lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsConférence sur les violations des droits de l'homme en Iran au parlement...

Conférence sur les violations des droits de l’homme en Iran au parlement britannique

CNRI – Le 28 novembre le bureau de représentation du Conseil national de la résistance iranienne à Londres a organisé d’une conférence de presse à la Chambre des Communes.

Deux films ont été diffusés sur des exécutions publiques à Ghazvine et à Boroudjerd ces derniers mois.

 

CNRI – Le 28 novembre le bureau de représentation du Conseil national de la résistance iranienne à Londres a organisé d’une conférence de presse à la Chambre des Communes.

Deux films ont été diffusés sur des exécutions publiques à Ghazvine et à Boroudjerd ces derniers mois.

Présidée par Lord Alton, la conférence accueillait Lord Waddington ancien ministre des affaires étrangères, la baronne Gould,  Hossein Abedini de la commission des affaires étrangères du CNRI, et Nasser Zia’i qui à l’âge d’un an a perdu ses parents assassinés par le régime des mollahs pour leur soutien aux Moudjahidine du peuple d’Iran.

Dans son discours, Lord Alton a déclaré que le terrible bilan de ce régime dans le domaine des droits de l’homme lui a valu plus de 50 condamnations par divers organes de l’ONU. Malheureusement la situation s’est aggravée avec l’arrivée au pouvoir d’Ahmadinejad.

A ses yeux, il était nécessaire de traduire les dirigeants de ce régime devant un tribunal international pour leurs crimes contre l’humanité.

Prenant la parole, Nasser Ziba’i a raconté une tranche douloureuse de sa vie avec la mort de ses parents, touchant profondément l’assistance. Il s’en est pris à la passivité de la communauté internationale face aux crimes des mollahs. « Combien comme mon père et ma mère devront encore mourir avant que le monde ne décide de réagir ? », a-t-il demandé. « Est-ce que tous ceux sont morts jusqu’à présent ne sont pas suffisants ? »

Puis deux films ont été diffusés sur les exécutions publiques dans les villes de Ghazvine et de Boroudjerd qui ont eu lieu dernièrement, que des sympathisants de la résistance iranienne ont réussi à faire sortir du pays. Ces films très impressionnants, affichaient la nature et la cruauté de ce régime moyenâgeux.

Tout de suite après, c’est une bande sonore de la voix du Moudjahidine Valiollah Feyz Mahdavi, avant son exécution, qui a été diffusée. Ce prisonnier politique mettait en avant la volonté de résister et de ne jamais plier devant les mollahs.

Evoquant les terribles scènes de pendaison de jeunes en Iran, Lord Waddington, ancien ministre de l’Intérieur, a déclaré n’avoir jamais vu de scènes semblables de toute sa carrière politique. Durant les 27 années de pouvoir des mollahs plus de 120.000 membres et sympathisants des Moudjahidine du peuple et de la résistance iranienne ont été exécutés, et c’est choquant. Il est honteux de voir que pour plaire à ce régime, notre gouvernement et les autres gouvernements européens ont injustement collé aux Moudjahidine du peuple la marque de terroriste.

Lord Waddington a ajouté : Mais à mes yeux il ne fait aucun doute que tous ces sacrifices pour réaliser leur rêve de liberté et de démocratie en Iran aboutiront. Ici en Occident cela fait longtemps qu’au lieu de les aider, nous élevons des obstacles devant eux. Il est donc temps de retirer cette étiquette de terroriste des Moudjahidine du peuple et l’occident doit se tenir aux cotés du peuple contre le régime des mollahs.

La baronne Gould, travailliste de la Chambre des Lords, a estimé quant à elle qu’il était nécessaire de montrer ces films lors d’une session plénière du parlement et partout ailleurs pour que tous puissent comprendre le véritable visage des mollahs.

Le dernier orateur, Hossein Abedini, de la commission des Affaires étrangères du CNRI, a déclaré qu’il était temps que le dossier des violations des droits de l’homme de ce régime soit renvoyé devant le Conseil de Sécurité de l’ONU et que ses dirigeants soient jugés devant une cour internationale. Ce régime, a-t-il ajouté, ne mérite pas de faire partie de la communauté des nations.

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe