vendredi, décembre 9, 2022
AccueilUncategorizedLa restauration du JCPOA va elle empêcher les pauvres Iraniens de vendre...

La restauration du JCPOA va elle empêcher les pauvres Iraniens de vendre leurs organes ?

La restauration du JCPOA va elle empêcher les pauvres Iraniens de vendre leurs organes ?
Annonces affichées dans les rues d’Iran pour la vente de rein

L’Iran souffre maintenant de sa pire crise économique sous le régime des mollahs. Les médias d’État reconnaissent certaines parties des difficultés économiques paralysantes du pays, alors que la population est aux prises avec une pauvreté extrême. Des rapports déchirants en provenance d’Iran indiquent une forte augmentation de vente de parties du corps et d’organes vitaux.

Alors que les pourparlers à Vienne sur la restauration de l’accord nucléaire défectueux de 2015 (le Plan d’action global conjoint ou JCPOA) avec les puissances mondiales se poursuivent, la question est de savoir si cela va profiter au peuple iranien.

Les murs à travers le pays ont honte d’un si grand nombre de publicités pour la vente de parties du corps et d’organes vitaux. Les décennies de corruption institutionnalisée, de mauvaise gestion et de politiques criminelles du régime ont privé les Iraniens de toute autre option pour joindre les deux bouts que de vendre leurs organes.

« J’ai 42 ans, je suis marié et j’ai deux enfants. Je dois vendre un de mes reins pour survivre. Je suis un ouvrier du bâtiment et je suis au chômage depuis près de six mois. Je veux ouvrir une petite boutique avec l’argent de la vente de mon rein ; Je n’ai pas d’autre choix », indique un réclame rapporté le site Web Fararu, le 14 février.

« J’ai mis mon annonce au mur pendant trois jours. Certaines personnes m’ont contacté et m’ont proposé 500 à 600 millions de rials. Mais je ne peux rien faire avec ces sommes, pas même acheter une voiture bon marché pour conduire un taxi. Les acheteurs devraient offrir aux vendeurs trois à cinq fois ces montants car la vie humaine a bien plus de valeur », a ajouté Fararu.

Les faits angoissants sur la vente de parties du corps sont innombrables. « Une des personnes qui a mis son rein en vente nous a dit : ‘Je suis un homme de 37 ans de groupe sanguin O+ et en parfaite santé physique. Je suis prêt à faire tous les tests que vous voulez, mais je ne vendrai pas mon rein pour moins de 1,2 milliard de rials », a rapporté le site Web de Fararu.

1,2 milliard de rials équivaut à environ 4 000 dollars avec le taux de change actuel sur le marché libre de 260 000 rials pour un dollar. En d’autres termes, un jeune homme vend un organe vital pour gagner sa vie en raison de la hausse du taux d’inflation, qui oscille autour de 50 %. La flambée des prix du logement et de la nourriture ne couvre pas toutes les dépenses.

« Alors que le gouvernement et le parlement font beaucoup de bruit pour répandre la justice, ils empoisonnent les gens avec une inflation galopante« , a rapporté le journal public Nabanews le 14 février.

Ehsan Khandoozi, le ministre de l’Économie d’Ebrahim Raïssi, a récemment reconnu que la prochaine année perse de 1401, commençant en mars, sera l’année de la plus forte inflation. « Les propos de Khandoozi sous-entendent que les retraités et les employés auront une année pleine de souffrances, une souffrances qu’ils n’ont pas créée. Les citoyens iraniens n’ont aucun rôle dans les décisions du système, et des sanctions ont été imposées au pays en raison de notre politique étrangère », a écrit Nabanews.

En d’autres termes, contrairement à ce que prétendent le régime et ses apologistes, les sanctions ne sont pas la seule cause de la crise économique iranienne. Sans les activités malveillantes des mollahs dans la région, aucune sanction secondaire n’aurait été imposée au régime.

« En raison du taux d’inflation actuel de 40%, les pensions ont diminué de 30% et un taux d’inflation plus élevé est prévisible l’année prochaine », a ajouté Nabanews.

« Les prix augmentent à la vitesse de l’éclair et les gens ne les regardent qu’avec désespoir. Les gens rêvent de manger de la viande rouge et de la volaille. Le prix du riz augmente également et la pomme de terre s’est transformée en or ! » a écrit le quotidien officiel Mardom-Salari le 5 février.

« Les revenus et les dépenses de la population ne correspondent pas à la hausse des prix. Les classes moyennes et inférieures peuvent à peine acheter les produits de première nécessité et ont considérablement réduit l’achat d’autres biens. La baisse de la demande sur le marché de la part des gens est un signe de récession », a déclaré Vahid Shaghighi Shahri, un économiste iranien, au site Fararu le 5 février.

Il a également reconnu que la restauration de l’accord nucléaire bancale de 2015 ne résoudrait pas les défis économiques de l’Iran, contrairement à ce que les apologistes de Téhéran essaient de vendre.

« Même si le JCPOA est rétabli, l’économie iranienne sera confrontée à tant de défis que l’argent non gelé, désormais détenu dans divers pays, ne pourra pas améliorer le pouvoir d’achat des Iraniens », a-t-il ajouté. Téhéran a d’autres priorités que d’aider la population, comme le financement de groupes terroristes par procuration comme le Hezbollah au Liban et les Houthis au Yémen. De plus, la théocratie au pouvoir est déterminée à acquérir une bombe nucléaire qui coûte des milliards de dollars. En un mot, les ambitions diaboliques de Téhéran ne laisseraient aucune place aux problèmes du pays.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe