vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : plus de 50.700 décès dus au coronavirus dans 329 villes

Iran : plus de 50.700 décès dus au coronavirus dans 329 villes

 Actuellement, 180 malades du coronavirus se trouvent dans le seul hôpital Massih Daneshvari de Téhéran, qui comptait 70 patients jusqu’au 21 mai
 Le nombre de décès à Kachan a dépassé les 900
 Le vice-président de la faculté des sciences médicales d’Ispahan : à Ispahan, 1484 morts, 400 cas positifs en deux jours. 9,5 % des patients infectés sont morts

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé le 10 juin 2020 que les victimes du coronavirus dans 329 villes d’Iran avaient dépassé les 50.700. Le nombre de décès dans les provinces de Khouzistan est de 4095, de Mazandaran 2780, de Sistan-Baloutchistan 1810, de Lorestan 1705, d’Azerbaïdjan occidental 1405, de Hamedan 1305, de Yazd 710, de Markazi 615, de Chaharmahal-Bakhtiari 359, d’Ilam 323, de Hormozgan 325.

Alors que le Coronavirus fait de plus en plus de victimes chaque jour et que les hôpitaux ne peuvent plus accepter de patients dans de nombreux endroits, Rohani n’a pas hésité à dire à l’agence IRNA aujourd’hui : « À l’exception de quelques provinces, nous avons réussi à contenir le coronavirus, et les efforts ont été redoublés pour les sortir du rouge. » Il a ajouté que l’augmentation du nombre de patients ces dernières semaines est due « à la réalisation de nombreux tests, ce qui augmente naturellement l’identification des patients, mais n’est pas négatif. Les gens ne devraient pas s’inquiéter car s’ils sont diagnostiqués plus tôt, ils n’auront pas à être hospitalisés ». Il a ajouté sans vergogne : « Certains chefs d’État étrangers nous demandent d’exporter des équipements de désinfection et d’assainissement, ce que nous faisons bien entendu. »

Abdolreza Rahmani-Fazli, le ministre de l’Intérieur de Rohani, a affirmé, selon l’agence Irna du 9 juin, que « malheureusement, le nombre de malades et de décès a malheureusement augmenté. Auparavant, nous avions entre 30 et 34 décès par jour, mais nous avons de nouveau atteint les 65 à 70 ».

À Téhéran, le Dr. Davoud Payam Tabarsi, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Massih Daneshvari, a déclaré à l’agence Isna aujourd’hui : « les contaminations et les hospitalisations ont augmenté à Téhéran la dernière semaine (…) À l’hôpital Massih Daneshvari, pendant les pics de mars et avril, nous avions habituellement 250 patients hospitalisés, chiffre qui était de 70 pour la période du 20 avril jusqu’à la fin mai, et malheureusement, il est repassé maintenant à environ 180. »

Le site Khabar Online a cité aujourd’hui le directeur du Centre de recherche sur les maladies émergentes de l’Institut Pasteur disant : « Vu l’augmentation des hospitalisations, nous prévoyons une augmentation des décès dans les prochaines semaines (…) Si le résultat du retour à la normale est une augmentation des décès, il faudra reconsidérer ce retour à la normale. »

Dans la province d’Ispahan, le vice-président de la faculté des sciences médicales s’est exprimé aujourd’hui sur l’ampleur des décès indiquant que leur nombre dans la province était de 1484, hormis la région de Kachan. « Ces deux derniers jours, a-t-il dit à l’agence IMNA, nous avons dû faire face à une augmentation de plus de 400 patients dans la province d’Ispahan, à l’exception du secteur de Kachan. 9,5% des personnes atteintes de Covid-19 sont décédées à Ispahan. Actuellement, entre 50 et 70 malades sont hospitalisés quotidiennement, et il y a 426 patients hospitalisés. »

À Kachan, Aran et Bidgol, qui ne relèvent pas de la couverture de l’université des sciences médicales d’Ispahan, le nombre de décès est certainement supérieur à 900. Les chiffres des hôpitaux privés, des hôpitaux de l’armée, des pasdarans et des forces de sécurité qui ne sont pas couverts par la faculté des sciences médicales, ne sont pas inclus dans ce calcul.

Le président de la faculté des sciences médicales de Chiraz a confié à l’agence de presse de la radiotélévision hier : « Les chiffres des cas positifs dans la province de Fars ces dernières 24 heures ont doublé et (…) l’épidémie non seulement ne décroit pas, mais augmente. »

Dans la province de Hormozgan, l’agence Irna et l’agence Fars, affilée aux pasdarans, ont rapporté hier les déclarations du président de la faculté des sciences médicales : « Aujourd’hui, Hormozgan connaît son plus grand nombre de personnes atteintes du Covid-19 avec 311 cas au cours des dernières 24 heures (…) Actuellement, la situation de la province est critique et il est prévu que l’hôpital Shahid Mohammadi sera très chargé la semaine prochaine. »

Hier également, l’agence Irna citait le président de la faculté des sciences médicales du Kurdistan disant que « le nombre de cas positifs à Sanandaj avait doublé par rapport à la première vague de l’épidémie et la ville est dans le rouge ».

Dans la province de Kohguilouyeh-Boyer-Ahmad, le gouverneur de Gatchsaran a déclaré selon l’agence Irna du 9 juin, que « le nombre de cas positifs a augmenté une fois et demie ces 10 derniers jours ».

Il convient de noter que Iradj Haririchi, le vice-ministre de la Santé du régime, a déclaré pour la première fois le 6 juin que le nombre de décès dus au coronavirus pourrait atteindre 200.000 à 300.000 personnes. Mohammad-Reza Shams-Ardakani, le conseiller du ministre de la Santé a déclaré hier que « les gens doivent savoir que nous vivrons avec l’épidémie de coronavirus pendant un à deux ans ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 10 juin 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe