptie du régime, ainsi qu’à quatre décennies de répression.

Les médias officiels iraniens, en particulier ceux des soi-disant « réformistes« , ont mis en garde contre les conséquences des protestations en cours tout en essayant de faire croire au public que Mahsa est « morte de façon suspecte » et de blanchir les forces de sécurité du régime. Pourtant, leurs aveux racontent la situation actuelle du régime et son échec à contenir la société explosive de l’Iran.

« Les autorités s’abstiennent de faire preuve de la moindre souplesse face aux problèmes nationaux et internationaux. Ils prétendent qu’en faisant un pas en arrière, nous devrions continuer à reculer sur nos positions et perdre notre hégémonie« , écrivait le 19 septembre le quotidien officiel Etemad.

« La jeunesse iranienne a été formée dans nos écoles et élevée en écoutant les méthodes d’apprentissage et les leçons officielles. Si les officiels considèrent ces jeunes hommes et femmes comme des briseurs de normes, ne devrions-nous pas d’abord douter de notre système éducatif ? », a écrit le quotidien Etemad dans un autre article le 19 septembre.

« Lorsque vous dites aux femmes iraniennes de porter ce que je dis, en tant que dirigeant, elles demandent naturellement ce que ce soi-disant État islamique a accompli pour elles en tant qu’êtres humains et pour la moitié de la population iranienne, pour que leur tenue le représente et le préserve ? », a écrit Etemad.

Dans un article publié mardi, le quotidien officiel Mostaghel a reconnu pourquoi les gens ne croient pas à la vidéo de surveillance montrant Mahsa s’effondrant apparemment en garde à vue sans être touchée.

« Il n’y a rien de mal chez les gens. Ces gens qui ne croient pas au récit de la mort naturelle de Mehsa Amini sont les mêmes qui n’ont pas oublié que notre télévision a fermement nié l’hypothèse de la chute de l’avion de ligne ukrainien pendant une semaine entière, et que des dizaines de nouvelles, d’analyses et d’experts ont tenté de prouver qu’il s’agissait d’un accident« , reconnaît le journal.

Third day of protests in Kurdistan province Over the killing of Mahsa Amini

« L’origine de cette incapacité réside dans la domination de la perspective sécuritaire sur les médias, ainsi que dans certaines contradictions fondamentales et théoriques au niveau de la direction générale de la radiodiffusion, qui subsistent malheureusement. Dans le monde complexe des médias, une guerre des récits est en cours. »

« Au lieu d’être aux côtés du peuple et de réfléchir à ses revendications, on en est encore à penser à la censure et à la mise en œuvre du plan de protection (le plan du régime pour restreindre l’accès à Internet) ! Y a-t-il une plus grande perte ? »

« Alors que de nombreuses personnalités religieuses et politiques ont appelé à des mesures strictes dans le traitement des femmes, la question se pose maintenant de savoir pourquoi certains responsables et certaines forces ont recours à ce type d’actions, nuisant à l’ensemble du système« , a reconnu le 19 septembre le journal officiel Arman-e Melli.

Comme l’ont reconnu récemment de nombreux responsables du régime, le meurtre de Mahsa a déclenché quatre décennies de colère et de haine condensées envers les mollahs. La population considère le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, et son président, Ebrahim Raïssi, comme les meurtriers de Mahsa et d’innombrables autres femmes. Contrairement à ce que les médias officiels ont essayé de dépeindre, les gens ne cesseraient pas de protester contre le régime génocidaire même si celui-ci démantelait sa police de la moralité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe