lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes Iraniens à Bruxelles demandent à la justice belge de bloquer la...

Les Iraniens à Bruxelles demandent à la justice belge de bloquer la libération des terroristes

Les Iraniens à Bruxelles demandent à la justice belge de bloquer la libération des terroristes

Le lundi 19 septembre, alors que le Tribunal de première instance belge tenait sa séance pour entendre l’équipe juridique du Conseil national de la Résistance iranienne ainsi que les arguments du gouvernement belge sur le nouveau traité d’échange de prisonniers irano-belge, une grande manifestation s’est tenue à Bruxelles devant le ministère des Affaires étrangères.

De nombreux Iraniens de toute l’Europe ont uni leurs forces et leurs voix pour appeler le système judiciaire belge à rester ferme contre une décision immorale prise par les pouvoirs exécutif et législatif belges d’exécuter un traité qui ouvre la voie à un terrorisme incontesté sur le sol européen en libérant des terroristes d’État condamnés et les envoyer dans les bras des dictateurs iraniens.

Les Iraniens à Bruxelles demandent à la justice belge de bloquer la libération des terroristesL’ancien député européen du Portugal, Paolo Casaca, s’est adressé à la manifestation : « Avec le plus grand choc et la plus grande confusion, moi-même et tant d’autres avons été informés des négociations secrètes entre le ministère belge des Affaires étrangères et le régime en Iran. Ces négociations visaient à signer un traité international afin que Téhéran puisse échanger une cellule terroriste avec des citoyens berges innocents. Jusqu’à présent, les autorités judiciaires belges ont retardé la mise en œuvre de cet accord et mis en péril sa légitimité.

« Une équipe juridique très compétente représente certaines des victimes de l’attaque terroriste et conteste maintenant ces décisions. Je tiens à exprimer mon respect sincère à ceux qui se sont battus pendant des années et qui ont arrêté cet attentat terroriste. Ce n’est certainement pas leur faute si le gouvernement belge a décidé de manquer de respect à ces efforts et signe un accord aussi honteux avec des terroristes.

« Je voudrais exprimer ma solidarité avec ces prisonniers ainsi qu’avec l’otage belge en Iran qui est maintenant devenu le sujet de l’accord belgo-iranien. Comme c’est une pratique courante du régime iranien, chaque otage innocent est une victime de ce régime autoritaire impitoyable, et ils méritent la plus grande attention. Je crois que la Belgique doit protéger les droits de ses citoyens. Cependant, échanger la vie d’une personne innocente en prison contre la vie d’autres citoyens innocents qui deviendront de nouvelles cibles serait moralement inacceptable et inciterait le régime iranien à prendre davantage d’otages.

« Les attentats de Bruxelles de 2016, ainsi que l’attentat déjoué de 2018, montrent la même détermination des terroristes à porter atteinte aux droits de l’homme et à la vie des individus épris de liberté. Saboter la justice dans un cas ne rendra pas justice dans l’autre. Cela ne peut qu’aboutir à un désastre.

« Le gouvernement belge doit exiger la libération immédiate et inconditionnelle des otages en Iran pour mettre fin à leur douleur. Elle doit utiliser le meilleur levier dont elle dispose, y compris l’expulsion des diplomates iraniens de Belgique. Pour un résultat plus fort, la Belgique doit pleinement coopérer avec les autres nations menacées par Téhéran. Plus important encore, il devrait annoncer sa solidarité avec ceux qui se battent pour la liberté en Iran.

« Il n’y a qu’une seule façon de défendre les valeurs et les droits du peuple belge : exiger le respect de la Belgique et des autres pays comme condition préalable à des relations diplomatiques normales. Préparez votre pays à défendre vos valeurs et à révoquer ce traité honteux. »

Faisant référence au meurtre de Mahsa Amini à Téhéran, le député Theo Franken, ancien secrétaire d’État belge aux Migrations et chef de la délégation belge à l’OTAN, a déclaré : « Depuis la mort de Mahsa Amini, il y a eu beaucoup de protestations en Iran. J’espère que le peuple iranien poursuivra ces protestations contre Khamenei et tous les autres religieux. Quand il y a une manifestation en Iran, je pense toujours aux gens qui sont abattus par les forces militaires. La seule chose qui maintient le régime de Téhéran au pouvoir, ce sont leurs atrocités. Par conséquent, c’est très courageux de la part du peuple iranien qui continue sa protestation ici ainsi que dans d’autres pays à travers l’Europe. Encore plus courageux sont les hommes et les femmes qui manifestent à l’intérieur de l’Iran, et j’espère qu’ils résisteront jusqu’à la fin jusqu’à ce que l’Iran change. »

« Cette semaine, il y a l’Assemblée générale de l’ONU à New York, et beaucoup de manifestants, ainsi que le CNRI, vont protester contre le régime iranien. Je sais que vous espériez que Raïssi, le boucher de Téhéran, ne serait pas autorisé à se rendre à New York. J’ai lu une lettre de plus de 50 membres et femmes du Congrès américain qui voulaient empêcher cette visite. Mais je pense qu’il ira, et la nouvelle administration à Washington pourrait ne pas avoir les mêmes politiques que l’ancienne. »

« Nous avons le même problème en Europe avec l’accord sur Assadi. Les politiciens européens doivent comprendre comment fonctionne le régime de Téhéran. Je pense que c’est votre cause la plus ferme de maintenir la protestation et d’exposer cet accord. Vous vous êtes tenu dans les rues par temps chaud et par temps pluvieux, mais vous n’êtes pas seul et vous avez ouvert de nombreux yeux. Au bout du compte, nous l’emporterons, non seulement dansle cas d’Assadi mais dans la lutte contre le régime iranien jusqu’à ce qu’un Iran libre soit réalisé et que les femmes puissent vivre dans un pays libre et démocratique.

https://twitter.com/paulocasaca1/status/1571871866838474756?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1571871866838474756%7Ctwgr%5E10d289e98dee06e83f7107d8ac9a8e7d3d19b34e%7Ctwcon%5Es1_c10&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.ncr-iran.org%2Fen%2Fnews%2Firan-resistance%2Fncri-supporters-in-brussels-call-on-belgian-judiciary-to-block-release-of-iranian-state-terrorists%2FSerge de Patoul, ancien député bruxellois, a également déclaré : « J’ai été avec vous avant que ce traité honteux ne soit voté au parlement belge. Notre gouvernement s’est mis dans un état absurde. Parce que c’est un sérieux coup porté au grand travail de la justice belge, cela ne fait que nous montrer que nous ne devons pas négocier avec un État terroriste. Cela met également la Belgique et l’Europe en danger car cela promeut le terrorisme d’État et encourage les terroristes à mener leurs pratiques partout ailleurs. Par conséquent, nous devons souligner qu’il est inacceptable de libérer Asadollah Assadi. Ce n’est pas approprié pour la Belgique, ni pour aucune autre nation libre sur terre. »

« Suite au meurtre de Mahsa Amini, il n’y a plus de place pour les discussions si ce n’est que ce régime doit partir. J’ai été à Achraf 3 en Albanie, et je voulais juste exprimer mon soutien à votre lutte et à un Iran libre et démocratique. »

S’adressant à la manifestation via un message vidéo, la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, a déclaré :

Je vous salue, vous qui vous êtes dressés contre le monstre le plus redoutable du terrorisme dans le monde contemporain et qui avez dénoncé la politique scandaleuse de complaisance avec ce pouvoir malfaisant.

Cela fait presque trois mois que vous avez stoppé le renvoi du diplomate terroriste poseur de bombe à ses dirigeants. Vous avez barré la voie aux mollahs qui voulaient établir leur quartier général du terrorisme au cœur de l’Europe avec cette loi. Avec votre campagne intensive dans 16 pays, vous avez défié toute la politique de complaisance de l’Occident.
Je rends hommage à votre résistance, qui est aujourd’hui la force antiterroriste la plus importante au monde.

Ils avaient conspiré de renvoyer en secret le diplomate-terroriste du régime de sa prison belge au quartier général du crime et du terrorisme dans le sinistre ministère du renseignement à Téhéran. Mais vous avez levé le voile, renversé les antichambres occultes et dénoncé le scandale de ce complot.

C’est une bataille sans relâche. Une bataille contre la dictature terroriste et le fascisme religieux, qui ne sont pas seulement une menace contre le peuple iranien, mais aussi pour la région et le monde.

Aujourd’hui, en intensifiant la répression des femmes, les mollahs livrent ouvertement une guerre à la société iranienne. Le meurtre barbare de Mahsa Amini, cette jeune femme innocente kurde, par les tueurs des forces de sécurité, qui a déclenché l’indignation générale, est un aspect de cette guerre et de cette répression sauvage.

Ils ont voulu briser le moral de la nation et bloquer les mouvements de protestation. Mais la résistance des femmes et des jeunes à Sanandaj, Saqqez et Téhéran, a montré que le peuple d’Iran refuse de se taire et qu’il est déterminé à renverser ce régime cruel.
Les criminels doivent savoir que du sang versé tous les jours de la nation iranienne, surgira une vague qui finira par balayer le régime des mollahs.

Face à ce traité honteux avec le régime des mollahs, vous avez soulevé une telle tempête de protestations et de révélations, que ses partisans ont été moralement déshonorés et politiquement et socialement placés dans l’embarras.

En conséquence, la cour d’appel de Bruxelles a annoncé que le gouvernement belge ne devra pas procéder au transfèrement du diplomate terroriste vers Iran avant l’examen du fond de cette affaire.

Les mollahs et ceux qui traitaient avec eux étaient pressés de renvoyer au plus tôt dans les bras du régime, celui qui dirigeait son terrorisme en Europe. Mais votre campagne a fourni les conditions pour que le tribunal prolonge jusqu’à la mi-septembre l’interdiction du transfèrement du diplomate terroriste.

De nombreux parlementaires belges s’y sont opposés, de multiples personnalités politiques et juristes éminents ont condamné ce traité. Dans les dernières prises de position, 21 anciens Premiers ministres et ministres européens ont déclaré : « Notre expérience directe montre que la libération d’Assadi, sous quelque prétexte que ce soit, ne fait qu’enhardir le comportement terroriste de Téhéran en Europe et mettrait en danger la sécurité et la sûreté de l’Europe et des citoyens européens. »

Oui, comme nous l’avons déjà dit : c’est un pas en avant et cent pas en arrière.
Il est injustifiable que les criminels qui ont planifié une explosion au rassemblement de la Résistance iranienne et le plus grand incident terroriste en Europe soient favorisés et satisfaits par un tel traité insensé.

Comme 68 avocats et experts belges et internationaux renommés des droits humains l’ont récemment affirmé dans une déclaration : le transfèrement d’Assadi en Iran « apporte davantage d’impunité à un régime impliqué dans le terrorisme et les crimes contre l’humanité ».

N’oublions pas que le terrorisme et la diplomatie des otages ne sont pas en eux-mêmes efficaces pour le régime. C’est plutôt la soumission des gouvernements occidentaux qui les ont transformés en un instrument pour faire avancer les politiques criminelles du régime, et l’encourage dans la pratique à continuer ces prises d’otages.

Ils ne respectent pas les normes de l’état de droit. Ils violent les décisions de leurs propres tribunaux. Ils tournent le dos à la démocratie pour obtenir en retour des avantages commerciaux et politiques et entre autres, ouvrir la voie à l’accord nucléaire.

Ils paient une partie du prix de ce marchandage avec la vie des citoyens occidentaux résidant en Iran. Car avec ce traité honteux, ils font de chacun d’entre eux des otages en puissance du régime. Mais ils paient aussi la majeure partie du prix avec les droits humains, la liberté et la Résistance iranienne.

Le fait que le régime n’ait pas été en mesure de parvenir à un nouvel accord nucléaire ces deux dernières années, malgré son besoin urgent de levée des sanctions, est un indicateur de sa faiblesse et de son impuissance.

Le gouvernement de Raïssi, qui incarnait le plan de Khamenei pour maitriser la situation dangereuse du régime, est désormais un symbole de son échec. Le slogan « à bas Raïssi » est devenu le mot d’ordre général du mouvement de protestation du peuple iranien. La colère et le dégoût qu’il inspire, terrifient l’ensemble du régime. Et Khamenei n’a pas de solution dans l’une des périodes les plus dangereuses de son pouvoir.

Ce que nous demandons au gouvernement belge est clair : le traité d’échange de prisonniers ne doit pas inclure les terroristes du régime iranien.

La Résistance iranienne met en garde la communauté internationale contre toute concessions aux mollahs. Cela revient à poignarder dans le dos le peuple iranien et à se ranger aux côtés d’un régime qui s’effondre.

Nous demandons à la communauté internationale de :

– fermer les ambassades du régime, centres de commande du terrorisme ;

– D’expulser les espions et les agents du ministère du Renseignement et de la Force terroriste Qods, dont la plupart sont connus des services de sécurité occidentaux ;

– d’inscrire le ministère du Renseignement et les pasdarans dans leur totalité sur la liste des entités terroristes ;
– de conditionner les relations avec le fascisme religieux à l’arrêt des exécutions et à la non-répression des manifestants et des insurgés ;

– et d’appliquer au régime des mollahs, banquier central du terrorisme, l’article 41 du chapitre 7 de la Charte de l’ONU en tant que menace pour la paix et la sécurité mondiales.
J’appelle l’Assemblée générale de l’ONU qui ouvre ses travaux à prendre des mesures urgentes concernant les crimes du régime des mollahs contre les femmes, en particulier les crimes quotidiens des patrouilles du vice. »

Lire la suite

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe