mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDécès d’un prisonnier politique privé de soins médicaux : Appel de la...

Décès d’un prisonnier politique privé de soins médicaux : Appel de la Résistance iranienne à sauver la vie des prisonniers politiques gravement malades et que le régime des mollahs veut laisser mourir à petits feux

Le prisonnier politique Ali-Reza Karami Kheir-Abadi, employé dans la pétrochimie, est décédé le 6 avril parce qu’il avait été privé de soins et victime de pressions du régime inhumain des mollahs.

Dans les premiers jours de la nouvelle année iranienne (qui a commencé le 20 mars), sa situation s’est sérieusement détériorée à cause d’une grave maladie cardiaque, mais le procureur criminel de Téhéran Jafari Dolat-Abadi s’est opposé à son hospitalisation parce qu’il avait refusé de porter l’uniforme de prisonnier lors de son transport à l’hôpital. Le 25 mars, vu la gravité de son état, il a été hospitalisé, avant de tomber dans le coma et de décéder le 6 avril.

Durant ses seize années passées dans les prisons sinistres comme la maison d’arrêt Tohid, la section 209 d’Evine et la prison de Gohardacht, Ali-Reza Karami Kheir-Abadi a contracté toutes sortes de maladies provoquées par les conditions épouvantables des cellules et la cruauté des tortures. Ces maladies l’auront fait souffrir jusqu’au bout.

Un membre de sa famille, Najaf Honarjouyan, enseignant originaire de la ville de Gatchsaran, a été tué par le régime en 1981 à l’âge de 26 ans parce qu’il était sympathisant des Moudjahidine du peuple d’Iran.

La Résistance iranienne condamne le silence et la passivité internationale face aux crimes contre l’humanité du régime des mollahs. Elle appelle le Secrétaire général de l’ONU, le Conseil de sécurité et la Haut commissaire des droits de l’homme de l’ONU, ainsi que les autres instances internationales à agir de toute urgence vis-à-vis de la situation des prisons et des prisonniers politiques en Iran qui souffrent de pathologies graves en raison des tortures et des conditions effroyables et qui sont privés du moindre soins. Le régime inhumain des mollahs doit être exclu de la communauté des nations et ses dirigeants doivent être traduits en justice pour crime contre l’humanité.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 8 avril 2013

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe