jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe Parlement européen condamne le nombre croissant d'exécutions en Iran

Le Parlement européen condamne le nombre croissant d’exécutions en Iran

Le Parlement européen condamne le nombre croissant d'exécutions en Iran

Les membres du Parlement européen ont tenu une session officielle jeudi 17 février, adoptant une résolution condamnant le nombre croissant d’exécutions en Iran par le régime des mollahs. Les députés européens ont également dénoncé le régime des mollahs pour le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988 et ont exigé une enquête internationale indépendante sur ces soins horribles, et la poursuite des responsables du régime iranien, en particulier le président actuel des mollahs, Ebrahim Raïssi.

« … Au Parlement européen, nous élevons notre voix pour défendre le peuple iranien. Depuis 1988, le massacre, il y a des crimes contre l’humanité en cours. Dans de nombreux cas, il s’agit de crimes extrajudiciaires et d’exécutions rapides sans même le prétexte d’une procédure judiciaire ou judiciaire », a déclaré la députée européenne Anna Fotyga, secrétaire générale du Parti des conservateurs et réformistes européens.

اجلاس رسمی پارلمان اروپا ـ بحث و گفتگو درباره قطعنامه نقض حقوق‌بشر و قتل‌عام زندانیان سیاسی در سال۶۷

« Les mots ne suffisent pas. Notre action est nécessaire parce que ce que nous voyons également en Iran le financement de terroristes à l’extérieur et l’ingérence dans la région et même sur nos territoires. Cela nécessite notre action et des sanctions très fortes », a-t-elle ajouté.

La résolution du PE critique le régime iranien pour « au moins 275 personnes exécutées en Iran, dont au moins deux mineurs délinquants et 10 femmes », du 1er janvier au 1er décembre 2021, ajoutant : « Depuis qu’Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions de président en août 2021 , il y a eu une augmentation significative du nombre d’exécutions, y compris de femmes. »

« Je me demande si nous ne sommes pas trop complaisant envers le régime iranien parce que lorsque nous parlons de la peine de mort… en fait, il y a de pures exécutions : le meurtre d’État comme une forme de crime contre l’humanité », a déclaré l’eurodéputé Javier Zarzalejos du groupe du Parti populaire européen.

اجلاس رسمی پارلمان اروپا ـ بحث و گفتگو درباره قطعنامه نقض حقوق‌بشر و قتل‌عام زندانیان سیاسی در سال۶۷

« Regardez la répression épouvantable, les disparitions forcées et les exécutions massives de dissidents politiques lors du massacre de 1988 et remarquez qu’il n’y a eu aucune enquête ni responsabilité pour ces crimes qui impliquent l’actuel dirigeant iranien qui a un rôle de premier plan. Regardez le bilan horrifiant de l’Iran en matière d’exécutions : au moins 275 l’an dernier, dont 10 femmes et deux mineurs. Nous ne pouvons pas fermer les yeux », a-t-il ajouté.

La résolution soulève spécifiquement les cas de « Mohammad Javad, un champion de boxe condamné à mort en janvier 2022 après avoir été accusé de « répandre la corruption sur Terre » ;  » et « Navid Afkari, un lutteur qui a déclaré avoir été torturé pour faire de faux aveux, a été exécuté en septembre 2020. »

« Malgré les appels répétés de la communauté internationale, les autorités continuent d’exécuter des condamnations à mort avec une moyenne d’environ une par jour depuis 2021. Le pays est l’un des rares au monde à exécuter des mineurs et des délinquants juvéniles en violation flagrante du droit international. Le nombre d’exécutions de citoyens appartenant à des minorités, en particulier les Baloutches, les Kurdes, les Arabes et les Bahá’ís, est disproportionnellement élevé. Et la peine de mort en Iran est, dans une large mesure, un instrument pour intimider, persécuter et tenter d’éradiquer toute forme d’opposition politique dans le pays », a déclaré le député européen Jordi Solé, au nom du groupe Verts/ALE.

« J’appelle à nouveau les autorités iraniennes à libérer tous les prisonniers politiques et tous les prisonniers d’opinion. La situation n’a fait qu’empirer depuis l’arrivée au pouvoir d’Ebrahim Raïssi en juin dernier, avec 271 exécutions dont 11 femmes. Pas étonnant, étant donné son rôle bien documenté dans le massacre de 1988 et dans la répression brutale des manifestations de novembre 2019. La culture de l’impunité règne dans le pays depuis trop de décennies. La société iranienne mérite justice et réparation, et elle mérite également de vivre dans un pays libre, inclusif et démocratique qui respecte les droits et la dignité humaine », a-t-il ajouté.

اجلاس رسمی پارلمان اروپا ـ بحث و گفتگو درباره قطعنامه نقض حقوق‌بشر و قتل‌عام زندانیان سیاسی در سال۶۷

Les députés ont également exprimé leur horreur face à « l’utilisation systématique de la torture par les mollahs dans les prisons iraniennes » et ont fermement condamné « la détérioration constante de la situation des droits de l’homme en Iran, en particulier pour les personnes appartenant à des minorités ethniques et religieuses, sur la base de politiques systémiques, économiques, sociales et la discrimination culturelle.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe