mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeDes dizaines de milliers d'opposants iraniens rassemblés près de Paris

Des dizaines de milliers d’opposants iraniens rassemblés près de Paris

Agence France Presse – Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), vitrine politique des Moudjahidine du peuple, a rassemblé samedi près de Paris des dizaines de milliers de sympathisants pour demander à l’UE de reconnaître ce mouvement et de modifier sa politique envers l’Iran.

Agence France Presse – Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), vitrine politique des Moudjahidine du peuple, a rassemblé samedi près de Paris des dizaines de milliers de sympathisants pour demander à l’UE de reconnaître ce mouvement et de modifier sa politique envers l’Iran.

Venus de plusieurs pays d’Europe, les manifestants, au nombre de 50.000 selon les organisateurs, se sont réunis dans une ambiance de fête au parc des expositions de Villepinte, au nord de Paris, au fronton duquel était accrochée une grande banderole jaune proclamant "Notre choix, un Iran libre avec Mme Radjavi".

Maryam Radjavi, "présidente élue du CNRI", en tailleur et foulard bleus, a été saluée à son arrivée par une immense clameur de la foule, qui criait son prénom et agitait des portraits d’elle, a constaté un journaliste de l’AFP.

Mme Radjavi a serré de nombreuses mains, caressant affectueusement la joue des jeunes filles.

"Nous sommes rassemblés pour faire entendre la voix de 80 millions d’Iraniens", a-t-elle déclaré. "Les mollahs ne savent rien faire que réprimer et exporter le terrorisme" et ils sont "dans une impasse", a-t-elle lancé, parlant des dirigeants de la République islamique d’Iran.

"A bas les mollahs!", répondait la foule.

Mme Radjavi a accusé l’Union européenne de "piétiner" un verdict de la justice en maintenant les Moudjahidine du peuple, principale organisation d’opposition armée au régime de Téhéran, sur sa liste des organisations terroristes.

Elle se référait à un arrêt pris en décembre 2006 par la Cour européenne de justice (CEJ) d’annuler le gel des fonds de l’organisation décidé en 2002. Le gel avait été décidé dans le sillage des attentats du 11 septembre 2001 et d’un appel de l’Onu à lutter contre le financement du terrorisme.

Pour les Moudjahidine, l’arrêt de la CEJ aurait dû induire la suppression de leur organisation de la liste des mouvements terroristes.

"En maintenant l’OMPI (organisation des Moudjahidine du peuple iranien) dans la liste, le Conseil des ministres européens se range ainsi aux côtés du régime des mollahs", a poursuivi Mme Radjavi estimant que la coopération de l’UE avec le régime de Téhéran "souillera à jamais l’histoire de l’Europe".

Outre la "complaisance" de l’UE à l’égard des mollahs, Mme Radjavi a dénoncé le programme nucléaire iranien, l’occupation "rampante" de l’Irak par l’Iran et la manipulation de la justice en France dans une allusion à l’opération policière du 17 juin 2003 qui avait permis l’arrestation de 164 militants de l’OMPI.

Selon les enquêteurs, de l’argent collecté en France par l’OMPI, via l’association Iran Aid, censé venir en aide aux orphelins de Téhéran, aurait été détourné de ce but et aurait transité sur les comptes de particuliers, proches du mouvement, avant de repartir vers l’étranger. Dans ce dossier, une instruction avait été ouverte en avril 2001.

"Ce dossier a été ouvert et maintenu uniquement dans le but affiché de mettre la Résistance sous contrôle dans l’intérêt des mollahs. Ce dossier est infondé sur le plan du droit. Il est sans précédent dans l’histoire de la justice française", a-t-elle ajouté en appelant le président Nicolas sarkozy à "tourner la page du 17 juin, une page sombre dans les relations de la France avec le peuple iranien".

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe