vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe Conseil des droits de l'homme des Nations Unies se penchera sur...

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies se penchera sur le dossier du régime iranien

Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies se penchera sur le dossier du régime iranien

Le 28 février, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a entamé sa quarante-neuvième session. Des délégations de 47 États membres discutent d’un sujet qui doit être au centre de l’agenda de la communauté internationale : les droits de l’homme.

Bien que l’ombre de l’invasion russe de l’Ukraine plane actuellement sur la politique internationale et la session du CDH elle-même, les violations des droits en cours et les déclarations des États membres présents au sommet n’étaient pas de moindre importance. En particulier, les remarques de la délégation du régime iranien en disent long, non pas sur la situation réelle des droits de l’homme en Iran, mais plutôt sur le régime lui-même.

Lorsque la pandémie de Covid-19 a commencé à se propager en Asie et au Moyen-Orient, le régime a expulsé les équipes médicales françaises d’Iran et accéléré les voyages de Mahan Air vers la Chine malgré les dangers d’une nouvelle propagation du virus. Plus tard, Ali Khamenei, le Guide suprême des mollahs, a interdit tous les vaccins fiables et approuvés par l’OMS en provenance des États-Unis et du Royaume-Uni au plus fort de la pandémie. À la suite de ces politiques criminelles et inhumaines, plus de 515 000 personnes en Iran ont jusqu’à présent perdu la vie à cause du Covid-19.

Et pourtant, lors de la session du CDH, le député du gouvernement iranien chargé des affaires internationales et des droits de l’homme, Kazem Gharibabadi, a reproché à l’Occident le nombre élevé de morts parmi les citoyens iraniens lors de la pandémie de Covid-19, accusant notamment les États-Unis d’avoir « empêché l’accès du pays aux médicaments essentiels et aux fournitures médicales » et de « bloquer le transfert de l’aide humanitaire à Téhéran en période de catastrophes naturelles et de pandémie de coronavirus ».

Des rapports sur les mauvais traitements infligés aux réfugiés afghans en Iran ou sur leur recrutement comme chair à canon dans les guerres par procuration menées au Yémen ou en Syrie ont également été publiés dans le monde entier. Les principaux médias font régulièrement état du trafic de drogue perpétré par le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et son mandataire libanais, le Hezbollah. Ceci est fait pour sécuriser des sources financières illicites pour financer l’ingérence dangereuse et déstabilisatrice du régime à travers le Moyen-Orient. Sans surprise, le porte-parole de Téhéran et son propagandiste au CDH pense différemment.

Affirmant que « trois branches du gouvernement iranien ont déployé tous leurs efforts pour fournir des services de qualité aux personnes et promouvoir leurs droits« , Gharibabadi a affirmé que « la République islamique d’Iran a fait des progrès significatifs dans la protection des droits de l’homme et a payé des coûts financiers élevés, en particulier dans la lutte contre la drogue et les gangs de trafiquants internationaux, ainsi que l’accueil de millions de réfugiés. »

Mais peut-être que la partie la plus importante de la diatribe de Gharibabadi était l’affirmation selon laquelle Téhéran n’est pas le plus grand État sponsor du terrorisme au monde. Non, dit-il, en fait, « l’Iran est l’une des plus grandes victimes du terrorisme ». Gharibabadi a ajouté : « Le groupe terroriste anti-iranien des Moudjahidine du Peuple a commis le plus grand nombre actes de terreur contre le peuple iranien, ce qui équivaut à des crimes contre l’humanité. »

« Ce groupe terroriste… a eu des branches dans certains pays européens depuis le début et leurs agents ont voyagé librement à travers les pays européens et les États-Unis sans aucune restriction ni poursuite judiciaire, alors que certains de ces pays sont devenus un refuge sûr pour les terroristes », Gharibabadi a ajouté.

Dans une tournure ridicule, il a appelé la communauté internationale « à s’attaquer aux crimes généralisés commis par l’OMPI et à « prendre des mesures sérieuses pour empêcher le groupe terroriste d’opérer librement en Europe et traduire ses auteurs criminels et ses meneurs en justice. Les terroristes de l’OMPI jouissent de la liberté d’activité aux États-Unis et en Europe et tiennent même des réunions régulières au cours desquelles des responsables européens et américains prononcent des discours. »

Tout au long de l’histoire, les tyrans, les occupants et les violateurs des droits de l’homme ont développé leurs propres récits et lexique pour tromper les citoyens sous leur domination et ceux du monde libre. Mais, au final, leur règne est éphémère et leur charabia est rejeté par tous.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe